AccueilÉDITO

#HermioneIsBlack : le visage de la nouvelle Hermione crée la controverse

Publié le

par Juliette Geenens

Le casting de la pièce Harry Potter and the Cursed Child a été dévoilé, et la "nouvelle" Hermione ne plaît pas à tout le monde.

Harry Potter and The Curse Child débutera au Palace Theatre de Londres, cet été 2016, avec Jamie Parler dans le rôle de Harry et Paul Thornley celui de Ron Weasley. L'histoire se déroulera durant la vie d'adulte de Harry qui peine à fuir son passé.

L'actrice Noma Dumezweni a été choisie pour interpréter Hermione Granger. Un détail a interpellé les internautes : Noma est noire et cela fait couler beaucoup d'encre. A tort.

La nouvelle est tombée ce matin. Les twittos n'ont pas tardé à réagir en masse, à un tel point que le hashtag #HermioneIsBlack a commencé à proliférer sur le réseau social.

Certains se sont montrés très enthousiastes à ce casting et J.K. Rowling, herself, semble ravie à l'idée de voir l'actrice noire dans le rôle d'Hermione.

Critère : yeux marrons, cheveux frisés, et très intelligente. La peau blanche n'a jamais été spécifiée. Rowling adore Hermione noire.

Ceux qui ne sont pas partisans du changement de la couleur de peau de l'héroïne d'Harry Potter ont tenté de se justifier tant bien que mal :

Face à ces commentaires limites et négatifs, certains ont trouvé des réponses drôles et intelligentes.

C'est marrant de voir que cela semble irréaliste pour certains qu'Hermione soit noire, dans un univers où le système postal dépend de hiboux.

Enfin, il y en a qui sont en colère, mais pour d'autres raisons.

Hermione est noire, quel est le problème ?

La nouvelle Hermione de la pièce de théâtre est donc noire. Et alors ? Dans les films, on ne compte plus les incohérences physiques par rapport aux personnages des livres : Harry Potter, par exemple, a les yeux verts dans la version littéraire, tandis que Daniel Radcliff a bien les yeux bleus. Ce genre de détail n'a pas d'incidence sur l'histoire, pourquoi serait-ce différent pour une couleur de peau ?

De plus, Harry and The Curse Child n'est pas prévue sur grand écran. Il n'y a donc rien d'illogique que le casting soit fondamentalement différent de ceux des adaptations cinématographiques.

Au cinéma, à la télévision ou encore dans la musique, on observe beaucoup le phénomènes de whitewashing, cette manie qu'ont des réalisateurs, distributeurs ou producteurs d'attribuer le rôle d'un personnage dit de couleur à un acteur blanc. Exemple récent dans la dernière adaptation du conte de Peter Pan de Joe Wright, Rooney Mara incarne Lily La Tigresse, princesse d'une tribu indienne.

À gauche, la version animée de Lily la Tigresse. À droite, Rooney Mara dans le même rôle, dans le film <em>Pan</em>.

Le whitewashing passe quasiment inaperçu depuis de nombreuses années. En 2015, les Dieux d'Egypte incarnés par des blancs au cinéma n'embêtent personne. Par contre, une Hermione et un Stormtrooper noir de peau arrivent encore à choquer une trop grande partie de la twittosphère.

À voir aussi sur konbini :