La Villette Sonique met à l'honneur la musique électronique

Lancé sous le nom de Feed Back en 2003, rebaptisé Villette Sonique depuis 2006, le festival parisien met la musique électronique à l'honneur le jour comme la nuit. Présentation des temps forts de la programmation 2014. 

Affiche 2014 du festival Villette Sonique

Affiche 2014 du festival Villette Sonique

À partir de ce soir 19h30 à la Cité de la musique de Paris, prête à recevoir la musique expérimentale du pianiste virtuose Nils Frahm (il sera suivi par le Français Chassol sur scène), la Villette Sonique déroulera sur une semaine une programmation éclectique et de qualité, de jour comme de nuit.

Publicité

Si le début du festival fait la part belle au live (du lundi au jeudi), le week-end entérinera son passage en mode nuit. Dès lors, la cadence s'accélère avec la soirée du vendredi ; le samedi avec performances l'après-midi et soirée "live"... avant d'atteindre le climax du dimanche soir, ultime soirée "club" – et bien heureusement, veille de jour férié.

Plus qu'une machine "club", l'originalité du festival provient indéniablement de l'éclectisme de sa programmation. À l'instar des Nuits Sonores, il parvient à proposer sur la même affiche une palette large d'artistes, réunis pourtant sous le même drapeau de la musique électronique. Sans jamais verser dans les querelles de chapelles.

Publicité

Un pont habile entre les différentes familles de la musique électronique

Au parc de la Villette, on pourra d'abord voir des lives de vrais explorateurs de la musique électronique, à l'instar de Low Jack, signé sur L.I.E.S et sur In Paradisum.

Le label français assurera la programmation du mercredi soir au Trabendo conviant pour l'occasion Prurient, Powell et Sister Iodine pour une soirée placée sous le signe de l'expérimentation. 

Publicité

Chemins de traverse et sonorités étranges, encore, avec James Holden. Programmé le vendredi soir sur la scène de la Grande Halle, le Britannique enchaînera les douze pistes de l'album The Inheritors, opus sur lequel il avait démontré son sens du doigté (un extrait ici).

Loin de s'arrêter à la partie émergée du continent électronique, c'est une image métissée de ce genre musical qu'offre la Villette Sonique. De la cold wave de Factory Floor aux rivages électriques de Jon Hopkins et Four Tet, la soirée du jeudi comblera, on en est sûr, les amoureux de musique live. Un axe de programmation poursuivi le vendredi avec la performance attendue de l'homme orchestre Ty Segall, ainsi que le samedi où entre les vétérans de Slowdive, Loop et Hookworms, on boira la coupe shoegaze jusqu'à la lie.

Publicité

Outre l'amour des machines et les groupes de scène, le festival mettra également à l'honneur les hommes de dancefloor. Indéniable temps fort du samedi soir, le back to back de près de trois heures entre Andrew Weatherhall, le mentor, et Daniel Avery, l'élève, sera suivi du set de l'Argentine Ana Helder, chouchou de Matias Aguayo, du côté du Cabaret Sauvage. Le cirque sera également dimanche le siège du temps fort du festival : Todd Terje (live), Acid Arab, et Shit Robot y fermeront cette huitième édition.

La danse à l'extérieur

Mais ce qui fait de la Villette Sonique un festival pas comme les autres, c'est qu'il offre la possibilité à ceux qui ont le portefeuille en berne de voir des têtes d'affiche le samedi et dimanche après-midi, au calme, sur les vertes prairies du parc aux confins de la capitale.

Cette année encore, ce "off" du festival sera de haute volée avec la présence dès 13h30 le samedi de Pilooski, mais aussi des Pachanga Boys, du bébé DFA - The Crystal Ark -  ainsi que de Future Brown, super-groupe formé pour l'amour de la bass music par Fatima Al Qadiri, Nzuguzungu et J Cush, fondateur du label Lil City Trax.

Quant au dimanche, on se réjouit par avance de profiter du farniente avec de déguster chaud la performance des australiens de Jagwar Ma, qui nous ont habitué à des shows de qualité.

Par Tomas Statius, publié le 02/06/2014