featuredImage

Avec l’hilarant Le monde est à toi, Romain Gavras électrise Cannes

Huit ans après son premier long-métrage, Notre jour viendra, le réalisateur Romain Gavras dégoupille Le monde est à toi. Un nouvel opus truffé d’humour et peuplé d’acteurs en totale symbiose. Il a été présenté à Cannes, à la Quinzaine des réalisateurs, et sortira au cinéma le 22 août prochain.

© Studiocanal

Il a le regard fou, obsédant, et possède ce charisme brut qui devrait enchanter le cinéma pour longtemps. Il y a trois ans, Karim Leklou brillait dans Coup de chaud de Raphaël Jacoulot, un drame caniculaire dans lequel il campait un fils de ferrailleurs qui faisait flipper tout un village.

Cette année, le metteur en scène Romain Gavras lui permet enfin d’accéder à un premier rôle archi-mérité, celui de sa nouvelle réalisation Le monde est à toi. Il est en effet la pièce maîtresse d’un casting cinq étoiles, épatant et attendrissant sous les traits de François, un petit dealer souhaitant devenir le distributeur officiel de la marque Mr Freeze au Maghreb.

Mais comment se lancer dans ce business rêvé quand sa maman exubérante, expansive et dépensière a dilapidé ses quelques économies ? Afin de camper ce personnage 100 % irrésistible, Romain Gavras a eu l’idée de génie de faire appel à Isabelle Adjani, laquelle lui a insufflé un vent de folie, d’hystérie et d’humour complètement décapant.

Dès sa première apparition volcanique à l’écran, elle donne le la de cette comédie d’action frappadingue et snatchienne. Elle avance sans filtre, heureuse sous ses accoutrements grandiloquents comme une môme qui va à un carnaval, tourbillonnante, convulsive et si attachante.

Bande de dingues

Bref : une maman king size qui occupe l’espace et étouffe son grand gaillard qu’elle ne parvient jamais à considérer autrement que comme son bambin. Excédé, François finit donc par répondre aux sirènes dangereuses de Poutine, un caïd fantasque qui lui propose de renflouer ses caisses grâce à un plan en Espagne.

Dans sa besace, il va rapporter une garde rapprochée composée de bras cassés. Oulaya Amamra (la révélation de Divines) et Vincent Cassel sont ainsi parfaits dans les peaux respectives de l’amour de jeunesse et du beau-père, un ex-taulard shooté aux vidéos conspirationnistes. Pour ne citer qu’eux.

On ne vous gâchera pas le plaisir de découvrir les autres personnages, tout aussi percutants. Romain Gavras les dirige avec une fougue et une joie totale, n’en négligeant aucun, même quand ces derniers n’ont que trois ou quatre mots à prononcer. Et c’est cette meute de héros chtarbés qui dynamite le long-métrage. Le monde est à toi est clairement et intrinsèquement un film de groupe, de bande. Mais jamais dans ce que cette démarche a souvent d’autistique. Oh que non.

Dans un esprit d’amusement, toute l’équipe a réussi à bâtir des aventures vives, drôles, entremêlant vannes et situations politiquement incorrectes et instants régressifs et absurdes. L’entreprise, filmée avec un œil pop et rieur, est par ailleurs drapée d’une bande-son qui ose du Michel Sardou, du Laurent Voulzy et une utilisation vraiment superbe du tube "Africa" de Toto. On rit de bon cœur, on est divertis tout du long et on ne voit pas le temps passer. Une réussite.

Par Mehdi Omaïs, publié le 12/05/2018