( © Disney )

Pourquoi Keira Knightley a interdit à sa fille de voir certains Disney

L’actrice a interdit à sa fille de regarder La Petite Sirène et Cendrillon, deux classiques de l’animation qu’elle juge "antiféministes".

(© Disney )

Si Keira Knightley est en pleine promotion de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes (nouvelle production Disney) et qu’elle a été révélée par la franchise des Pirates des Caraïbes (Disney aussi), la comédienne semble avoir le recul nécessaire sur les œuvres de la maison aux grandes oreilles. En effet, elle a expliqué dans l’émission d’Ellen DeGeneres qu’elle interdisait à sa petite fille de 3 ans de regarder certains classiques de Disney.

À voir aussi sur Konbini :

Pour voir les vidéos Konbini, merci de désactiver AdBlock.

Comme le rapporte E! Online, Keira Knightley a avoué qu’elle n’était pas particulièrement fan de ces longs-métrages. Elle a pointé notamment deux histoires de princesses qui ne véhiculent pas de valeurs féministes, à savoir La Petite Sirène et Cendrillon :

"L’héroïne attend qu’un homme riche vienne la sauver. Non ! Sauve-toi toute seule. Sérieusement ! Ça me dérange, car j’aime bien le film, mais j’ai boycotté La Petite Sirène. Je veux dire, les chansons sont super, mais ne perds pas ta voix pour un homme.”

Dans sa dvdthèque, on pourra ainsi trouver des Disney plus récents, assure-t-elle :

Publicité

"Le Monde de Dory est l'un de nos préférés, à la maison. La Reine des neiges est génial et Moana est extrêmement bien. "

Il est vrai que ces Disney ont des héroïnes beaucoup plus courageuses, effrontées et vaillantes que les "princesses" traditionnelles. Selon une étude récente, menée par la BBC et l’institut Women’s Media Center, les jeunes filles se sentent plus en confiance quand elles voient des personnages qui leur ressemblent. Aussi, et surtout, l’étude révèle que les personnages féminins puissants boostent la confiance en soi. En somme, les petites filles préféreront toujours une Wonder Woman qui sauve le monde à une Ariel qui perd sa voix pour séduire un homme.

Par Lucille Bion, publié le 17/10/2018

Copié

Pour vous :