AccueilÉDITO

La Route du Rock 2013 en 5 concerts

Publié le

par Florian Bardou

Route du Rock 2013 – Concrete Knives // Photos Konbini, Florian Bardou

Après une Route du Rock 2012 en demi-teinte, le festival malouin de rock indépendant frappe cette année un coup de maître grâce à une programmation pointue et alléchante. Compte rendu de la petite sauterie en cinq concerts marquants.

Route du Rock 2013 // Photos Konbini, Florian Bardou

Les murs du fort Saint-Père en tremblent encore. Avec 21 000 festivaliers réunis du 15 au 17 août en terre bretonne pour trois jours d’indie rock à fond les ballons, la 23ème édition de la Route du Rock, éclectique et tatillone, a marqué les esprits. A l’affiche, pas mal de noms qui font l’actualité musicale de la planète indépendante : Tame Impala, Nick Cave, Godspeed you ! Black Emperor, SUUNS, ou encore Concrete Knives. Un programme alléchant pour un festival ambitieux et généreux, qui avait déjà vu passer The Cure, les Smashing Pumpkins, Supergrass ou Noir Désir, entre autres.

La foule qui s’ammasse dans l’enceinte du fort a des accents anglo-saxons. Toute Jersey s’est déplacé, les drapeaux bretons flottent au vent : c’est l’excentricité qui domine. Musicalement, la Route du Rock 2013 est une réussite. Voici cinq moments forts de l'un des festivals les plus exigeants de cet été.

#1. Tame Impala 

Les Australiens originaires de Perth, en tournée estivale pour leur dernier album Lonerism, étaient sans aucun doute la tête d’affiche de cette Route du Rock 2013. Pari gagné pour Tame Impala, malgré quelques problèmes de son en régie, surprenants pour un concert de cette envergure.

Kevin Parker et ses accolytes assurent un set magistral, ultracosmique comme à l’accoutumée. Leur jeu de guitare vaut tout l’or du monde : le public exulte sur des « Half full glass of wine », « Elephant » ou « Feels like we only go backwards » pêchus et efficaces. Les riffs néo-psyché détendent. Bref, Tame Impala sait mettre à l’aise une assemblée les traits tirés par deux jours de festivités.

La Route du Rock 2013 // Photos Konbini, Florian Bardou

#2. Godspeed you ! Black Emperor

Les Montréalais de Godspeed you ! Black Emperor, très attendus, ne sont pas du genre à laisser indifférent. Pour citer nos confrères de Ouest-France : « On adore ou on déteste ». Sur scène, la petite dizaine de musiciens se veut discrète : les sonorités montent crescendo.

Chaque morceau dure une bonne demi-heure : la musique est captivante, mais déroutante. Difficile de rentrer dans un concert aussi expérimental. Mais il faut reconnaître le talent musical du collectif qui se veut sans prétention. Une performance convaincante après au moins 48h de digestion.

 #3. Concrete Knives

C’était sans nul doute les « locaux » de cette Route du Rock 2013. Les Normands ont pourtant offert une des meilleures prestations scéniques sur les terres de leurs rivaux bretons. Leur set est énergique, tribal, presque envoûtant et la mayonnaise prend vite : les fougueux Concrete Knives se révèlent un formidable groupe de live qui mérite amplement sa place sur la grande scène. Très pometteur pour cette jeune formation à l’état brut qui a encore beaucoup à donner…

Route du Rock 2013 - Concrete Knives // Photos Konbini, Florian Bardou

#4. Zombie Zombie

C’est le coup de cœur de cette 23e édition de la Route du Rock. Avec ses influences très Kraftwerk, le duo électro rock Zombie Zombie formé par des anciens de Herman Düne et de The Married Monk a, en une petite heure, démontré sa précision et son originalité. L’électro de Zombie Zombie a des propriétés hypnôtiques. Difficile de passer à autre chose après un set qui prend contrôle de votre corps et laisse sans voix.

#5. Disclosure

Quoi de mieux qu’un set de Disclosure pour parechever cette Route du Rock 2013 ? Programmé pour clotûrer trois jours de festival, le duo électro britannique est venu finir le boulot sans pour autant casser la baraque. La performance est propre, agrémentée d’effets visuels 3D. Les quelques bribes d'averse n’entâchent pas les très très prenants « When a fire starts to burn », « White Noise » et « You & Me ».

De quoi faire danser les survivants de cette Route du Rock jusqu’à tard dans la nuit.

À voir aussi sur konbini :