AccueilÉDITO

La Ferme des animaux de George Orwell va être adaptée en jeu vidéo

Publié le

par Pierre Schneidermann

Adaptation en film d’animation de la Ferme des Animaux – 1954 –
Crédit : Halas and Batchelor Cartoon Films

Qu’est-ce que ça fait d’assister en direct à une dérive dictatoriale ? Un jeu vidéo adapté d’un roman d’Orwell y répondra fin 2018.

Image tirée de l’adaptation en film d’animation de <em>La Ferme des animaux</em>, sortie en 1954. (© Halas and Batchelor Cartoon Films)

La Ferme des animaux, le petit livre de George Orwell publié en 1945 décrivant la révolte des animaux d’une ferme contre les humains (suivi de la prise de pouvoir des cochons sur toutes les autres bêtes), sera prochainement adaptée en jeu vidéo sous le nom de "Animal Farm", reprenant ainsi le titre original de l’histoire. Le joueur incarnera l’un des animaux, assistera à tous les événements politico-animaliers du roman et devra prendre des décisions qui, forcément, auront une incidence sur la tournure des événements.

L’opus sera réalisé par une équipe indépendante composée de personnalités déjà primées de l’univers vidéoludique, telles que Imre Jele (créateur des studios Bossa), Andy Payne (passé par Just Flight et AppyNation) et Georg Backer (créateur de la boîte A Brave Plan et qui a bossé sur la série des Fable). Le jeu sortira d’abord sur PC – d’autres plateformes suivront peut-être. D’après le site DualShockers, l’adaptation ne sortira pas avant la fin de l’été 2018.

Si le livre d’Orwell est au départ une critique de la révolution russe, les créateurs du jeu, dans leur communiqué, interprètent la fable animalière de manière plus large, en y voyant une "allégorie du pouvoir absolu" ainsi qu’un "terrible avertissement". Dans un autre article de DualShockers, Imre Jele livre une vision très personnelle du jeu vidéo :

"Créer ce jeu n’est pas uniquement une question de divertissement ou d’art. On a aussi une responsabilité sociale et culturelle."

Littérature, politique et jeux vidéo

Le choix de La Ferme des animaux est judicieux car l’histoire est solidement ancrée dans les imaginaires. Une grande partie des écoliers du monde occidental a lu le livre. Il a été adapté en film d’animation en 1954 et en téléfilm en 1999. Il sert aussi d’exutoire quand la démocratie prend la tasse. En début d’année, le Guardian rapportait que 1984, son petit frère non moins talentueux, s’était hissé en 6e place des ventes d’Amazon après que la conseillère en communication de Trump, Kellyanne Conway avait créé et employé la désormais célèbre notion d'"alternative facts".

Quant à l’expérimentation politique en jeu vidéo, on l’a déjà croisée à plusieurs reprises par le passé. La série des Democracy, commencée en 2005 par Positech Games, est une sorte de Sim City de la politique où l’on endosse le costume d’un chef d’État. Dans la série des Tropico, lancée en 2001, on incarne au contraire un dictateur de république bananière. À échelle plus modeste, le jeu Papers, please, sorti en 2013, propose d’incarner un agent d’immigration dans une dictature communiste fictive.

À voir aussi sur konbini :