AccueilÉDITO

No future : le fils de Vivienne Westwood fait flamber sa collection d'objets punk

Publié le

par Aurélien Huet

Ce samedi 26 novembre près de 6 millions d'euros de souvenirs punk ont été brûlés sur la Tamise.

Samedi 26 novembre, jour du 40e anniversaire du mythique premier single des Sex Pistols, "Anarchy in the U.K.", Joe Corré, fils de l'agent des Sex Pistols, Malcolm McLaren, et de la créatrice de mode Vivienne Westwood a mis le feu à divers objets emblématiques du mouvement punk, estimés à 5 millions de livres sterling (5,8 millions d'euros). Un geste de protestation contre l'appropriation commerciale du punk et le projet londonien de consacrer une exposition rétrospective sur le mouvement.

Traduction : "Joe Corré à propos de 'Burn Punk London Extinction' : 'Il s'agit de savoir si le punk rock a vraiment signifié quelque chose.'"

"Le punk n'a jamais eu vocation à être nostalgique"

À bord d'un bateau ancré près de l'Albert Bridge, dans le quartier de Chelsea, l'entrepreneur de 48 ans a détruit vêtements, posters et autres objets de collection, y compris un disque rare du single "Anarchy in the U.K.", qu'il avait mis en vente sur eBay, pour un montant minimum étourdissant : plus de 75 000 euros.

Traduction : "Environ 6 millions d'euros de souvenirs punk brûlés dans un geste contestataire."

Traduction : "'Il s'agit de faire la différence entre le prix et la valeur.' Près de 6 millions d'euros de souvenirs punk sont brûlés sur la Tamise parce que le punk est mort. "

En véritable punk, M. Corré a également fait flamber des effigies (truffées de pétards et de feux d'artifice) de différents politiciens britanniques dont la Première ministre Theresa May, ses prédécesseurs David Cameron et Tony Blair, ainsi que le ministre des Affaires étrangères, Boris Johnson.

Traduction : "Une collection passée par les flammes à bord d'une barge londonienne pour protester contre le pourrissement de l'esprit punk."

Cela fait longtemps que Joe Corré critique le projet de la ville de Londres de célébrer les 40 ans du mouvement anti-establishment et contestataire. Cet hommage sera composé de concerts et d'expositions sponsorisés par la mairie de Londres, la British Library et le British Film Institute.

"Le punk n'a jamais eu vocation à être nostalgique – et on ne peut pas apprendre à devenir punk en suivant un atelier au musée de Londres [...] Le punk est devenu un outil marketing supplémentaire pour vous vendre quelque chose dont vous n'avez pas besoin", explique Joe Corré.

Plus tôt cette année, la British Library avait inauguré une galerie dédiée aux souvenirs punk, l'appartement où vécurent les Sex Pistols avait été classé monument historique, et, pire que tout, la banque Virgin Money avait lancé une carte de crédit Sex Pistols.

Maman part au combat

Toujours impliquée pour la planète, Vivienne Westwood (qui possède le titre de Dame de l'Empire britannique) s'est jointe à l'action de son fils. La BBC raconte qu'elle se tenait en haut d'un bus vert à deux étages et encourageait la foule à se convertir à l'énergie renouvelable, tandis que Joe Corré brûlait sa collection punk : "C'est le premier pas vers un monde libre. C'est la chose la plus importante que vous ferez dans votre vie."

Plusieurs camions et un bateau de pompiers ainsi que des voitures de police ont été déployés pendant la manifestation.

Un membre des Sex Pistols réagit

Le premier bassiste des Sex Pistols, Glen Matlock, a réagi sur Sky News : "J'ai envie de paraphraser les Monty Python, dans le sens où ce n'est pas un sauveur, c'est un mauvais garçon. Je pense que Joe n'est pas l'antéchrist, je pense que c'est juste un crétin."

Les fans des Sex Pistols auront noté la référence à "l'antéchrist", une allusion aux paroles d'"Anarchy in the U.K.", le morceau qui avait marqué la naissance de la sous-culture punk. Quarante ans plus tard, il est l'étincelle de l'acte contestataire et controversé de Joe Corré.

À voir aussi sur konbini :