AccueilÉDITO

Priceonomics présente le "Hipster Music Index"

Publié le

par Tomas Statius

Compilateur de données glanées sur le Web, le blog Priceonomics a dédié sa dernière étude à la musique "hipster". 

Alors Vampire Weekend, hipster ou pas ?

C'est une réflexion en deux temps qu'ont menée les mecs de chez Priceonomics pour déterminer ce qu'étaient les traits distinctifs d'un groupe adoubé par ceux qu'on appelle les "hipsters".

Succès critique X Obscurité

D'abord au lieu de succomber à la caricature qu'offrent parfois les tenants de ce que certains appellent une sous-culture, les membres du blog ont décidé d'aller à l'encontre du stéréotype selon lequel un groupe "hipster" serait uniquement un groupe inconnu.

Soucieux de ne pas oublier dans leur "grande entreprise" scientifique (une entreprise assez contestable dans la méthodologie employée), l'importance déterminante des médias musicaux, les analystes, comme ils s'appellent, ont décidé de partir des critiques du site Pitchfork, proclamé "créateur du goût hipster". Et de prendre comme "panel" de base les groupes ayant obtenu le label "Meilleur Nouvel Album" au cours des années 2013 et 2014.

L'étape suivante consiste à mettre en parallèle cette base de données avec "l'engagement" des fans de la page officielle de Pitchfork sur Facebook : en gros combien de partages pour la publication consacrée à telle ou telle critique. Et enfin de comparer cette dernière donnée au "pronostic" des membres du blog concernant le nombre de partage.

C'est ainsi qu'ils construisent l'indice "d'obscurité" sur lequel est basée la démarcation entre groupe "hipster" et "non hipster" que l'on peut voir ci-dessous. Plus on va vers le bas, plus on touche au sacrosaint de la culture "hipster", plus on va vers le haut, plus on s'approche du "commun".

"Eurêka" - Crédit Image <a href="http://priceonomics.com/the-hipster-music-index/" target="_blank">Priceonomics</a>

À partir de là on découvre que The Field, Iceage, Fuck Buttons, Deafhaven, Kurt Vile ou encore Burial sont des groupes "hipster". Alors que Daft Punk, Boards of Canada, The National, My Bloody Valentine, Arcade Fire ou Kanye West ont une popularité qui ne leur permettent pas d'être définis comme tel.

Marrant mais pas sérieux

Selon le mécanisme décrit voici les 25 groupes les plus hipster - Crédit Image <a href="http://priceonomics.com/the-hipster-music-index/" target="_blank">Priceonomics </a>

Outre la lassitude probable que l'on peut ressentir à lire constamment des articles sur les tribulations des "hipsters", il faut bien avouer que l'étude présente deux avantages et un manque.

D'abord le mécanisme : l'alliance de ces deux critères  semblent plutôt bien pensée pour couvrir le "champ" des musiques hipster toute chose égale par ailleurs. De plus on ne peut que reconnaître aux membres du blog un certain humour et une capacité indéniable à poser les bonnes questions. Parmi lesquelles la cornélienne : "Alors Vampire Weekend, Hipster ou pas ?"

Et les 25 groupes qui le sont le moins - Crédit Image Priceonomics

Néanmoins, force est de constater le manque de sérieux de la chose (sommes-nous vraiment étonnés ?) notamment en ce qui concerne l'indice d'obscurité mais également le panel sélectionné. En ne prenant que Pitchfork comme source, l'étude conduit à une gradation plutôt qu'à une définition ferme et définitive de ce qui est "hipster" ou ne l'est pas.

Une critique faite par de nombreux lecteurs de l'étude qui reprochent  au blog de ne pas avoir inclus le site Rotten Tomatoes dans le panel envisagé pour aboutir à un résultat moins biaisé.

Mais bon c'était peut-être pas forcément l'idée.

À voir aussi sur konbini :