(Crédits image)

Krist Novoselic : "Dave Grohl et moi pourrions composer à nouveau un jour"

Après une soirée d'intronisation au Rock'n'Roll Hall of Fame riche en émotions, Krist Novoselic et Dave Grohl de Nirvana partagent leurs souvenirs sur cette soirée et ce qu'ils pensent d'un avenir musical potentiel au magazine Rolling Stone.

(Crédits image)

Le 11 avril 2014, Kurt Cobain, Dave Grohl et Krist Novoselic sont entrés au Panthéon du rock'n'roll. Le très sérieux Rock and Roll Hall of Fame a daigné accepter Nirvana auprès de ceux qui ont fait l'Histoire de la musique-reine de la deuxième moitié du XXème siècle. Exactement 20 après le suicide de son charismatique chanteur. Le soir de l'intronisation du trio, les rares invités ont pu assister à un concert pas banal : celui de Nirvana, des années après la mort du grunge, avec de nombreuses stars pour remplacer l'ex de Courtney Love au micro. Bref, une nuit dingue.

Publicité

Aujourd'hui, le magazine Rolling Stone dévoile les coulisses de cet évènement dans un article posté sur sa plateforme Internet. Le magazine rock américain, qui a interviewé les deux membres restants du groupe originaire d'Aberdeen, révèle quelques infos croustillantes, garanties behind the scenes.

Lorde, St. Vincent, Kim Gordon ou encore Joan Jett... Pour accompagner la section rythmique la légendaire du grunge, tout le monde aura remarqué la présence massive de chanteuses d'hier comme d'aujourd'hui. Dans l'interview, Dave Grohl explique que l'idée de départ était de faire venir PJ Harvey. "Kurt adorait PJ Harvey. Nous avons toujours imaginé jouer notre chanson "Milk It" issue d'In Utero avec elle", confie le batteur.

Au préalable, il raconte avoir cherché parmi "une super liste de chanteurs masculins", mais que pas l'un d'eux n'a osé répondre favorablement. Finalement, il faut croire que la gent féminine de la scène a plus de courage.

Publicité

On s'est alors dit, "Mec, ne faisons ça qu'avec des femmes ! Ne demandons pas à quiconque d'autre ! Si on parvient à remplir le Rock and roll Hall of Fame de filles qui chantent des morceaux de Nirvana, nous aurons achevé notre révolution !" Cela a aussi ajouté une toute autre dimension à notre show. De la substance, de la profondeur, pour qu'on évite de se cantonner à de simples éloges. Ce soir-là, ça parlait finalement plutôt du futur !

Il détaille alors les choix du casting qui s'est succédé au micro à la place du génie neurasthénique. Joan Jett des Runaways ? Elle a "changé la place des femmes dans le rock'n'roll". Kim Gordon de Sonic Youth ? "Un phare de lumière au sein de la scène punk, à la prédominance masculine et macho". St. Vincent ? "Une musicienne tordue, qui repousse les limites [du rock] aujourd'hui". Et la toute jeune Lorde, née alors que Nirvana n'existait même plus ? "Elle a un incroyable avenir devant elle pour son talent de compositeur, chanteur et interprète".

Depuis la mort de Kurt Cobain, Krist Novoselic n'a pas eu la carrière flamboyante ni l'entourage de stars dont peut se flatter son comparse batteur. Pourtant, même s'il a continué à jouer de la basse dans diverses formations, il avoue à Andy Greene de Rolling Stone avoir dû réapprendre les parties de basse avec des livres de tablatures de Nirvana. Il raconte que c'est en répétant à nouveau avec Dave Grohl que ça l'a frappé :

Publicité

Ça m'a frappé et m'a rendu, sombre tout à coup. Je me suis dit "Oh mon dieu. Je joue ces chansons à nouveau".

Il n'est pas le seul a avoir senti un déclic s'opérer en déterrant ces vieux souvenirs, enfouis depuis plus de 20 ans. Dave Grohl témoigne : "La première fois où nous avons rejoué ensemble, c'était comme si je me trouvais nez-à-nez avec un fantôme. La deuxième fois, cette impression s'est atténuée. Et la dernière fois, c'était comme Demi Moore et Patrick Swayze pendant la scène de la poterie de Ghost.

Il poursuit : "Je n'avais pas joué dans ce groupe depuis 20 ans. C'est quand j'ai entendu comment on sonnait après avoir jammé "Scentless Apprentice" que cette reformation m'a semblé légitime. J'avais presque oublié ce que c'était que d'être à nouveau dans une pièce "pleine de Nirvana". C'est ce premier jour qui m'a convaincu de le faire. Je me suis souvenu : "Oh, c'est ça ! On sonnait comme ça et c'est pour cela que les gens nous écoutaient"".

Publicité

Puis la question, celle qui a dû brûler les lèvres de chacun des journalistes présents ce soir-là et que Rolling Stone a fini par la poser : y'a-t-il un avenir possible ? Confiant, le bassiste s'extasie :

C'est une bonne question. Bon, il y a Foo Fighters et Dave a beaucoup d'autres projets en cours. D'ailleurs, j'ai d'autres engagements. Mais je ne peux pas fermer la porte. On l'a fait. Je ne dirai jamais non pour le refaire. Peut-être Dave Grohl et moi pourrions même composer de nouvelles chansons à l'avenir.

Mais on le sait : Dave Grohl est un homme occupé. "Nous n'en avons pas parlé. Nous avons vécu cette soirée comme un événement qui pourrait ne plus jamais se produire. C'est ce qu'il lui a donné du sens, qui l'a rendu si puissant et si beau. Et ça pourrait bien ne jamais arriver à nouveau, alors nous avons donné le meilleur de nous-mêmes. Et putain, c'était bien.

Dans une note sur son blog, il partage une pensée plus intime encore : "Je me sens comme si nous avions invoqué l'esprit du groupe et nous n'aurions jamais réussi cela seuls. Ça, c'est une note douce-amère : Kurt nous manque beaucoup. Mais puisque nous allions être intronisés, le spectacle devait continuer !".

-> À lire : Entretien : la dernière séance photo de Kurt Cobain, vingt ans plus tard

Par Théo Chapuis, publié le 17/04/2014

Pour vous :