AccueilÉDITO

La Pépite Pop : Einleit, pop perverse

Publié le

par Théo Chapuis

Lorsqu'on cite parmi ses influences Pink Floyd, Metronomy et Radiohead sans frémir, c'est qu'on a déjà assez bon goût. Ça ne fait pas tout, mais c'est un début. À l'écoute du premier EP d'Einleit, les choses se précisent : on note une conscience mélodique certaine et une chouette maîtrise des rythmiques compliquées.

Ce trio parisien, qui se définit comme mi-japonais, mi-frenchy et nommé en islandais, montre les griffes dans des compositions tour-à-tour plutôt obscures ("Oak Lounge"), étrangement funky ("Echoes and echoes") ou qui réveilleront le fan de Breton qui sommeille en vous ("Piaf Iutgaw"). En l'occurrence, si elle n'est pas aussi "noire" qu'ils le disent eux-mêmes, leur musique a ce côté pervers qui fait défaut aux artistes qu'on oublie trop vite.

L'actu : le clip de "Trembling Tokyo"

Le clip de "Trembling Tokyo", posté lundi 12 mai sur YouTube, confirme tout le bien qu'on commençait tout juste à penser du groupe. En plus d'un univers musical dense et soigné, le visuel n'est pas en reste : dans ce superbe clip réalisé par Masato Riesser et Fabrice Coton, on suit un jeune homme qui sème l'angoisse dans la métropole japonaise. Mais même s'il arbore un air pervers et des manières de prédateur sexuel, ira-t-il jusqu'au bout ?

Plus encore que dans le premier EP, Jun Suzuki déclame plus qu'il ne chante. Cet effet de voix augure du meilleur pour accompagner la richesse mélodique des synthés. Ne manque que ce pont abrasif, toutes percussions dehors, qui confirme l'attention toute particulière réservée aux arrangements par Einleit. On est accrochés.

Le prochain EP d'Einleit s'appelle Fire Walk With Me. Il sortira le 26 mai 2014 et "Trembling Tokyo" en est le premier single. Un petit sourire vicelard aux lèvres, on attend sa sortie.