La Boiler Room à l'heure du rap français

Pour cette première Boiler Room 100% Rap Français, Tealer a réuni un plateau de gala : Joke, Myth Syzer, Espiiem. Grosse ambiance, gros son. 

Photo de famille - Trouvée sur la page Facebook d'Espiiem

Photo de famille - Trouvée sur la page Facebook d'Espiiem

Le 1er juin, dans leur boutique de la rue Alexandrie, les mecs de Tealer réunissaient un gros plateau pour une Boiler Room consacrée au rap français. Initialement cantonnée à la musique électronique et tous ses dérivés, elle est la preuve que le programme a vraiment pour ambition de couvrir l'ensemble du spectre musical et qu'il s'installe de plus en plus dans le paysage hexagonal.

Publicité

Dans le même genre, rappelons que la prochaine Boiler Room se tiendra dans deux jours au Baron et réunira la crème de l'électro - teinté de disco - à la française : Yuksek, Etienne Jaumet, Cosmo Vitelli, le duo Get A Room ou encore Marco Dos Santos.

Boiler Room : Joke, Espiiem et Myth Syzer chez Tealer

Et pour cette première c'est un plateau très "sautillant" que la marque parisienne a réuni : deux lives, Espiiem et Joke, deux Dj Sets, Myth Syzer et l'AbcdrDuSon.

En live comme sur CD, la musique du premier est issue d'un mélange réussi entre amour du verbe et instrumentations virulentes, assez proches des standards américains du genre.  On avait pu le constater sur son mini-album Haute Voltige et cela se voit en live.

Publicité

Même chose pour Joke MTP dont le premier album Ayetaba fait dans la basse, les "hooks" bien sentis et le verbe efficace.

Publicité

Pour ambiancer le tout, on retrouve également le beatmaker Myth Syzer, accompagné au terme de son set par les "Bons Gamins", Yann Ichon, Loveni et Prince Waly pour une session freestyle. À noter que le producteur parisien signé sur Plug Research a dévoilé hier "Follow Me", un titre brumeux qui voit la participation fictive du rappeur Max B.

Ainsi qu'un AbcdrDuSon crew propulsé agrégateur de tendances, pour une performance entre new et oldschool.

Publicité

Par Tomas Statius, publié le 13/06/2014

Pour vous :