Par

Un jeu commercialisé uniquement au Japon permet à ses utilisateurs de flirter ou plus si affinités avec une jeune femme virtuelle. Un phénomène de société illustré par Tracks.

Her de Spike Jonze dans la vraie vie, ça donne le jeu Love Plus. Ce programme dévoilé en 2009 propose à ses utilisateurs d'entretenir une relation avec un personnage virtuel.

On choisit parmi trois prototypes exclusivement féminins dessinées à la manière des mangas : Nene (la timide), Rinko (la rebelle) et Manaka (la gentille). Alain Della Negra, qui réalise actuellement un documentaire sur les hommes japonais adeptes de ces femmes virtuelles, explique à Arte Creative comment Love Plus fonctionne.

La console de jeu, grâce à son micro intégré, permet au joueur d’être identifié par sa petite amie, des conversations pouvant ainsi avoir lieu. Le joueur a également la possibilité de souffler ou de caresser l’écran pour interagir avec sa fiancée. Le jeu propose même d’emmener sa petite amie en week-end dans des destinations réelles : des hôtels, boutiques et autres lieux de loisirs se sont associés au jeu dans la toute nouvelle version.

Il flirte avec Nene depuis quatre ans

Déjà plus de 300 000 exemplaires du jeu ont été vendus au Japon. Un reportage inquiétant réalisé par Tracks témoigne de son succès auprès de certains Japonais qui n'hésitent pas à parler de leurs copines virtuelles comme de vraies êtres humains.

L'un d'entre eux sort avec Nene depuis déjà 4 ans et semble réellement amoureux. Alain Della Negra explique la raison d'un tel phénomène qui démontre plus que jamais les dérives de l'intelligence artificielle.

L’archipel nippon fait face à l’un des taux de natalité les plus bas au monde, ceci étant la conséquence directe du fort cloisonnement social existant entre hommes et femmes. La simple idée de fonder une famille revêt, pour un nombre croissant de japonais, un caractère trop difficile voir insurmontable compte tenu de la pression sociale à laquelle ils sont exposés chaque jour. Certains arrivent à combler leurs besoins affectifs avec des substituts relationnels.

Love Plus n'est commercialisé qu'au Japon et se joue sur Nintendo DS uniquement sur des consoles asiatiques.