Mohammad Assaf, 23 ans, est la première pop star palestinienne.

Mohammad Assaf, première pop star de la Bande de Gaza

Le jeune palestinien Mohammad Assaf a remporté Arab Idol, l'équivalent pan-arabe de la Nouvelle star française. Au-delà de ses talents vocaux, il est devenu un héros pour les habitants de Cisjordanie et de la Bande de Gaza.

Mohammad Assaf

Mohammad Assaf, 23 ans, est la première véritable pop star palestinienne.

Non, l'Occident n'a pas le monopole des télé-crochets. Arab Idol, la version orientale du succès britannique Pop Idol, consacre depuis 2011 les jeunes pousses de la variété des pays pan-arabes, soit du Maghreb, du Proche-Orient et du Golfe Persique.

Publicité

Cette année, la grand messe télévisuelle des chaînes MBC 1 et LBC a récompensé Mohammad Assaf, 19 ans, citoyen de l'État de Palestine et originaire d'un camp de réfugiés de la bande de Gaza. Dès l'âge de cinq ans, il développe un timbre de voix jugé exceptionnel par son entourage.Après avoir chanté lors de marriages ou de fêtes populaires diverses pendant sa jeunesse, il devient rapidement une gloire locale. On raconte même qu'il aurait chanté devant l'illustre Yasser Arafat lors d'une fête.

Brandis le keffieh !

Pourtant, Mohammad n'est qu'un jeune Palestinien comme les autres. Pour s'en sortir, plus encore dans la bande de Gaza qu'ailleurs, il convient de s'instruire. Avant d'embarquer pour l'expérience Arab Idol, celui-ci s'inscrivait à l'université palestinienne de Gaza pour étudier les relations publiques. Puis tout s'emballe... et il gagne.

Au jour de sa victoire, le 22 juin 2013, le jeune homme est devenu un héros pour les Palestiniens. Et la chanson de ce triomphe, interprétée ce soir-là, c'est "Alli al kouffia" ("Brandis le keffieh"), une chanson traditionnelle émouvante pour chacun des habitants de la Palestine.

Publicité

Mohammad Assaf - Alli el koufia

À l'annonce de sa victoire, des milliers de personnes ont manifesté leur joie dans la rue, ralliant jusqu'aux austères policiers du Hamas à la fête populaire qui voit en Assaf un symbole de la liberté. "Il y a il y a beaucoup de formes de résistance", confiait l'un d'eux à l'un de nos confrères de 20 Minutes. Félicité par Mahmoud Abbas et d'autres membres du gouvernement, le chanteur a même reçu un message encourageant d'un porte-parole de l'armée israélienne depuis son compte Twitter. Oui oui, de la même armée israélienne qui impose un blocus à la bande de Gaza.

C'est cela même qui est important pour les Palestiniens : au-delà de la très belle voix du jeune homme, c'est tout un symbole que la victoire d'un Palestinien qui a grandi dans cette mince zone sinistrée entre l'adversaire Israël et la mer Méditerranée. Un symbole de la reconnaissance des Palestiniens et de leur sort.

Publicité

Mohammad Assaf

Mohammad a ses fans (Crédits : afp.com/Mohamed Abed)

Que cesse la division

Acclamé à tout rompre dès son retour, il a tout de suite compris que sa voix était largement écoutée. Et pas qu'en chanson. Le jeune homme en a profité pour appeler à "l'unité" entre Palestiniens et à "la fin de la division" avec la Cisjordanie. Il faisait évidemment allusion au conflit entre le Fatah et le Hamas, contrôlant respectivement la Cisjordanie et la Bande de Gaza.

Après avoir donné un concert à Ramallah lundi devant 40.000 spectateurs conquis, Mohammad Assaf s'engage dans une tournée qui le verra passer par les villes principales de Cisjordanie, soit Bethléem, Hébron et Naplouse.

Publicité

Héros national

Comme le note le Parisien, L'ONG israélienne Gisha, qui milite pour la liberté de mouvement des Palestiniens, a souligné que la venue du chanteur était "exceptionnelle non seulement parce que les Palestiniens considèrent Assaf comme un héros national mais aussi parce qu'elle se démarque de la politique d'Israël consistant à bloquer l'accès entre Gaza et la Cisjordanie".

Mohammad Assaf est donc plus qu'un chanteur, pour les Arabes de Palestine. Pour eux, il est le symbole de leur avènement, de leur unité, de leur voix qui s'élèverait enfin, libérée du joug israélien et de leurs querelles internes. Ce n'est pas pour rien que le jeune chanteur était surnommé "la roquette" par le jury d'Arab Idol...

 

Par Théo Chapuis, publié le 03/07/2013

Copié

Pour vous :