Les femmes de plus de 50 ans, grandes absentes du cinéma français

Au-delà de 50 ans, les actrices ne représentent que 6 % des rôles au cinéma. Une absence criante lorsqu’elles composent pourtant la moitié de la gent féminine.

Isabelle Huppert dans Eva. (© EuropaCorp)

Si les voix s’élèvent pour dénoncer l’inégalité des représentations dans le septième art – à l’image du vibrant discours de l’actrice Frances McDormand à la 90e cérémonie des Oscars début mars, promouvant l’inclusion rider (clause d’un contrat appelant à une plus grande diversité sur les tournages), le chemin vers l’égalité s’annonce encore long.

En 2017, l’INSEE révélait qu’une femme majeure sur deux avait plus de 50 ans en France. Une réalité – comme beaucoup d’autres – pourtant peu représentée sur grand écran. Comme le révèle un communiqué de l’AAFA (Actrices Acteurs de France Associés), les femmes au-delà de cet âge (visiblement déterminant) n’incarnent que 6 % des protagonistes du cinéma français. Une information relayée sur France Culture par la journaliste Mathilde Serrell à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, dans son billet "Pourquoi les actrices ne vieillissent pas à l’écran ?"

Un vide dans une carrière auquel les actrices doivent faire face, alors en pleine maturité professionnelle, et qui s’inscrit comme une fatalité dans le jeu impitoyable de l’industrie cinématographique. Un mal cultivé par la pauvreté de l’offre de rôles adaptés au cinéma, écho d’un inconscient collectif sociétal, pour lequel il semble impensable d’être une femme épanouie – à la fois professionnellement et personnellement – au-delà de cinquante ans.

Comme si, finalement, la vie d’une femme mature se limitait à son rôle de mère ou de grand-mère. Un "sans entre-deux" parfaitement illustré par cette scène du film Boyhood (2014), où une Patricia Arquette nostalgique confronte son fils aîné sur son propre avenir – alors en pleine préparation de son départ pour l’université – une fois que son deuxième enfant quittera le nid familial à son tour : "You know what’s next ?! My fucking funerals !" (traduction : "Tu sais ce qui m’attend ensuite ? Mon putain d’enterrement !")

Un problème également perpétué par ses exceptions. Car si certaines actrices françaises qualifiées "hors temps" continuent à bénéficier de rôles forts indépendamment de leur âge – à l’image d’Isabelle Huppert, Juliette Binoche, Nathalie Baye, Karin Viard ou Sophie Marceau – c’est au prix d’un jeu dangereux : celui de maintenir un cercle vicieux en cédant parfois à l’appel de photoshop et en acceptant des rôles de femmes censées être plus jeunes qu’elles.

Il serait temps que les femmes reprennent les têtes d’affiche dont elles sont injustement privées.

Par Marie Jaso, publié le 09/03/2018