AccueilÉDITO

Vidéo : Mr Hublot, Oscar du court métrage d'animation

Publié le

par Théo Chapuis

La France, ce pays pas comme les autres. Ce dimanche, le meilleur film d'animation couronné aux Oscars était La Reine des Neiges, une production des studios Disney, pas suffisamment inquiétée par les deux productions françaises qui l'attendaient en embuscade pour lui ravir la statuette. Ni le populaire Moi, Moche et Méchant 2, ni le déjà très applaudi Ernest et Célestine (César du meilleur film d'animation 2013) n'ont fait le poids face à la production à 150 millions de dollars (soit près de 110 millions d'euros).

Or, cette année, c'est l'Oscar du court-métrage d'animation qui est allé à deux Français : Laurent Witz et Alexandre Espigares. Leur film franco-luxembourgeois Mr Hublot a battu tous ses concurrents dans sa catégorie, y compris Get A Horse !, un film des puissants studios Disney justement (dont un extrait est à voir ici). Petite revanche, mais revanche quand même.

Un succès français

Avec un budget de production modeste même pour un film court (250 000 euros), Mr Hublot confirme la tradition de succès des courts-métrages d'animation d'appellation d'origine contrôlée française. En 2010, l'Oscar du meilleur court-métrage d'animation revenait à Logorama, une production H5, signée par des étudiants sortis de l'école des Gobelins.

Mais chaque année, il n'est pas rare de voir des productions françaises courir après ce prix, aux côtés de Pixar, Bill Plympton ou encore Nick Park des studios Aardman. Tel Oktapodi en 2009, réalisé par Emud Mokhberi et Thierry Marchand, ou encore La Vieille Dame et les Pigeons, en 1998, réalisé par un jeune réalisateur du nom de Sylvain Chomet (à qui on devra, par la suite, les excellents Les Triplettes de Belleville en 2003 et L'Illusionniste en 2010).

Mr Hublot raconte l'histoire de cet homme reclus et perclus de TOC qui vit sa paranoïa dans un monde où tout, des véhicules aux êtres vivants, est mécanisé. L'arrivée d'un chien-robot dans son quotidien pourrait bouleverser les choses.

Le film oscarisé, co-produit avec Arte, est à découvrir (ou re-découvrir) grâce à la chaîne franco-allemande ou simplement ci-dessous. Nos régions ont du talent, la preuve.

À voir aussi sur konbini :