Odd Future interdit de Nouvelle-Zélande

Tyler, the Creator et Odd Future devaient débarquer en Nouvelle-Zélande pour jouer au Rapture Festival aux côtés d'Eminem le 15 février. Mais comme le rapporte 3 News, les visas d'entrée des artistes américains ont été refusés. La raison est simple : Tyler, the Creator et Odd Future seraient une "menace potentielle de trouble à l'ordre public".

Le rapport du service d'immigration de Nouvelle-Zélande indique :

L'Immigration Act de 2009 qui fournit la permission d'entrer [sur le territoire néo-zélandais, ndlr] pourrait ne pas être garanti s'il y a une raison de croire à une menace ou un risque de trouble à l'ordre public ou de l'intérêt public.

Odd Future semble être une menace potentielle à l'ordre public et à l'intérêt public pour plusieurs raisons, incluant des incidents lors de performances passées dans lesquelles l'incitation à la violence avait eu lieu. Par exemple, un policier a été hospitalisé suite à une émeute provoquée par Odd Future.

Publicité

L'immigration néo-zélandaise fait référence à un concert de la formation en mai 2011 qui se déroulait à Boston. Selon Fox News Boston, Tyler et ses acolytes avaient à l'époque insulté la police locale. Résultat, une jeune fille de 13 ans arrêtée par la police et un officier envoyé à l'hôpital pour des blessures mineures.

La réaction du manager du collectif, Christian Clancy, ne s'est pas faite attendre. Sur Twitter, il a affirmé :

Désolé la Nouvelle-Zélande, ces jeunes qui m'ont inspiré comme jamais ces dernières années seraient apparemment une menace pour la société.

Publicité

(Capture d'écran Twitter)

À l'origine, c'est Kendrick Lamar qui aurait dû jouer aux côtés d'Eminem. Après avoir annulé, Odd Future a été choisi pour le remplacer. Une décision plus de deux ans après la déprogrammation du groupe du festival Big Day Out en raison de propos homophobes présents dans leurs textes. Et plus de six mois après le passage tumultueux du collectif en Australie, où Tyler, The Creator s'était attiré les foudres d'associations féministes en raison de la misogynie de certaines de ses rimes.

Par Louis Lepron, publié le 13/02/2014

Copié

Pour vous :