Par Jérémie Léger

Encore une fois, Orelsan frappe fort avec le clip génial du morceau le plus barré de son dernier album, "Défaite de famille".

Les traditionnelles fêtes de fin d’année sont passées, mais la hype autour du morceau "Défaite de famille" ne s’essouffle pas. Il faut dire qu’avec ce titre Orelsan nous a bien fait rire. Pour ceux qui seraient en hibernation depuis ces cinq derniers mois, ce morceau est extrait de La Fête est finie, son dernier album, sacré aux Victoires de la musique. Il raconte l’histoire du rappeur piégé dans l’enfer d’un repas de famille.

Et puisqu’il est loin de s’y sentir à son aise, il va s’employer à dire leurs quatre vérités à chacun de ses "proches", dans un rap piquant bourré de cynisme et de second degré. Que l’on jette la pierre à celui qui ne s’y reconnaît pas. Preuve en est, ce titre est à ce jour l’extrait le plus streamé de son dernier opus sur Spotify.

Dans ce nouveau clip, Orel fait encore une fois dans l’originalité. Alors qu’il mettait des moyens dans les surprenants clips de "Basique" et "Tout va bien", ici, le choix de réalisation est plutôt sobre, voire carrément minimaliste. Filmé du point de vue de celui qui demande au rappeur de la famille de faire un "p’tit rap", le clip est tourné intégralement à l’iPhone X (bandes noires incluses).

Au centre de l’image, Orelsan, qui endosse lui-même les rôles de chacun des 27 proches qu’il dénigre. Parents beaufs, cousine moche, cousin bobo, frères et sœurs insupportables, tonton alcoolique, tata crevarde : ils sont tous là, sous les traits d’un seul et même homme. Un habile jeu théâtral qui aura  nécessité au total, 15h de maquillage.

On ne va pas se mentir, il aurait été difficile de réunir tous les membres de la famille dans une salle des fêtes ou autour de la table familiale, juste pour leur offrir un lynchage verbal en règle. Mais le résultat en est d’autant plus génial, non ?