featuredImage

Joakim nous espionne dans le clip stupéfiant de "Cannibale Pastorale"

Alors que vient de sortir son sixième disque, Samurai, Joakim Bouaziz dévoile un clip très voyeuriste pour son "Cannibale Pastorale".

Un large cadre coloré entoure des vidéos filmés à l'iPhone, prises en hauteur. On y voit un homme sortir de l'escalator du métro, deux personnes nager seules dans une piscine à la nuit tombée, un homme traînant avec lui deux valises traverser un passage piéton sous la pluie. Cette succession de séquences courtes est parfois coupée par des images quasi stroboscopiques de zombies ou de poissons, qui prennent quant à eux tout l'écran.

Incompréhensible au premier abord, le clip de "Cannibale Pastorale", signé Joakim (c'est lui qui a fait le montage de ces petites vidéos qu'il a lui-même filmées avec son portable), est en fait assez limpide. Il l'explique en tout cas très bien :

"J'avais envie de faire une vidéo de gens filmés de haut, de loin, depuis longtemps. Il y a à la fois un aspect voyeur et une mise en perspective de l'humain, qui apparaît plus insignifiant et plus animal à la fois, des gens qui semblent parfois déambuler sans but, un système organique comme les globules d'un système sanguin invisible, les corps qui se croisent sans se voir...

Je trouvais que ça collait bien au morceau 'Cannibale Pastorale', que je vois un peu comme une bande-son de film d'horreur abstrait, un zombie (ambiance Lucio Fulci) à l'heure des suggestions de YouTube."

Le résultat fascine, dérange presque, mais nous scotche, car il colle parfaitement avec l'ambiance de ce titre génialement indescriptible, sans structure réelle. Après tout ce temps, Joakim réussit encore à nous surprendre.

À lire -> Joakim dévoile les influences de son nouvel album sur Konbini Radio

Par Arthur Cios, publié le 12/04/2017

Copié