Coucou Omar Souleyman – Capture d’écran du clip

Omar Souleyman envahit le monde avec le clip de "Warni Warni"

Alors que son premier album Wenu Wenu vient de sortir, le Syrien Omar Souleyman a partagé hier un clip pour le titre "Warni Warni". On apprécie. 

Omar Souleyman

Coucou Omar Souleyman - (Capture d'écran du clip)

Il arrive.

Publicité

Après la sortie du très attendu Wenu Wenu où l'on sent définitivement la patte du producteur britannique Four Tet (lui qui a participé aux nombreuses sessions d'enregistrement pour un album enregistré entre Londres et New York), c'est un clip sous la forme d'une déambulation mondiale qu'Omar Souleyman a publié hier sur YouTube. Réalisé par Cali Thornhill DeWitt, il est à l'image de la musique du Syrien : un peu brouillon, mais attachant.

Alors que fait Omar Souleyman pendant près de sept minutes ? Il pose d'abord, exhibant sa moustache, quand il n'est pas occupé à faire du playback mollement. Il marche aussi un peu partout, dans des rues à l'architecture bien européenne. Il danse aussi entouré de son proche collaborateur, Rizan Sa'id, qui l'accompagne au clavier avec une troupe de danseurs folkloriques. Et puis - magie du fond vert -, il se retrouve tour à tour devant les pyramides de Gizeh, l'Arc de Triomphe, sur la banquise, ou sur l'Île de Pâques.

Coucou la banquise - (Capture d'écran du clip)

Publicité

Malgré l'amusement de voir le chanteur mis en scène parmi ces lieux si différents, olympien, le visage fixe, il faut avouer que certains plans sont un peu étranges. On doute un peu du potentiel LOL du syrien. Faire d'Omar Souleyman un icône du 2.0 et du décalage, ça ne sied que peu à son image, assez "premier degré", faut-il le préciser. Ce qui ne veut pas dire que c'est un mauvais clip. Loin de là.

Le temps est à la détente culturelle. Et puis c'est pas parce qu'on fait de la musique "semi-traditionnelle" qu'on n'a pas le droit de changer. Tenez : signe des temps, Omar a opté pour la cigarette électronique. Preuve si en faut de l'évolution des moeurs.

Publicité

Par Tomas Statius, publié le 23/10/2013

Copié

Pour vous :