King Krule publie un EP hip-hop

19 ans seulement et déjà de nombreuses identités musicales. Archy Marshall, plus connu sous le nom de King Krule, s'amuse à jouer à cache-cache. Dernier méfait en date ? Un EP hip-hop sorti sous le nom d'Edgar The Beatmaker. 

King Krule

On aime la musique d'Archy Marshall. Et on ne s'en cache pas. Peu importe la forme et la dénomination qu'il lui donne. Sa manière abrupte de livrer ses tripes à l'auditeur. Sa voix si particulière, et puis son esthétique touffu entre inspiration dubstep et héritage "songwriter".

Publicité

Et plus que tout, on apprécie la manière constante qu'il a de proposer un nouvel univers à chacune de ses apparitions. Là où certains peinent à se renouveler, lui ne souffre d'aucune panne d'inspiration. Pire. A force de sauter d'un projet un autre, il donne le tournis, l'impression d'une schizophrénie artistique à une époque où nombreux sont ceux qui se cantonnent à un style.

Faute de se concentrer à un seul projet, le britannique n'a toujours pas publié de long format en bonne et due forme. Mais l'ensemble des chansons composées forme un kaléidoscope musicale qui transpire la sincérité et le talent.

De Zookid à Edgar The Beatmaker

Mais avant tout, un bref contrôle d'identité semble nécessaire. Histoire de bien préciser les choses et de se remettre l'enchainement des évènements en tête.

Publicité

23 août 1994. Naissance d'Archy Marshall. A d'abord officié sous le nom de Zookid.

Quelques chansons plus tard, juillet 2011 à Hyères, il se produit sous le nom de King Krule (son site), le pseudonyme avec lequel il se construit une notoriété. Un sortie plus tard sur Rinse (Rock Bottom / Octopus) et l'annonce d'un album Six Feet Beneath The Moon à paraître, Archy semble déjà se lasser de tout ça et publie sur la page de son premier pseudonyme un message annonçant la publication d'un EP hip-hop sous le nom d'Edgar the Beatmaker.

Publicité

Un nom désuet, une marque d'ironie ? Point du tout. Encore une fois, les instrus composées par ses soins sont soignées et le résultat à la hauteur. Car s'il nous a bien habitué à une chose, c'est la qualité de ses compositions.

Publicité

On vous conseille également : 

Par Tomas Statius, publié le 22/03/2013

Copié

Pour vous :