Jay-Z, serait-il en pleine crise de la quarantaine ?

Revirement de carrière, escapade loin de la clameur de New York, le rappeur Jay-Z semble être en proie aux doutes quant à la conduite de sa vie. Revue d'actualité et diagnostic différentiel. 

Jay-Z

Les signes continuent d'affluer et le diagnostic peine toujours à être posé. Une chose est sûre : ça bouge en ce moment du côté de Shawn Carter aka. Jay-Z. Les annonces sont de plusieurs ordres, sur plusieurs échelles pour la même saveur. Une question reste pour autant sur nos lèvres : dans sa quarante-quatrième année le rappeur de Brooklyn serait-il confronté à une grosse crise de la quarantaine ?

Publicité

Avant de s'attaquer à notre diagnostic différentiel, posons les termes. Qu'entend-on par crise de la quarantaine ? Selon les quelques articles anglés que nous avons lus, cette période entre 35 et 50 ans correspondrait à la prise de conscience qui frappe une partie de la population. Une étude qui fait référence dans le milieu académique précise : si 23% des personnes interrogées reconnaissent l'existence de pareilles périodes de remise en question, seulement 8% seraient frappés d'atermoiements de ce type.

La teneur des interrogations rencontrées ? Conscience de la fuite du temps, du caractère irrévocable de certaines orientations données à sa carrière ou sa vie sentimentale et puis surtout frustration quant aux objectifs fixés à l'aube de sa jeunesse. Et Jay-Z semble bien frappé d'une partie de ses symptômes selon trois modalités.

Jay-Z : "Et si on faisait un break?"

On peut imaginer la discussion mais aussi l'ambiance, le cadre. Depuis quelques temps, Jay-Z n'y était plus, le costume de ponte du rap game, de célébrité constamment épiée dans la clameur de la grosse pomme trop lourde, le besoin d'un ailleurs. Alors la décision fut prise de partir, là, à l'abri des photographes et des sollicitations constantes. Shawn parviendrait peut-être à faire le vide dans son esprit.

Publicité

© Enrique de la Osa / Reuters/REUTERS

Sauf que le choix de la destination ne fut pas des plus politiquement correctes : Cuba. Surtout quand on connait le caractère restrictif des conditions d'accession au territoire pour les citoyens américains, attribuées pour échange scolaire ou raison culturelle. Malgré l'assouplissement de cet embargo touristique par Barack Obama en 2012, il reste bien difficile de se rendre sur l'île distante de 180 km des côtes floridiennes.

C'est ainsi dans le fief de Fidel Castro et des cigares savoureux que Shawn est parti se retrouver. Et la petite escapade a fait grand bruit dans la presse d'outre-Atlantique, deux élus républicains invitant même une commission d'enquête à se pencher sur la question dans un contexte de déchainement médiatique (certains sous-entendant même que le régime cubain serait à la manoeuvre pour une opération séduction).

Publicité

Résultat, les époux Carter risquent jusqu'à 250 000€ d'amende et ont attiré l'oeil sur eux dans la quiétude de leur retraite.

Se lancer de nouveaux défis : le management

Mais plus qu'une icône du mouvement musical dans lequel il s'est distingué, Jay-Z est aussi un capitaine d'industrie, un homme qui a à son actif certaines des réussites les plus manifestes dans le monde du hip-hop. Roc Nation, anciennement Roc'A'Fella ? C'est lui avec son comparse Damon Dash. L'une des paires de baskets les plus vendus au monde ? Lui encore et sur son nom pour la marque britannique Reebok.

Publicité

Récemment, l'empire Sean Carter s'était étendu au monde sportif avec une entrée en grande pompe dans le capital de la franchise de NBA des Nets, délocalisée, en partie suite à l'injection de fonds et à l'investissement de la part du rappeur, à Brooklyn (alors que celle-ci était implantée non loin dans le New Jersey).

Malgré les résultats honorables de l'équipe (quatrième dans la conférence est), l'envie de changer fut trop forte. Il y a quelques jours il annonce son intention de vendre ses parts (!), et de se lancer dans le management sportif.

Capture d'écran du compte @Robinsoncano

Son entreprise Roc Nation s'est ainsi jointe avec l'agence Creative Artist Agency pour être le support de sa nouvelle ambition : devenir agent de joueur. Nul doute qu'il s'agit d'un objectif atteignable pour ce féru de sport qui est déjà parvenu à obtenir son premier contrat : avec le joueur de baseball des New York Yankees Robinson Cano.

La fatigue d'être soi

Armé de patiences et de bons livres, on ne peut que mettre en parallèle ces évènements qui viennent de se passer dans la vie du rappeur américain avec le livre de 1998 du sociologue Alain Ehrenberg, La Fatigue d'être soi.

Outre une analyse approfondie de la camisole chimique et l'armadas pharmaceutique à disposition des psychologues, ou autres thérapeutes pour curer ce mal de l'esprit qu'est la dépression, l'auteur propose une vue éclairante sur ces décompensations psychiques, névroses, ou autres crises des âges de la vie.

Le mécanisme à l'oeuvre derrière ce type de manifestation psychiatrique serait un sentiment bien moderne, dans une société ouverte, de porter son soi, d'assumer sa position sociale et de s'habituer aux contraintes rencontrées. Bien portant et bien doté, Jay-Z serait donc face à un éventail de choix large à l'heure de son quarante quatrième anniversaire : le management sportif, musical, les endroits à l'écart des appareils photo. Être au sommet de son art n'est pas forcément gage de bonheur.

Par Tomas Statius, publié le 10/04/2013

Copié

Pour vous :