Konbini Book Club : 10 beaux livres à offrir pour plier le game des cadeaux à Noël

Il vous reste à peine quelques jours pour faire vos cadeaux mais cette sélection est là aussi pour vous rappeler que le livre est un superbe objet.

Pour ton père qui t’a bercé avec les plus beaux moments sportifs du XXe siècle : GOAT, A tribute to Muhammad Ali (Taschen)

À sa sortie, Taschen a tout simplement annoncé avoir fait paraître "le plus grand livre jamais consacré à un sportif" et pour le coup, impossible de les contredire ! En même temps, quand on s’attaque à "The Greatest", une telle icône, un homme autant adulé que détesté, il vaut mieux avoir prévu quelque chose de grandiose. Ce livre est un modèle d’iconographie, complété par un travail titanesque d’entretiens, d’extraits et de textes signés par la fine fleur du journalisme américain comme Gay Talese ou Tom Wolfe. Chacun a voulu s’emparer à sa manière de la légende Muhammad Ali. Un livre sur le sport bien entendu, mais aussi sur l’Amérique, étant donné ses engagements, notamment contre la guerre du Vietnam. Et puis rien que pour les punchlines, ça vaut le détour : "Je suis si rapide que la nuit dernière, j’ai éteint la lumière dans ma chambre d’hôtel et j’étais dans mon lit avant que la pièce soit plongée dans l’obscurité." Encore plus fort que les "Chuck Norris Facts".

Publicité

(© Taschen)

Pour ta mère qui un jour a été punk et fantasmait sur Robert Mapplethorpe : Patti Smith, Just Kids (Gallimard)

(© Gallimard)

Vous avez aimé le récit autobiographique de 2010, pour lequel Patti Smith a reçu le "National Book Award" ? Vous l’adorerez dans sa version augmentée et en grand format. Le texte initial nous plongeait dans le New York de la fin des années 1960, en pleine effervescence artistique. Il nous donnait à voir la vie de bohème, la vraie, où elle deviendra poète et chanteuse aux côtés du futur photographe Robert Mapplethorpe. Récit d’initiation, ode à un amour disparu, témoignage de l’époque du Chelsea Hotel et de la Factory, il y avait tout dans ce livre devenu culte. Pour ajouter au plaisir, cette nouvelle édition proposée par Gallimard est alimentée de près de 100 illustrations dont des Polaroid de Mapplethorpe lui-même et des documents d’archives inédits de Patti Smith. La définition même de ce que doit être un beau livre et une vraie bonne idée cadeau.

Publicité

Pour ton grand frère fan de Bruce Willis dans Piège de Cristal : Le Cinéma d’action américain, Olivier Delcroix (Hoebeke)

Intrigues simplistes, explosions bruyantes, femmes dénudées à la plastique de rêve : à première vue, un film d’action rassemble tout ce qu’il y a de plus bourrin. À tel point d’ailleurs qu’il est souvent considéré comme faisant partie d’un sous-genre à ne pas prendre au sérieux.

Et si l’action movie (une appellation apparue la première fois en 1982 à la sortie du premier Rambo) était en fait une des bases du cinéma moderne, un art bien plus compliqué qu’il n’y paraît, celui d’aller à l’essentiel en maîtrisant mouvement, vitesse et espace avec la minutie d’un horloger suisse. C’est tout le message du journaliste Olivier Delcroix qui s’attache à réhabiliter les blockbusters américains les plus décriés dans un livre riche et passionnant où Stallone et Schwarzy côtoient Hitchcock et les frères Lumière. Un concentré de pop culture à ranger dans sa bibliothèque à côté de votre coffret collector Fast and Furious.

Publicité

"J’ai toujours considéré que les réalisateurs de films d’action sont les meilleurs cinéastes du monde", Quentin Tarantino

(© Hoëbeke)

Pour ta grande sœur instagrameuse trendy : Donald, The Book (Assouline)

(© Assouline)

Publicité

Le Warhol d’Instagram, c’est le surnom de cet Américain de 52 ans qui est devenu depuis quelques années la coqueluche de toute la mode new-yorkaise. Un mec qui compte Anna Wintour, Karl Lagerfeld et Carine Roitfeld parmi ses followers est forcément un modèle pour ta sœur et ses 800 abonnés. Avec des rubans adhésifs de couleur, un trait de feutre noir, ou même des boîtes de Kellogg’s, @drawbertson (son nom de scène sur les réseaux) s’amuse à croquer avec malice et parfois même moquerie le monde de la mode et ses extravagances. Tous sont passés au peigne fin, le couple Kardashian-West, Lupita Nyong’o en route pour les Oscars, Miley Cyrus chevauchant un hot-dog géant. Truffé d’anecdotes amusantes de créateurs et de citations de Donald Robertson lui-même, ce livre présente le meilleur de son travail ainsi que des œuvres spécialement créées pour l’occasion. Le bouquin collector pour les fashionistas. La mode, la mode, la mode !

Pour ton petit frère qui idolâtre Bigflo et Oli et dont tu dois achever la formation musicale : Le Visage du rap réalisé par David Delaplace (Portraits du mouvement)

(© David Delaplace pour Ramsay)

Trois années de travail, presque 450 photos, quand David Delaplace a une idée dans la tête, il ne fait pas les choses à moitié. Tout commence en 2014 avec le shooting d’Oxmo Puccino qui le motive à se lancer dans le projet et à retracer à travers ses clichés, l’histoire du hip-hop français. De la fin des années 1980 jusqu’à aujourd’hui, le livre réussit l’exploit de réunir dans un portfolio impressionnant les danseurs, les graffeurs et bien sûr les rappeurs les plus importants de la scène française. Le meilleur moyen d’initier ton petit frère à l’histoire des patrons du Mic.

Pour ta petite sœur qui ne jure plus que par le féminisme 2.0 : #GirlGaze d’Amanda de Cadenet (Rizzoli)

Lean On Me | by @deanastacia #girlgaze

Une publication partagée par #girlgaze (@girlgazeproject) le

Initié par quatre photographes reconnues (dont Lynsey Addario, photographe de guerre ayant reçu le Pulitzer, s’il vous plaît), le projet #GirlGaze vise à lutter contre le manque de visibilité des femmes dans l’industrie de la photographie. L’idée originelle était, d’abord à travers une page Instagram, de relayer le travail des talents émergents. Aujourd’hui, alors que le compte recense près de 120 000 followers et que plusieurs expositions ont déjà eu lieu à travers le monde, on nous offre enfin la possibilité de parcourir le livre, symbole de cette aventure. L’occasion de soutenir un beau projet et d’offrir un magnifique objet.

(© Rizzoli)

Pour ton oncle qui regrette son époque blouson noir où il avait encore des cheveux : HAIR (Assouline)

(© Assouline)

À la baguette de ce livre qui décoiffe, John Barett, le coiffeur des stars new-yorkaises aidé par la journaliste de Vogue Lynn Yaeger. À eux deux, ils compilent les mises en plis les plus cultes et les plus ébouriffantes du XXe siècle. L’afro WTF de Basquiat, la coupe au bol de Mireille Mathieu et des Beatles, la permanente impressionnante de Farrah Fawcett ou encore le dégradé militaire mythique de Grace Jones, un défilé de cheveux de riches on ne peut plus glam' accompagné de citations devenues tout aussi célèbre comme la fameuse punchline de Marylin : "À Hollywood, la vertu d’une fille est bien moins importante que sa coiffure." Au poil !

Pour ta tante, ex-hippie reconvertie, qui à chaque nouvelle histoire te fait dire, c’était mieux avant : Ibiza Bohemia (Assouline)

(© Assouline)

Impossible de passer à côté de la hype d’Ibiza, l’île des Baléares attire toutes les convoitises, des teufeurs assoiffés de son aux bohèmes de le gypset en mal de retraite paisible. Sous la houlette de Renu Kashyap, ancienne styliste installée depuis 2012 à Ibiza, Ibiza Bohemia entraîne ses lecteurs à la découverte de l’île avec tous ses aspects contradictoires. Avec elle, on retrace l’histoire de cet éden et on parcourt, les yeux écarquillés, les paysages qui le composent. La naissance des soirées électro face aux adeptes du yoga et des quêtes de soi. Plus que n’importe quel autre livre, celui-ci permet de comprendre toute la complexité de l’archipel et les combats idéologiques qui y font rage. Il y a mille raisons d’aller à Ibiza mais étonnement aucune n’est compatible avec une autre alors mieux vaut choisir son camp.

Pour ton grand-père qui passe son temps au coin du feu et qui te fait dire, ce sera mieux après : The Great Gatsby, F. S. Fitzgerald (Les Saints Pères)

Parce que oui, le seul et unique Gatsby, c’est Robert Redford.

Ça fait trop longtemps que les éditions des Saints Pères fournissent un travail incroyable sans qu’on leur rende un hommage appuyé. Après Alcools d’Apollinaire, Jane Eyre de Charlotte Brontë ou même La Bible, Jessica Nelson et Nicolas Tretiakow redonnent une seconde jeunesse au chef-d’œuvre de F. S Fitzgerald, The Great Gatsby. C’est simple, c’est le plus beau livre qu’il vous sera donné de tenir entre vos mains cette année. La copie d’un manuscrit original conservé à l’université de Princeton dans lequel on découvre entre autres une chanson inédite de Gatsby et une version longue de la fête inoubliable où Daisy danse pour la première fois. Des lignes écrites à la main, griffonnées, raturées qui nous rappellent que la littérature est une histoire d’émotion et qui nous donnent l’impression d’être assis auprès de ces génies alors qu’ils écrivent leur chef-d’œuvre.

(© Les Saints Pères)

Pour ta grand-mère qui à chaque repas de Noël se dépasse toujours un peu plus : On va déguster la France, François-Régis Gaudry (Marabout)

(© Marabout)

François-Régis Gaudry est le critique culinaire le plus en vogue du moment. Un blog pour L’Express Style, une émission hebdomadaire sur Paris Première, "Très très bon" et une autre émission, de radio cette fois, qui nous invite chaque semaine sur France Inter à déguster des saveurs incomparables. Après une première bible parue en novembre 2015 qui nous emmenait aux quatre coins du monde, il revient cette fois avec la version bleu blanc rouge, la crème de la crème de la gastronomie française. Toujours avec ce ton décalé, en 432 pages, 350 sujets, 1 250 spécialités, 375 recettes, 260 personnages, François-Régis Gaudry nous intéresse plus que quiconque aux secrets de fabrication de nos plats préférés. C’est beau, c’est simple, c’est appétissant et surtout on a enfin la réponse à certaines des questions élémentaires que l’on s’est toujours posées comme "D’où vient l’expression prendre une biture ?", "Quelle est la différence entre une meringue française et italienne ?".

Par Leonard Desbrieres, publié le 22/12/2017

Copié

Pour vous :