AccueilÉDITO

Pourquoi le jeu vidéo Evolve révolte les gamers

Publié le

par François Oulac

Le jeu de tir multijoueur Evolve, sorti mardi 10 février, suscite la colère des gamers. Ceux-ci dénoncent l'usage abusif de contenus téléchargeables payants.

C'est la douche froide pour les gamers qui attendaient Evolve. Ils reprochent au jeu de tir développé par 2K Games, sorti mardi 10 février, d'avoir une cible bien précise : leurs porte-feuilles. La faute à la présence de (trop) nombreux DLC payants qui plombent l'expérience de jeu.

Ils sont beaucoup sur le site Metacritic, cité par Le Monde, à blâmer l'éditeur 2K Games pour ces contenus supplémentaires coûteux, en plus d'un logiciel qui coûte déjà 60 euros. Un défaut qui, ajouté à un jeu de base plutôt pauvre, enfonce Evolve aux yeux des joueurs.

"Ne touchez pas à ce jeu"

Un joueur, sous le pseudo J4MESOX4D, évoque un gros déséquilibre entre la pauvreté du jeu de base et la quantité de DLC :

Au début j'étais vraiment enthousiaste à propos d'Evolve, surtout grâce aux développeurs de chez Turtle Rock Studios et leur merveilleuse réputation fondée sur le jeu en coopération amusant, avec des jeux tels que Left 4 DeadMalheureusement, le jeu est gâché dès le départ par un net manque de contenu et un prix largement gonflé par les éditeurs 2K.

[...] Contrairement à Left 4 Dead qui était dynamique, frénétique, drôle et bourré de contenu additionnel, Evolve est juste un énième FPS moderne sans âme avec un design linéaire et un gameplay pauvre. L'absence de modes et de contenu dans le jeu de base est un problème majeur et une immense insulte, compte tenu de tout ce qui est réservé à la vente sous forme de DLC.

Un autre, Garfoodle, est plus lapidaire :

Le jeu coûte 60 dollars. Les DLC coûtent au total 80 dollars. Je ne pense pas avoir besoin d'en dire plus, mais puisque Metacritic dit que si : le jeu est nul. Ne touchez pas à ce jeu, au nom de tout ce qui est sacré.

La déception est d'autant plus forte qu'Evolve avait beaucoup fait parler de lui l'an dernier, plébiscité dans les salons et décrit par la plupart des médias spécialisés comme l'un des gros hits à suivre de 2015.

Une telle polémique est plus que susceptible de se reproduire. À l'heure où les DLC payants constituent une source faramineuse de revenus pour les éditeurs, il n'est pas sûr que le ras-le-bol des joueurs se fasse entendre.