AccueilÉDITO

Konbini Book Club : dis-nous quelles sont tes résolutions, on te dira quoi lire en 2018

Publié le

par Leonard Desbrieres

"Alors, c’est quoi tes résolutions cette année ?" : la phrase qui tue. Et toi, tu te rappelles tes grandes déclarations du 1er janvier, 2 heures du matin sur un sol bien collant : "Cette année, promis, je ferai ci, promis je serai ça…" L’horreur. Du coup, chez Konbini, on a trouvé le truc, plus besoin de tenir ses promesses, autant lire l’histoire de ceux qui les tiennent pour toi. Petite sélection des 10 livres à lire pour commencer 2018 du bon pied.

Le Cercle des poètes disparus.

Cette année, j’arrête de me ruiner la santé : Une Vie sans fin, de Frédéric Beigbeder

(© Grasset)

Généralement, quand un écrivain souhaite devenir immortel, il se présente à l’Académie française (RIP Jean d’O), mais Frédéric Beigbeder n’a jamais rien fait comme tout le monde. Dans son nouveau livre, un roman gonzo délirant intitulé Une Vie sans fin, on plonge avec lui dans une aventure scientifique au cœur de la question existentielle qui hante nos sociétés modernes : comment allonger la vie humaine ? Dans le centre de recherche médicale de Harvard, dans une mystérieuse clinique de Genève ou un laboratoire effrayant de Jérusalem, on expérimente les techniques les plus hallucinantes. Transfusion de sang de personne jeune, manipulation génétique ou lasérisation du sang pour le purifier, on n’est pas loin de Frankenstein ou Dracula. Un roman qui ravira les adeptes de l’écrivain, mélange inimitable d’humour sarcastique et de confessions impudiques, avec en plus un vrai travail de recherche et le plaisir de voir certaines expériences à l’œuvre. Il semblerait que la quête de l’éternelle jeunesse ne soit plus seulement réservée aux savants fous. Quoique. Frédéric Beigbeder appartient sans doute aussi à cette catégorie.

Beigbeder 1 – La Mort 0

Cette année, je vais avoir un body de rêve : Le Corps du héros, de William Giraldi

(© Éditions Globe)

Manville au New Jersey, littéralement la "ville de l’homme". C’est dans cette ville ouvrière que William Giraldi grandit. Ado gringalet, passionné de poésie, il se heurte de plein fouet aux codes primitifs de cet endroit qui fait du muscle et de la force physique les seules valeurs importantes pour se faire une place. On est au cœur de l’Amérique droitière de Ronald Reagan, celle de Rocky et Rambo de Sylvester Stallone, celle du culturisme et d’Arnold Schwarzenegger. Pour faire plaisir à sa famille mais surtout pour éviter de vivre l’enfer des railleries, il va se plonger lui aussi corps et âme dans le bodybuilding. Préparez-vous pour un voyage au pays de la fonte, des salles de sport moites et des corps huilés de concours.

Un roman autobiographique bluffant doublé d’un portrait au vitriol de l’Amérique des années 1980 qui démonte l’obsession des corps et le mirage de la virilité. Cette histoire sensible sur la difficile construction de soi, entre littérature et gonflette, amuse autant qu’elle émeut. Un peu comme si Louis Garrel remplaçait Mark Wahlberg dans No Pain No Gain.

Cette année, je fais du tri : Madeleine Project, de Clara Beaudoux

(© Éditions du sous-sol)

Imaginez, vous emménagez dans un appartement refait à neuf après la mort de sa propriétaire, une certaine Madeleine qui y avait passé 20 ans de sa vie. Lorsque vous demandez à votre agence d’accéder à la cave, impossible de retrouver la clé. Vous forcez donc la porte et découvrez, rangé méticuleusement dans des cartons, des pans entiers de la vie de cette femme. C’est ce qui est arrivé à Clara Beaudoux, journaliste à Radio France, il y a près de trois ans. Depuis, elle a décidé de reconstituer, objets après objets, lettres après lettres, photos après photos, la vie de cette institutrice. Publié d’abord sur Twitter sous la forme d’un documentaire divisé en plusieurs saisons, "MadeleineProject" est désormais un livre qu’on dévore comme un thriller. Un projet original et émouvant, génial dans sa simplicité, qui vise simplement à raconter une parcelle de vie pour l’empêcher de sombrer dans l’oubli.

Cette année, je vais faire les bons choix : 4 3 2 1, de Paul Auster

(© Actes Sud)

C’est l’événement littéraire de ce début d’année 2018. Après des années de silence et alors qu’on pensait ne plus jamais avoir la chance de lire un roman de Paul Auster, le géant de la littérature américaine revient en force avec un chef-d’œuvre de plus de 1 000 pages qui fracasse tout sur son passage.

L’histoire, celle d’Archie Ferguson, un fils de famille juive de la classe moyenne américaine, est racontée à quatre époques différentes durant les années 1950-1960. On suit son enfance, ses années universitaires, sa vie amoureuse et ses idées politiques. Le génie de Paul Auster réside dans la construction de son roman. Chacun des chapitres de la vie d’Archie est raconté dans quatre versions différentes (1.1, 1.2, 1.3, 1.4). En fonction des circonstances et de certaines décisions prises par le personnage principal, ses vies prennent des chemins très différents. Mais c’est surtout son rapport aux autres qui s’en trouve bouleversé.

Paul Auster réalise un tour de force romanesque comme lui seul pouvait en produire. Il nous offre comme toujours une plongée au cœur de l’Amérique et de ses contradictions mais dans ce livre plus que dans n’importe quel autre, il explore le caractère imprévisible de notre existence. Nos destinées, nos rencontres, nos accomplissements, ne tiennent qu’à un fil et chacun de nos choix nous plonge dans les hasards de la vie.

Cette année, je décroche des réseaux sociaux : La Honte !, de Jon Ronson

(© Sonatine)

Jon Ronson est peu connu en France et c’est bien dommage. Grand reporter au Guardian, scénariste à Hollywood (Les Chèvres du Pentagone, Okja), il est aussi l’auteur du livre remarqué, Êtes-vous psychopathe ?, une enquête au pays des désordres mentaux qui régissent nos sociétés modernes.

Il revient cette fois avec un nouvel essai marquant sur le phénomène de l’humiliation organisée sur les réseaux sociaux. Jon Ronson a rencontré quelques "honteux" célèbres malgré eux. Au-delà de ces portraits, parfois dramatiques, parfois hilarant, il s’interroge sur une nouvelle forme de contrôle social. Derrière son écran, la majorité silencieuse s’en donne à cœur joie pour pointer les fautes des autres, et s’en réjouir. Et aujourd’hui, une journée où personne n’est désigné du doigt sur la Toile finit par être ennuyeuse, sinon décevante. Don’t Feed the Troll !

Cette année, c’est les copains d’abord : Une Vie comme les autres, de Hanya Yanagihara

(© Buchet Chastel)

Encore un gros pavé (presque 800 pages) mais une merveille de plus issue tout droit du pays de l’oncle Sam. L’histoire d’Une Vie comme les autres est tout ce qu’il y a de plus classique. On y suit sur plusieurs décennies le destin d’une bande de potes venus conquérir New York après leurs études. Il y a Willem, l’acteur beau gosse, JB, le peintre ambitieux, Malcolm, l’architecte talentueux et puis Jude, l’avocat, vilain petit canard de la bande, le plus mystérieux et le plus attachant. Sauf que l’autrice, Hanya Yanagihara, d’origine hawaïenne par son père et coréenne par sa mère réussit à y injecter un souffle rare et bouleversant. On oublie peut-être trop souvent que la qualité d’un roman réside avant tout dans sa capacité à nous briser et nous reconstruire, à faire écho avec nos histoires d’amour et d’amitié, à faire naître une forme aiguë d’empathie, ce livre est là pour nous le rappeler.

Cette année, j’arrête de me cacher : Les Argonautes, de Maggie Nelson

(Éditions du Sous-Sol)

Les Argonautes n’est pas un roman, mais une histoire vraie, une histoire d’amour entre Maggie Nelson, l’autrice et Harry Dodge, un vidéaste et performeur né Wendy Malone et se revendiquant gender fluid. En plus de raconter minutieusement leur vie de couple, la métamorphose physique toujours plus poussée d’Harry et leur combat pour avoir un enfant, la puissance de ce livre réside dans sa capacité à faire naître la réflexion sur l’évolution de nos sociétés. Tout est passé au crible, le sentiment amoureux, le féminisme et surtout la question du genre et des identités dans une société encore largement patriarcale. Page après page, les interrogations nous éclaboussent et bizarrement on y prend goût ! Un livre important pour la cause LGBTQ+ mais peut-être surtout une simple et belle histoire d’amour.

Cette année, je finis ce que j’ai commencé : L’Enfant perdue, de Elena Ferrante

(© Gallimard)

Préparez les mouchoirs. La saga littéraire d’Elena Ferrante touche à sa fin. L’Enfant perdue qui vient de paraître est en effet le dernier tome de ce phénomène mondial au succès autant commercial que critique. Quatre ans après le premier opus, on retrouve pour une dernière danse Lila et Lena dans ce Naples mafieux, inquiétant et pourtant si envoûtant.

La vie de Léna est faite de passion, pour l’écriture d’abord puis pour Nino, qui la pousse à s’émanciper de ce mariage bourgeois ronflant. Celle de Lila est faite de ruses et de caractère pour s’imposer dans les rues napolitaines. Elles sont diaboliquement différentes et pourtant tout les ramène l’une auprès de l’autre. C’est l’ambiguïté constante qui fait de cette saga une œuvre époustouflante.

Elena Ferrante dresse le portrait, sans jugement aucun, de toutes les contradictions de la condition humaine. On peut s’adorer et s’y détester à la fois, être fidèle et infidèle à soi-même, aux autres, dire la vérité et mentir. Récit minutieux d’une amitié de près de 60 ans, fresque fascinante de l’Italie, cette œuvre restera dans les annales.

Ciao Ragazze !

Cette année, je me la joue rebelle : Écoute la ville tomber, de Kate Tempest

(© Rivages)

On connaissait déjà (et on adorait !) la Kate Tempest poète, slameuse et rappeuse. Elle avait cette manie déroutante de jouer avec les apparences. Sous son visage poupon et angélique se cachait une bête de scène qui déclamait ses textes avec une violence inouïe. On n’est pas étonnés alors, au moment de refermer son premier roman, d’avoir comme une impression de souffle dévastateur. Elle reprend ici des personnages qu’elle avait déjà mis en scène dans son album conceptuel Everybody Down pour bâtir une épopée générationnelle belle et surpuissante. Becky, Harry, Pete et Leon sont jeunes et sans qualités particulières mais tentent de préserver en eux une certaine flamme dans un présent sombre et désenchanté. C’est cet élan vital que capture Kate Tempest, une force inspirante pour lutter contre la futilité du "tout divertissement", le royaume des apparences et l’obsession des possessions matérielles.

Avec des dialogues ciselés et un récit palpitant, la rappeuse londonienne relève haut la main le défi de l’écriture romanesque et se place comme une des grandes figures de la révolte. Un plaidoyer pour ceux qui ne sont rien et une ode à l’utopie qui donne du baume au cœur.

Cette année, je reste fidèle à mes bonnes habitudes : Konbini, de Sayaka Murata

(© Denoël)

Promis, ce n’est pas qu’un simple clin d’œil. Le roman de Sayaka Murata est une petite pépite et symbolise l’effervescence du roman japonais actuel. Le Konbini est un des symboles de la vie tokyoïte. La narratrice, Keiko Furukura, 36 ans, travaille jour et nuit dans cette minuscule superette 24 heures/24 bourrée à craquer de choses à vendre. Elle n’a jamais aspiré à autre chose et ne s’est jamais préoccupée de sa vie sentimentale désertique. Son entourage, fidèle aux valeurs du japon traditionnel s’insurge de cette vie solitaire et précaire. Alors quand un homme, lui aussi la trentaine et célibataire devient son nouveau collègue, un plan saugrenu lui traverse la tête. C’était sans compter sur l’étrangeté de celui qu’elle a choisi. Un roman hilarant sur la société japonaise, ses codes si conservateurs et les stratagèmes mis en place pour les contourner.

À voir aussi sur konbini :