AccueilÉDITO

Pourquoi l'émission Pimp My Ride était un mensonge

Publié le

par Arthur Cios

Dix ans après les débuts de Pimp My Ride, d'anciens candidats se livrent et dévoilent l'envers du décor d'une émission elle-même customisée. Tout n'était pas vrai, des gadgets aux voitures des candidats en passant par leur réaction. Témoignages, dont celui d'un participant de la version française qui nous raconte les coulisses de l'émission.

Le rappeur Xzibit, présentateur et pimpeur en chef

C'est au mois de mars 2004 que fut diffusé le premier épisode d'une émission sur le point de devenir culte, Pimp My Ride. Au programme, 20 minutes de tunning, de mecs surexcités par leur nouvelle voiture, et de Xzibit. Seulement, presque 11 ans plus tard, quelques participants racontent une tout autre version des faits, un envers du décor beaucoup moins séduisant, traduisant la triste réalité des productions télévisées.

"So you wanna be a player ? But your wheels ain't fly. You got to hit us up, to get a pimp't out ride". Si à la lecture de ces mots, un hymne vous revient en tête, avec des images de voitures customisées et de couleurs pétantes, c'est que vous avez dû vous aussi pas mal traîner devant MTV dans les années 2000. Pimp My Ride était, et est encore, une émission phare de la chaîne, qui fut poussée jusqu'en 2007 pour une sixième saison, sans parler des nombreuses reprises dans le monde entier, des DVDs, des jouets ou des jeux de Playstation 2.

Le principe de l'émission est simple : une personne est choisie par la chaîne pour être l'heureuse élue de l'épisode. Plus sa voiture est en piteux état, plus il a de chances d'être sélectionné. Puis, Xzibit vient rendre une visite "surprise" pour lui annoncer que son épave va être pimpée. Et à la fin, l'heureux propriétaire va chercher son nouveau bolide, flambant neuf et rempli d'accessoires et de gadgets plus ou moins utiles. Alléchant donc.

Seulement voilà, bien que la supercherie semblait évidente, notamment sur les réactions des protagonistes face à leur "nouvelle" voiture, le Huffington Post publie un article où trois anciens participants racontent les mésaventures du tournage.

 "You've officially been pimped"

Ce qu'on apprend des témoignages des trois candidats, c'est tout d'abord l'omniprésence d'un "script", ou tout du moins d'un manque de spontanéité. À titre d'exemple, Xzibit n'est jamais allé sonner chez eux. Ces derniers étaient placés dans une maison louée par MTV, où ils attendaient soit un chèque cadeau, soit un mythique "Yo Dawg", marque de fabrique du rappeur-présentateur. Pas vraiment une surprise à part entière, donc.

De même pour la scène finale, où l'on attend que le candidat saute partout devant sa nouvelle voiture. Jack Glazier, apparu lors de la saison 4, raconte qu'il n'avait pas eu d'assez grandes réactions lors de la première prise, qui fut d'ailleurs très courte car coupée dès le début.

Je m'en souviens très bien, Big Dane, le grand, m'attrape par l'épaule, me ballade un peu partout dans le magasin et me dit "écoute, on a beaucoup bossé dessus, on attend de toi que tu sois un peu plus putain d'enthousiaste".

De même pour Justin Dearinger, issu de la saison 6, qui explique quant à lui avoir reçu comme directives de la part du réalisateur "d'être plus énergique, de sauter partout et de crier".

Cela ira plus loin encore. Jack raconte qu'un des producteurs lui aurait conseillé de quitter sa copine, ou qu'il accepte qu'elle ne soit pas dans l'émission. La raison ? Pour que l'histoire du type qui a une voiture pourrie et qui a besoin qu'on la retape afin de ne plus être seul soit cohérente. De la même manière que certaines voitures sont salies volontairement, comme pour Jack, où la production a rajouté une bonne dizaine de mégots dans la voiture.

Pire encore pour Justin. Lui qui s'auto-qualifie de "fat" a découvert avec surprise que des bonbons ont été disposés sur le sol de sa voiture, comme pour accentuer sa gourmandise. Cerise sur le gâteau, un des gadgets de la voiture fraîchement pimpée fut... une machine à barbe-à-papa.

D'autres surprises attendaient les participants. Eux qui pensaient voir leur voiture partir pour une ou deux semaines se retrouvaient sans véhicule pendant plus de six ou sept mois. Ils recevaient alors une indemnité de 2000 dollars par la chaîne. Côté customisation, quand elle est de bon gout, tout est loin d'être parfait. Entre la peinture en rouge alors spécifiée par l'intéressé comme étant la couleur qu'il déteste le plus, et le faux bras robotisé qui ne fonctionne pas du tout seul, en passant par les multiples télés qui la plupart du temps ne s'allument pas, la réalité semble bien différente de celle présentée dans l'émission.

Plusieurs des accessoires rajoutés ont même été enlevés une fois le tournage fini, comme pour Justin et son seau à champagne intégré. Bien qu'effectivement absolument pas nécessaire, il avait été mis en avant dans l'épisode, avant que la production ne décide de l'enlever, par question de sécurité. En revanche, rien ne sera jamais modifié dans les mécaniques des bolides. "On pimpe des voitures, on ne les répare pas". Certaines d'entre elles tomberont en panne au bout de quelques jours, dont celle de Jack, qui a dû investir plus de 18 000 dollars dedans. Et bien évidemment, interdiction de mettre en avant la présence dans le show d'une quelconque offre de vente.

 "Ta voiture a été pimpée"

Et en France alors ? Car parmi les diverses adaptations se trouve une version française, financée par MTV France, et présentée par Ramzy Bédia. Le temps de deux saisons, une petite vingtaine de voitures furent "pimpées" de la même manière ou presque. Cela étant dit, le budget est radicalement différent. On est en 2009, deux ans après la fin de la version US, donc la chaîne est assez sceptique et ne veut pas se ruiner.

Les extravagances en moins, aura-t-elle affaire aux mêmes soucis de production précédemment évoqués ? Pour le savoir, nous avons interrogé un ancien participant, Tom, se faisant appeler désormais Shura, pour en parler. Pour lui, il y a effectivement un manque de surprise latent tout le long du show.

J'ai été prévenu quatre heures avant que Ramzy allait venir. On a dû tourner plusieurs prises avant que ce soit la bonne. À la troisième prise, on en rigolait avec Ramzy, j'en jouais.

Plus ou moins pareil pour la découverte du bolide :

Autant, il voulait que j'aie vraiment la surprise, c'est-à-dire que je ne l'ai pas vu avant, autant ils m'ont demandé de faire une deuxième prise parce que j'étais pas assez enthousiaste.

Quant à la voiture, ce dernier explique, non sans rigoler, que la production l'avait effectivement salie volontairement.

Il fallait marquer l'avant avec l'après, donc ils ont rajouté des trucs. Quand ils sont arrivés, mon Van était propre. Les toilettes n'étaient évidemment pas là. Quand ils cherchaient de quoi agrémenter le tout, ils ont même rajouté un poster de Tokio Hotel, alors que j'étais dans un groupe de metal...

D'ailleurs, la voiture sera construite en partie autour de sa passion, son métier. "Elle était parfaite, il n'y avait franchement pas grand chose à redire. Bon, oui, ils ont un peu joué sur le cliché du metalleux qui aime les crânes, alors que c'était pas du tout notre délire à ce moment-là. Ils en ont mis beaucoup. Mais bon, c'est le jeu" dit-il en rigolant encore une fois.

Cependant, en plus d'être satisfait et reconnaissant, Shura reconnait ne pas avoir subi les problèmes techniques et autres. L'ordinateur qu'il reçut, il l'utilise encore. Et tout était en parfait état. "Je peux comprendre que certaines personnes aient été déçues, j'ai cru entendre des bruits de couloirs de mecs en France assez énervés, mais pas moi. J'ai beaucoup aimé l'expérience mine de rien."

Il est également très réaliste sur le monde de la télé et est assez compréhensif au final.

Il ne faut pas être dupe, je savais que cela se passerait comme ça. Il n'y a que les Américains pour se surprendre et réagir de la sorte face à ce genre de choses. Il ne faut pas oublier qu'ils ne font pas ça gratuitement, il y a forcément la recherche du spectacle et tout ça.

À voir aussi sur konbini :