featuredImage

Jeunesse sonique : Tory Lanez nous raconte ses premiers émois musicaux

Alors qu'il planche sur son tout premier album, le rappeur canadien nous a accordé un moment pour parler de la musique qui a bercé sa jeunesse.

Tory Lanez © Polydor

Tory Lanez. (© DR)

L’adolescence est souvent décrite comme une période particulièrement complexe, pendant laquelle on se construit, on se cherche, on s’égare parfois aussi. C’est d’autant plus vrai quand on s’appelle Tory Lanez, pour qui la jeunesse prit des airs de parcours du combattant.

Originaire de Toronto, au Canada, Daystar Peterson (de son vrai nom) a 9 ans lorsqu’il commence à écrire ses premiers rimes, et à délivrer ses premiers raps. C’est aussi autour de ce même âge qu’il apprend que sa mère est atteinte d’une maladie incurable, dont elle mourra peu de temps après.

À 14 ans, Tory Lanez se retrouve sans abri. C’est au cours de ces années d’errance que le jeune homme s’éprend de passion pour le rap et le chant. Il se lance véritablement dans la musique à 18 ans, lorsqu’il dévoile sa première mixtape T.L 2 T.O. S’ensuivront 14 autres mixtapes, un EP, de nombreuses collaborations et un titre sorti en 2015, qui a fini de l'imposer comme l'un des artistes les plus prometteurs de la sphère hip-hop : "Say It", dont le clip cumule actuellement plus de 77 millions de vues sur YouTube.

Fort de ce succès, Torry Lanez s’apprête à présent à dévoiler son tout premier album. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le rappeur est sûr de lui. "Je veux être le meilleur artiste de tous les temps, nous confie-t-il en toute simplicité, lors de notre rencontre à Paris le 6 mai dernier. L'album que je m'apprête à sortir cet été sera éternel."

Désireux d'en savoir plus sur la musique qui l'a bercé et façonné, nous sommes revenus quelques années en arrière pour savoir à quelle sauce le garçon préférait dévorer le son. L'album qui lui a donné envie de rapper, le morceau qui l'a ému, celui qui l'a fait danser... retour, tout en chansons, sur l'adolescence de Tory Lanez.

1. Sans mentir, quel est le premier album que tu as acheté ?

Sans mentir, je n'ai jamais acheté d'album. Je me suis toujours dit que le premier album que j'achèterai, ce serait le mien. Donc j'attends cet été.

2. C'est quoi, le morceau qui t'as donné envie de rapper ?

Hmmm... C'est difficile... Parce qu'il faut que je remonte au tout premier son qui m'a marqué !

Je dirais que c'est un des titres de l'album Illmatic de Nas. Je me souviens que mes frères l'écoutaient en boucle dans leur chambre, et c'est comme ça que je suis tombé dans le rap. Ça m'a beaucoup influencé.

3. Le truc que tes parents écoutaient, que tu trouvais horrible et que tu adores aujourd’hui ?

En fait, mon père et ma mère étaient tous les deux des missionnaires prédicateurs, donc ils n'arrêtaient pas de voyager à droite à gauche pour prêcher... Du coup, je n'écoutais jamais de musique avec eux.

C'est surtout par le biais de mes trois frères que j'ai mangé du son, et mes deux sœurs aussi, qui passaient du Destiny's Child en boucle ! Mais en ce qui me concerne, je n'ai jamais écouté de R'n'B en grandissant. Le titre "If You Love Me" de Brownstone, qui est samplé sur "Say It", je l'ai découvert au moment de faire le morceau.

4. Tu as traversé une période difficile durant ton adolescence. Tu te souviens d'un morceau qui t'a aidé dans ces moments-là ?

En général, je me réfugiais plutôt dans les jeux vidéo. J'ai énormément joué à Def Jam: Fight for NY, que j'ai reçu le jour où ma mère est décédée... J'y jouais tout le temps.

Tu sais, il y a eu des moments vraiment, vraiment durs. Mais toutes ces épreuves ont servi à construire l'homme que je suis aujourd'hui, et m'ont aidé à avoir une morale aussi – ce qui n'est pas le cas de tout le monde dans l'industrie musicale...

Mais pour répondre à ta question, si je devais choisir un son, ce serait celui-là... [Il fredonne] "Zip-a-dee-doo-dah, Zip-a-dee-ay, my oh my oh what a wonderful day..." Je ne sais plus d'où ça vient, mais c'est un morceau qui réussissait à me rendre vraiment joyeux quand j'étais plus jeune. [Il s'agit d'une chanson composée pour le film Mélodie du Sud de Disney sorti en 1946, ndlr].

5. Quel est le morceau qui pouvait te faire danser à n'importe quel moment ?

"Let's Groove" d'Earth, Wind & Fire ! Je dansais pas mal quand j'étais enfant. Mais j'ai arrêté quand j'ai commencé la musique. Je me suis dit qu'écrire des morceaux était bien plus important que de bouger mon corps.

6. Le son qui t'a aidé après une rupture douloureuse ?

Hmmm... un son de Trey Songz qui s'appelle "All the Ifs in the World". C'est vraiment un bon morceau. Tu devrais l'écouter pour ta prochaine rupture ! [Rires.]

7. Et le morceau de ta première fois ?

En fait, c'était un film qui passait à la télé pendant ma première fois. Je ne me souviens plus de ce que c'était précisément, mais ça racontait l'histoire de cinq garçons blancs qui étaient perdus dans la forêt.

J'ai surtout été marquée par une scène, pendant laquelle ils sautent tous dans une rivière infestée de sangsues, et ils en ont partout sur le corps ! Il y a même un des garçons qui en a dans son slip... Merde, comment ça s'appelait ce film ?

Come on, on a quasiment le même âge, je suis sûr que tu as vu ce film toi aussi ! [Après quelques recherches, j'ai fini par retrouver le film, que j'ai effectivement moi aussi vu dans mon enfance : Stand by Me de Rob Reiner sorti en 1986, dans lequel jouait entre autres River Phoenix, ndlr]

8. Le morceau que tu écoutais ces années-là et auquel tu resteras fidèle toute ta vie ?

Sans hésiter : "Soon You'll Understand" de Jay Z, de l'album The Dynasty: Roc La Familia. Tous les sujets qu'il aborde dans ce titre sont tellement vrais... Ça a énormément fait écho en moi durant les dernières années de la vie de ma mère... Ce son est clairement plein de nostalgie.

Le premier album de Tory Lanez devrait sortir courant juillet 2016.

Par Naomi Clément, publié le 12/05/2016