Pourquoi l'hymne officiel de la Coupe du monde ne passe pas

Le 16 mai, le clip officiel de l'hymne de la Coupe du monde 2014, "We are one" a été dévoilé. Au casting : Pitbull, Jennifer Lopez et accessoirement la chanteuse brésilienne Claudia Leitte. Entre les nostalgiques du "Waka Waka" et les anti-Coupe du monde, la chanson est loin d'être appréciée.

Avec la chanson "We are one", Pitbull aka Mr. Worldwide, rappeur américain aux origines cubaines, connu grâce à son titre "I know you want me" aux paroles très profondes ; J.Lo, Américaine également, aux origines portoricaines, qui à 44 ans sort son huitième album le 17 juin prochain et Claudia Leitte, chanteuse brésilienne, forment un trio qui se veut international.

Publicité

Avec 34 millions de vues sur YouTube à ce jour, on peut dire que la FIFA a fait le bon choix, même si niveau musique, c'est vraiment pas top, comme le laissait présager le casting. Néanmoins, nul doute que le morceau sera diffusé tout l'été à la radio, à la télé ou dans les boîtes au grand dam des défenseurs de bonne musique.

Un clip américain plein de clichés

"Cette musique du mondial est une suite de clichés", relève dans un tweet Leka Peres, journaliste musicale brésilienne. Interrogée par le journal Los Angeles Time, elle développe :

Publicité

Ils ont choisi deux "Latinos" du monde de la pop mondiale pour faire une chanson qui n'a rien à voir avec le Brésil. Et puis la vidéo reproduit la même vieille idée que nos fêtes sont toujours remplies de femmes à moitié nues, sensuelles et bien roulées, d'hommes qui dansent la capoeira, et de troupes de samba comme le groupe Olodum.

Chanté à la fois en anglais, espagnol et portugais, l'hymne se veut international. Sauf qu'on aperçoit la chanteuse brésilienne seulement quelques secondes et que niveau espagnol, on retrouve les mêmes astuces que dans les chansons de Pitbull : deux trois phrases dans la langue de son pays d'origine, histoire de se la jouer plus reggaeton et exotique, avec un accent qui laisse toujours à désirer.

Es mi mundo, tu mundo, el mundo de nosotros
Invitamos a todo el mundo a jugar con nosotros

Publicité

Autre problème soulevé : la production est américaine et le clip a été réalisé à Miami. Et même si la recette pour faire de l'hymne de la Coupe du monde un succès international se trouve dans le choix des chanteurs, la critique aurait été plus indulgente s'il s'agissait d'une production brésilienne et d'un tournage à Sao Paulo.

Pour les nostalgiques du "Waka Waka" de Shakira

Avec le succès mondial de son "Waka Waka" lors de la dernière compétition internationale en Afrique du Sud, difficile pour Shakira de ne pas profiter de son aura pour faire une nouvelle chanson spéciale Mondial, quatre ans plus tard. Le constat fait, elle sort le 22 mai le clip de "La La La (Brazil 2014)".

Publicité

Grâce à son mari, qui n'est autre que Gérard Piqué, footballeur espagnol du FC Barcelone, la chanteuse colombienne se paye un beau casting de joueurs connus, entre Lionel Messi, Samuel Eto'o, Neymar et Eric Abidal. Le tout, sur fond d'électro.

Avec 30 millions de vues sur YouTube, le clip n'est d'ailleurs pas loin de dépasser l'hymne officiel. Cependant, si on compare les deux clips, on pourrait exprimer les mêmes critiques : les plumes et les strass sont là, les paroles sont en anglais, le chanteur brésilien Carlinhos Brown apparaît uniquement pendant quelques secondes, etc.

"Au sujet de la musique du Mondial : "Waka Waka" était beaucoup plus charismatique. "Waka Waka" était un hit", tweette Leka Peres. Et elle n'a pas tord. Pourtant moins percutant et dansant, son nouveau morceau "La La La (Brasil 2014)", fera certainement partie, lui-aussi, des hits de l'été.

Un hymne anti-Coupe du monde par un chanteur brésilien

On l'avait vu avec la peinture murale de Paulo Ito, les artistes brésiliens ne manquent pas de rappeler les dépenses faramineuses de la Coupe du monde. Avec plus de 800 000 vues sur Youtube, la chanson "Desculpe Neymar" du Brésilien Edu Krieger rejoint le camp des opposants et devient rapidement l'hymne anti-Coupe du monde.

"S'appuyant sur la vague de manifestations qui ont lieu au Brésil depuis un an et sur un air de Musica Popular Brasileira (MPB), le chanteur engagé distille une critique à la fois acerbe et tendre de la société brésilienne", analyse Le Courrier International. Avec un air très suave, à la limite de la mélancolie, le compositeur qui travaille avec des grands noms de la chanson brésilienne, s'adresse directement à l'attaquant brésilien du FC Barcelone : "Désolé Neymar"

Les paroles de la chanson en disent davantage sur le message qu'il souhaite faire passer :

Pendant que la FIFA se préoccupe de normes
Nous, nous sommes gouvernés par des voleurs
Qui jouent un jeu pervers pour gagner
Désolé Neymar
Je ne vous supporte pas cette fois-ci

Pour organiser la coupe dans notre pays
Nous avons de beaux stades monumentaux
Alors qu’écoles et hôpitaux
Sont sur le point de s’effondrer.

Par Anaïs Chatellier, publié le 26/05/2014