De Vald à Jazzy Bazz, la dernière génération de rappeurs témoigne son amour à Gainsbourg

Vald, Brav, S.Pri Noir, Hyacinthe, Jazzy Bazz... Konbini vous propose cinq témoignages de la dernière génération de notre scène rap, qui fait part de son amour pour Gainsbourg et raconte à quel point l'artiste l'a touchée et influencée.

gainsbourg

Si Serge Gainsbourg s'en est allé il y a vingt-cinq ans jour pour jour, son aura, intemporelle, plane toujours. Sa vie, son œuvre, continue d'inspirer et influencer de nombreux artistes, touchés par la force du personnage incontournable qu'il était, et bien évidemment son talent de musicien, interprète, parolier, poète.

Publicité

Parmi ses héritiers, et n'en soyez pas surpris, des représentants de la scène rap française, jusqu'à sa plus récente génération. Des poètes des temps modernes dont la plupart n'étaient pas encore nés ou trop jeunes pour apprécier Gainsbourg et qui, aujourd'hui, se retrouvent dans la légende que l'artiste a écrite.

Konbini vous propose de beaux témoignages d'une scène rap français en partie très jeune, qui fait part de son amour pour Gainsbourg. De Vald à Jazzy Bazz en passant par S.Pri Noir, Brav et Hyacinthe, leurs textes prouvent deux choses : Serge Gainsbourg est peut-être le meilleur rappeur que la France a enfanté et, au-delà de la chanson française, les MC's d'aujourd'hui le remercient, et bien.

Brav, de Bouchées Doubles

Brav, la moitié du groupe Tiers Monde, fait ici office, au regard de sa carrière déjà bien fournie, de cadet de la dernière génération de rappeurs français

Brav, la moitié du groupe Bouchées Doubles, fait ici office, au regard de sa carrière déjà bien fournie, d'aîné de la dernière génération de rappeurs français

Publicité

"Gainsbourg, de son vivant, j’étais trop jeune pour le comprendre, même si son personnage me fascinait déjà. C’est après sa mort qu’il m’a vraiment influencé. Il fait partie de mon triangle d’or : Brel avait l’interprétation, Renaud l’engagement et Gainsbourg la musicalité. Ce que j’admire dans son parcours, c’est qu’il fut peintre avant de réussir dans la musique. Je pense souvent à ça quand je fais de l’infographie ou que je réalise des clips. Je crois que c’est ce qui a rendu sa musique très colorée et riche. Il savait se renouveler continuellement, allant du rock au reggae.

Le personnage est aussi très charmant, de par sa marginalité au sein de l’industrie musicale, sa singularité et sa franchise. Encore aujourd’hui, il symbolise pour moi le non-conformisme, l’inattendu. Sur un plateau télé, tu ne savais jamais ce que ça allait donner.

Il avait aussi cette capacité à donner plusieurs degrés à ses textes. La chute du morceau 'Le Poinçonneur des Lilas', c’est typiquement ce qu’on peut retrouver dans le rap aujourd’hui : t’écoute le texte et tu te rends compte de certaines choses qu’après réécoute. J’affectionne aussi cet exercice de style !"

Publicité

  • Une chanson : "Bonnie and Clyde"

"Je crois que mon titre préféré, c’est 'Bonnie and Clyde'. Le rythme, le story-telling, le bon featuring, tous les éléments sont réunis. Il peut facilement parler à des auditeurs de rap car les codes sont ceux de notre musique. J’imagine un film quand je l’écoute. Pour l’anecdote, quand j’ai écrit le titre '25 minutes' pour mon nouvel album, j’ai pensé à ce morceau car je cherchais nos 'Bonnie and Clyde' à nous.

S.Pri Noir

S.Pri Noir, l'un des rappeurs les plus talentueux de sa (jeune) génération

S.Pri Noir, l'un des rappeurs les plus talentueux de sa (jeune) génération

Publicité

"La première image de Gainsbourg qui m'a marqué, et qui est pour moi la plus forte de sa carrière, c'est quand il a brûlé le billet de 500 francs sur un plateau télé, c'était un thug avant même que l'expression ne soit en vogue, son côté provocateur assumé m'a grave inspiré.

Et, textuellement parlant, un morceau comme 'Les sucettes', avec France Gall en featuring, relève pour moi du génie, avec un double sens tellement fin, pour moi c'est un des premiers 'rappeurs' en France !"

  • Une chanson : "Le Poinçonneur des Lilas"

"Un des morceaux que je préfère de Gainsbourg est 'Le Poinçonneur des Lilas' pour sa technique d'écriture, son rythme et l'histoire originale qu'il a choisi de raconter."

Jazzy Bazz

Jazzy Bazz, du collectif L'Entourage, ici dans le clip d'"Ultra Parisien", titre extrait de son nouvel album

Jazzy Bazz, du collectif L'Entourage, ici dans le clip d'"Ultra Parisien", titre extrait de son nouvel album P-Town

"Ce qui m'a toujours inspiré chez Serge Gainsbourg, c’est son interprétation, le charisme qu’il dégage. Même en interview, il est excellent."

  • Une chanson : l'album Histoire de Melody Nelson

"Au-delà d'une musique, c’est plutôt un album que je retiens de Gainsbourg : Histoire de Melody Nelson. D'abord pour le concept du projet, mais aussi ses arrangements."

Hyacinthe

Hyacinthe, lui aussi l'un des rappeurs les plus doués (et sombres) de sa génération

Hyacinthe, lui aussi l'un des rappeurs les plus doués (et sombres) de sa génération

"J'ai commencé à écouter Gainsbourg à l'adolescence, juste avant le lycée, à l'époque des premières cigarettes et des premiers émois amoureux. Si avec le recul, le 'personnage Gainsbourg' me laisse un peu froid, j'aime toujours autant sa musique.

Je trouve qu'il avait une manière unique d'interpréter ses chansons, d'une grande liberté, qui a peut-être pu m'inspirer parfois. J'aime aussi les textes qu'il a pu écrire pour d'autres, en particulier ceux de l'album de Bashung, Play Blessures. 'Scènes de manager', mec."

  • Une chanson : "Intoxicated Man"

"J'ai choisi 'Intoxicated Man' parce que j'étais fanatique de cette chanson, et qu'elle me rappelle mes premières nuits d'ivresse (et l'infâme vodka bas de gamme de l'épicier du coin)."

Vald

Vald, que l'on ne vous présente plus, sur Konbini

"Je ne pense pas avoir été influencé par Serge Gainsbourg, je ne connais pas assez son œuvre, que je sais dense. Bien évidemment, je connais une partie de son répertoire et ses différentes périodes. Et tout le monde s'accorde à dire que, musicalement, c'était du haut niveau.

Je sais également qu il était très productif et qu’il 'ghostwritait' [écrire pour d'autres artistes, ndlr] beaucoup pour pécho de la meuf. Ou plutôt qu’il se faisait serrer par des meufs avides de ses talents.

Néanmoins je pense que le personnage a pris le dessus sur sa musique et que dans l'inconscient collectif on se souvient plus de ses frasques, relayées tous les ans dans de sordides best-of, plutôt que sa musique, ce qui est malheureux vu le niveau du type."

  • Une chanson : "Comic Strip" et "Initials B.B."

"Niveau son, j'en retiens deux : 'Comic Strip' pour ses bruits wizz splash boom, c'était les gimmicks de l’époque, ça me fait penser au skuuuurtt bando sheeesh de maintenant. En tout cas le délire est intense.

Et 'Initials BB', c'est une très belle déclaration d’amour avec de magnifiques violons, tout est à sa place : les étoiles, les astres et les constellations... l'univers est en ordre sur ce morceau. Shockwave. #QUELAMOUR"

À lire également -> Hey Gainsbourg, sais-tu à quel point le hip-hop US t’a samplé ?

Par Rachid Majdoub, publié le 02/03/2016

Pour vous :