Lauryn Hill

Lettre de (presque) rupture à l'attention de Lauryn Hill

Alors qu'elle ne semble pas au bout de ses démêlés avec la justice, Lauryn Hill publie une lettre sur son Tumblr dénonçant les conditions de son procès. 

Lauryn Hill

Lauryn Hill

J'aurais pu la suivre au bout du monde, me délasser pour le restant de mes jours de son visage et goûter chacune de ses paroles comme un met délicieux. Lauryn Hill représente beaucoup : la sensualité, la chaleur dans la voix, une écriture acerbe, un flow aiguisé et puis probablement l'un des meilleurs albums de hip-hop que j'ai écouté : The Score de The Fugees.

Publicité

Et quand récemment elle a eu quelques démêlés avec la justice pour ne pas avoir payé ses impôts entre 2005 et 2007, on ne pouvait que l'excuser, elle qui annonçait, comme pour se faire pardonner, la sortie d'un nouvel album et d'une batterie de titres. En parallèle, elle signait un deal d'un million de dollars avec Sony. On attendait la suite avec impatience.

L'étrange lettre de Ms Lauryn Hill

Quand le premier extrait est paru, Neurotic Society, on ne retrouvait pas les éléments qui avaient déclenché une brûlante passion. Mais on ne s'inquiétait pas. Lauryn Hill avait brusqué, en raison d'une injonction judiciaire, la composition et sortie de son titre.

Un titre mal enregistré, pas transcendant (c'est une litote), sur lequel elle déversait sa haine de la société. Des paroles noires que nous buvions comme un sacerdoce, comme une preuve réitérée d'amour à la grande artiste qu'elle est.

Publicité

 

Du "racisme" dans son jugement

Et aujourd'hui, on ne comprend plus. On ne peut plus la suivre. Tout cela est trop gros, trop évident, trop caricatural. Lauryn Hill est peut-être acculée. Ça ne doit pas l'empêcher de garder son discernement.

Son jugement passé, la sentence actée (trois mois d'emprisonnement), la lady de South Orange s'en remet au "racisme" pour expliquer "l'acharnement" judiciaire dont elle se dit être la victime. Rappeler les privations et les coups portés au "peuple noir", parler de la brutalité de l'épreuve qu'elle vient de vivre, comparer la juge en charge de l'affaire aux maîtres négriers.

Publicité

Faire de son cas une généralité, un symbole des attaques contre la communauté afro-américaine, effectuer une montée en généralité alors que la racine de cette histoire n'est qu'un manquement à ces devoirs civiques. Lauryn Hill s'est perdue discursivement, même si le texte alerte et intelligent, publié sur son Tumblr, ne manque pas de brio.

Égarée dans les méandres de son amertume, sa prose se voit enfermée dans une dénonciation fallacieuse des conditions de son jugement. Extrait choisi :

Le peuple noir reste une communauté déchirée, enfermée, interdite de faire des choix de son propre chef, et de faire l'expérience de la liberté existentielle (...). La taxation sans représentation politique, dois-je vous le rappeler, était la base des revendications de la guerre d'indépendance qui permit à ce pays de s'affranchir de la tutelle britannique. La colère n'est pas la seule réponse aux abus de pouvoir, mais elle est appropriée quand il n'y pas de réel conscience de ces abus, ou de profonds changements [...]. Même le juge rappela que j'ai eu et élevé des enfants pendant cette période [celle où elle n'a pas payé ses taxes, ndlr]. Comme si cela n'était pas assez difficile. Sa voix m'évoque les échos des maîtres des esclaves qui espéraient qu'une femme donne la vie dans les champs et continue à travailler immédiatement.

Publicité

Entre espoir et dédain

Car s'il l'on ne peut vérifier ses allégations (bien heureux celui qui pourrait dire si la juge en question a traité dédaigneusement la belle), on dirait simplement qu'elle se trompe de bataille en changeant son fusil d'épaule. Il aurait mieux valu rappeler l'exemple insupportable que la justice essaie de faire de son cas (alors qu'elle est à présent en mesure d'éponger ses dettes) plutôt que de se fendre d'un texte au postulat nul et non avenu.

Lauryn Hill

Chacun a droit à ses moments de faiblesse, on en convient. C'est pourquoi ses mots tapés fébrilement respirent l'espoir malgré le constat cinglant : Lauryn Hill n'est plus la jeune et talentueuse chanteuse qu'elle était à l'époque révolue de The Fugees ou de The Miseducation of Lauryn Hill. Ce qui ne veut pas dire qu'on ne doit plus l'aimer. Juste être conscient de ses limites.

Reste à attendre une chose : que les choses se tassent et qu'elle en revienne à ce qu'elle fait de mieux, la musique.

On vous conseille également : 

Par Tomas Statius, publié le 28/06/2013

Copié

Pour vous :