PJ Harvey s'en va-t-en guerre contre Guantanamo

Pour défendre le dernier détenu britannique de Guantanamo, Shaker Aamer, PJ Harvey a sorti une chanson. 

PJ Harvey

Détenus depuis de trop longues années dans des situations déplorables, sans procès et surtout pour une durée indéterminée. C'est le lot des prisonniers du camp de Guantanamo ouvert fin 2001 à la suite des attentats du 11 septembre. Une situation allant à l'encontre de nombre de traités internationaux et décriée par la communauté internationale. Surtout après la promesse de Barack Obama de fermer ce "cachot" à ciel ouvert lors de son élection en novembre 2008.

Publicité

Et plutôt que de compter sur une quelconque action de son gouvernement, la chanteuse PJ Harvey a décidé d'agir avec l'arme qu'elle maîtrise le mieux : son écriture, sa voix et son talent de compositrice. C'est ainsi qu'elle a partagé il y a deux jours de cela une chanson hommage au dernier détenu britannique à croupir du côté de Cuba, Shaker Aamer.

Emprisonné depuis 2002, l'homme de 46 ans, marié et père de trois enfants, avait pourtant, au terme d'une bataille juridique et d'une pression populaire, obtenu la promesse de sa libération en 2007. Preuve de la lenteur administrative et surtout d'une fin de non-recevoir de la part des autorités américaines, les choses trainent, se compliquent (on annonce son extradition non pas vers la Grande-Bretagne, mais plutôt l'Arabie Saoudite) et puent le drame.

Publicité

Le citoyen britannique a récemment dénoncé ses conditions de détention : des abus sexuels à répétition de la part de ses geôliers jusqu'à l'enchevêtrement de sa grève de la faim (souvenons-nous ici de la vidéo de Mos Def sur ce même sujet). C'est cet état de fait que la chanson de PJ Harvey dénonce.

Une initiative que l'avocat de Shaker Aamer et le président de l'ONG Reprieve escompte fructueuse :

Publicité

Nous espérons que les gens écouterons cette chanson et penserons à la situation périlleuse de Shaker Aamer : emprisonné depuis 11 ans, sans condamnation ni procès, malgré avoir été déclaré "libérable" par Bush puis Obama.

Et en plus d'être une initiative louable, c'est un belle chanson.

On vous conseille également : 

Publicité

Par Tomas Statius, publié le 05/08/2013

Pour vous :