iTunes passe la barre des 25 milliards de téléchargements

25 milliards de chansons vendues. C'est le cap passé par l'Apple Store et sa célèbre plateforme iTunes hier soir. Pour marquer le coup, l'utilisateur qui a téléchargé la dite 25 milliardième chanson a été gâté : 10 000$ en bons d'achats. 

Un catalogue de plus de 26 millions de titres dans 119 pays. Près de 15 000 chansons téléchargées à la seconde et 20 milliards de bénéfices engendrés depuis dix ans. Le site de téléchargement légal iTunes est bien installé aux commandes du marché du numérique et peut même être vu comme le symbole d'une modification structurelle du secteur. De là à savoir s'il a accompagné ce changement ou l'a engendré, on vous laisse seul juge. Retour sur les évènements.

Publicité

2003 - 2013 : dix ans de téléchargement légal

Publicité

Le 28 avril 2003, Apple lançait l'iTunes Store avec une stratégie novatrice : un logiciel et une plate-forme adjoints à des "devices" made in Cupertino pour une synergie évidente entre celle-ci et l'iPod, l'iPad ou l'iPhone. Une expansion rapide : 2004 vers la France, l'Allemagne et le Royaume puis l'Australie et le Japon en 2005. Et des résultats.

En 2010 la firme californienne fêtait déjà le succès de son innovation : c'était en février et l'iTunes Store dépassait les 10 milliards de titres vendus. La chanson la plus téléchargée à l'époque était I Got A Feeling des Black Eyed Peace devant Lady Gaga et son Poker Face (on a préféré partagé la #16, Stronger de Kanye West).

Publicité

25 milliards de titres, et moi et moi et moi

Un chiffre colossal qui ne cesse de croître depuis. Plus du double aujourd'hui pour un total ébourriffant de 25 milliards de chansons vendues. Pour la petite histoire, c'est un Allemand qui a téléchargé la chanson n°25.000.000.000. Le titre ? Monkey Drums (Goksel Vancin Remix) de Chase Buch.

Exporté au quatre coins du monde, iTunes est bien seul sur son créneau. Silencieux les détracteurs, exit les concurrents (la Fnac Musique ou Spotify qui a recentré ses activités sur le streaming le mois dernier). Un chiffre à relativiser tout de même : selon la SNEP, le marché du physique totalisé pour les neuf premiers mois de 2012 rassemble 70% des recettes contre 30 au numérique. Un ogre seulement en son antre donc.

On vous conseille : 

Publicité

 

Par Tomas Statius, publié le 08/02/2013

Copié

Pour vous :