AccueilMusique

En écoute : Parliament, le légendaire groupe de funk, sort son premier morceau depuis près de 40 ans

Publié le

par Jérémie Léger

Contre toute attente, George Clinton a reformé son mythique groupe Parliament avec "I’m Gon Make U Sick O’Me", un single avec Scarface mettant fin à près de 40 ans de silence musical.

Dire de George Clinton qu’il a marqué l’histoire de la funk serait un euphémisme. Il est une véritable source d’inspiration pour de nombreux artistes issus de tous horizons, notamment grâce à ses sonorités chatoyantes et ses visuels aussi loufoques que colorés. C’est ainsi que, près de quarante après la sortie son dernier album, le groupe Parliament – dont il est le leader – fait son retour grâce à une collaboration inattendue avec le rappeur Scarface.

Intitulé "I’m Gon Make U Sick O’Me", ce titre teinté de groove, de voix féminines, de funk et surtout de sexe nous replonge avec plaisir dans l’univers du groupe funk le plus en vogue des années 1970-1980. Mais ce n’est pas tout : selon les propos de Clinton lui-même, dans une FAQ organisée par Reddit, et rapportés par le média Okay Player, ce single se veut annonciateur d’un nouvel album, 38 ans après Trombipulation, le dernier opus de Parliament sorti en 1980.

Un projet intitulé Medicaid Fraud Dog qui, selon les mots de son auteur, servira de tremplin pour une reformation des P-Funk, le nom abrégé de ses deux groupes, Parliament et Funkadelic. "Le nouvel album de Parlement s’intitule Medicaid Fraud Dog. Il mettra en scène les vedettes historiques de P-Funk Fred Wesley, Pee Wee Ellis, Greg Thomas et Benny Cowan", a déclaré George Clinton.

Les destins liés de Parliament et Funkadelic

© Wikimedia Commons

Quarante ans, c’est long. Dressons un bref historique du parcours pour le moins mouvementé de ce génie de la musique. Tout commence par son groupe de doo-wop, originaire du New Jersey, Parliament. Un crew pour lequel Clinton perdra les droits du nom. Une fois ceux-ci récupérés quelque temps plus tard, il rassemble les cinq chanteurs de son ancienne formation et y ajoute cinq musiciens pour fonder un nouveau groupe nommé Funkadelic, un prolongement de Parliament.

Bien évidemment, chacun des groupes, bien que composé en partie des mêmes personnes, proposait des inspirations musicales différentes. Il suffit d’écouter Osmium, le projet de Parliament sorti en 1970, et celui de Funkadelic, dévoilé sept mois plus tard, pour s’en rendre compte. Une subtilité artistique destinée à séparer les deux groupes alors signés sur des labels différents.

Bien entendu, cela n’empêchait pas les deux formations de partir en tournée en tandem. Parliament et Funkadelic étaient alors si proches qu’ils ont fini par ne former qu’une seule et unique entité, P-Funk, avec George Clinton à sa tête. La décennie suivante, le leader fut pris d’un nouvel élan en solo. C’est durant cette période que verront le jour des hits intemporels, parmi lesquels "Atomic Dog".

Si Parliament s’apprête à revenir sous le feu des projecteurs cette année, Funkadelik signait déjà une réunion historique en 2014 avec le projet First Ya Gotta Shake the Gate. Un ensemble de 33 titres symbolisant les 33 ans qui séparaient le groupe de The Electric Spanking of War Babies, son treizième et dernier opus officiel dévoilé en 1981.

On trouvait, sur l’album de 2014, une flopée d’invités de marque parmi lesquels Kendrick Lamar, Ice Cube ou encore Del the Funky Homosapien. Il est désormais l’heure du come-back de Parliament et, à la vue de ce premier extrait, la fièvre du samedi soir pourrait bien de nouveau – et très vite – nous transcender.

À voir aussi sur konbini :