Le Klub des Loosers annonce la sortie d'un album instrumental

Un peu plus d'un an après la sortie de La fin de l'espèce, le Klub des Loosers, le combo versaillais, annonce la sortie d'un album instrumental Last Days : Soundtrack of an Imaginary Movie à paraître le 13 mai prochain.  

Klub des Loosers

À éclipse. Voilà comment semble pouvoir être défini le parcours du Klub des Loosers depuis sa formation et la sortie d'un premier album retentissant en 2004, Vive la vie. Des hauts, des moments d'extrême créativité et de grande médiatisation comme à l'heure d'Institubes et du projet L'atelier avec Tekilatex et James Delleck, ou lors de l'expérience Klub des 7.

Publicité

Klub des Loosers, un parcours à éclipse

Publicité

Et puis cette absence, plus de huit ans sans sortir aucune chanson. Une éternité quand on sait le fonctionnement de l'industrie musicale. Cela pouvait se comprendre pour un artiste misanthrope qui aime à cultiver le mystère et livrer ses compositions avec parcimonie. Cela était intelligible pour quelqu'un qui semblait penser sa vie autrement que par l'oeilliére bien souvent détestable du milieu du hip-hop français.

Mais quand on entend "absence", il convient pour autant de préciser quelque peu. Car si le Klub des Loosers en tant qu'entité "DJ - MC" s'est absentée, son rappeur et producteur Fuzati lui a continué à fournir sa dose de sélections musicales éclectiques. Digger, avec les Broadcast Session (trois jusqu'à maintenant), il propose une compilation de titres chinés à droite à gauche. Compositeur il avait sorti en 2010 Spring Tales (réédité en 2012),  des instrus inédites servies froides.

Publicité

Digger.

Alors quand on parle de retour du Klub, il faut savoir peser ses mots. Malgré ce qui est écrit sur la pochette, il semblerait qu'il s'agisse plus d'un retour de Fuzati plutôt qu'un opus négocié avec son compair Detect. C'est à lui qu'on attribue les propos dans le communiqué de presse, c'est de son expérience semble t-il que le disque est inspiré.

De l'instrumental, comme d'habitude finalement, comme quand entre 2004 et 2012 on désespérait de revoir l'intéressé fouler les planches et on peinait à se rassasier de ces miettes musicales, maigres mais délicieuses.

Publicité

Mais bon, même quand il ne rappe pas, le MC ne peut s'empêcher de mettre en débacle les totems de la société contemporaine. Pour Last Days Soundtrack of an Imaginary Movie (à paraître le 13 mai), c'est un album à contexte qu'il propose. Bande-son du grand écart entre travail alimentaire et volonté de créer malgré tout :

Au début de l'année 2006, j'ai compris que j'aurais du mal à créer encore de la musique, et à en vivre. J'ai donc trouvé un job de jour, et décidé de composer la nuit et les week-ends (...) J'ai développé une sorte d'obsession : créer chaque soir un nouveau morceau (...) Last Days est l'un des albums que j'ai enregistrés pendant cette période de travail intensif

Un premier extrait "Workaholic" est déjà en écoute. Pour se faire une idée. Et retrouver ce bel inconnu qui s'est fait souvent absent.

On vous conseille également : 

Source : LibéNext

Par Tomas Statius, publié le 08/04/2013

Copié

Pour vous :