Isaac Delusion dévoile le premier clip infini

Un clip infini pour des milliers de possibilités. À l'occasion de la sortie de leur nouveau single, les Français d'Isaac Delusion ont dévoilé une boîte de Pandore visuelle.

Isaac Delusion a dévoilé un clip pour le moins original afin d'illustrer sa chanson "Pandora's Box'" extraite de leur premier album éponyme. Le concept est inédit : à chaque visionnage, le clip est différent et votre voisin ne verra jamais le même que vous.

Pandora Box

(Capture d'écran du site infinitepandorasbox.com)

Publicité

600 vidéos pour un clip qui évolue à chaque lecture

Entrons dans les détails : ce processus a été rendu possible grâce à une page HTML5 (ou Flash, pour la comptabilité inter-navigateurs), programmée par les développeur Romain Avalle, Alizée Ayrault et Claire Dubox du studio CLÉE. Un script charge une banque de 600 vidéos très courtes. Elles sont calées sur la musique, et équivalent chacune à un voire deux beats.

Elles sont ensuite assemblées, à travers un code, selon une structure sommairement définie qui définira leur vitesse d'enchaînement, toujours exactement sur le tempo. La clé de ce processus : l'assemblage, au hasard, de ces vidéos. Ce qui permet au clip d'être nouveau à chaque visionnage.

(Capture d'écran du site infinitepandorasbox.com)

(Capture d'écran du site infinitepandorasbox.com)

Publicité

Même si les vidéos sont diffusées au hasard, elles correspondent tout de même à la musique. Elles sont tagguées selon l'humeur, la couleur, le sentiment dégagés par chaque note, chaque séquence. Ainsi, certaines images apparaîtront plutôt sur le refrain (des explosions, des choeurs entre autres) et d'autres sur un élément musical particulier (sur un claquement de doigts par exemple).

Ce nouveau clip d'Isaac Delusion prend un chemin déjà pris par quelques groupes ces derniers mois, soit donner la possibilité à l'internaute d'interagir. On peut citer les récents clips d'Arcade Fire, le "Happy" de Pharrell Williams ou encore Queens of The Stone Age et Boys Noize.

Par Louis Lepron, publié le 12/06/2014