AccueilÉDITO

Une pétition dénonce l'absence de femmes au programme de terminale L

Publié le

par Ariane Nicolas

Pas une femme n'a été programmée depuis plus de dix ans.

Virginia Woolf, interprétée par Nicole Kidman dans <em>The Hours</em>. (© TFM Distribution)

Marguerite Duras, Colette, Mme de Lafayette, George Sand, Françoise Sagan, Annie Ernaux, Jane Austen, Nathalie Sarraute, Simone de Beauvoir, Marguerite Yourcenar, Virginia Woolf... Ces femmes ont au moins deux points communs : ce sont des écrivaines de talent, et pourtant elles n'ont jamais été programmées à l'épreuve de littérature en terminale L.

Pour dénoncer cette invisibilité, une professeure a lancé une pétition, sur Change.org. Elle déplore que "jamais aucune femme n'ait été au programme", un manque d'autant plus regrettable que "les classes sont composées en majorité de filles et les profs de lettres sont majoritairement des femmes".

"Nous ne demandons pas la parité entre artistes hommes et femmes. Nous aimerions que les grandes écrivaines soient aussi régulièrement un objet d'étude pour nos élèves.

Aux programmes de l’agrégation, de Normale sup, nous n'observons pas le même problème, les femmes n'y sont pas complètement oubliées. Pourquoi alors cet excès de testostérone précisément en terminale, au bac littéraire ? Que veut-on nous signifier symboliquement ? L’impossibilité de devenir artiste ?"

Il y a deux ans, la blogueuse Maureen Wingrove, illustratrice et auteure de bande dessinée, s'était déjà penchée sur le sujet. Elle s'était plongée dans le programme de l'épreuve sur les douze dernières années, dont les archives sont disponibles sur le site du ministère de l'Éducation nationale, et avait conclu à l'absence totale du deuxième sexe, rappelle Le Monde.

Dans sa pétition, l'enseignante souligne que le XXe siècle a fourni bon nombre d'auteures remarquables qu'il serait tout à fait possible d'intégrer aux corpus de texte. Elle rappelle "qu'avec Bonnefoy, Jaccottet, Quignard, la littérature contemporaine a souvent été à l’honneur. Mais avec de bons chromosomes Y." Cette année, précise-t-elle, l'auteur au programme est André Gide, avec (le remarquable) Les Faux-monnayeurs.

Contacté par Le Parisien, l'entourage de Najat Vallaud-Belkacem assure que la ministre "prend le sujet au sérieux" : "Le ministère veut des femmes, dans les manuels, dans les programmes, dans les sujets d'examen", dit-on. La pétition a recueilli plus de 2 000 signatures, à l'heure où nous écrivons. Cette mobilisation croissante parviendra-t-elle faire bouger les lignes ?

L'écrivaine Colette et ses chats. (DR)

À voir aussi sur konbini :