AccueilÉDITO

Grimes dénonce le harcèlement sexuel dans le milieu de la musique

Publié le

par Lydia Morrish

Interviewée par Rolling Stone, la chanteuse canadienne a donné la preuve par l'exemple de l'omniprésence du sexisme dans l'industrie de la musique.

Drôle d’époque pour les femmes dans le monde de la musique. Quand Kesha n’est pas au tribunal à combattre Dr. Luke, son producteur/agresseur sexuel présumé, ce sont d’autres chanteuses qui doivent faire face aux prédateurs sexuels qui essaient de les manipuler, sans même parler des jeunes filles qui se font tripoter durant les concerts.

C’est désormais au tour de Grimes de l’ouvrir. Celle qui n'a pas hésité à dénoncer le statu quo patriarcal dans l’industrie de la musique parle à présent des producteurs qui ont tenté de la manipuler pour coucher avec elle. Tout ça pour soi-disant "terminer un morceau".

<em>"Si j'avais été plus jeune ou dans une situation financière plus désespérée, je l'aurais peut-être fait."</em> (© Instagram/Grimes)

Interrogée par Rolling Stone sur le cas de Kesha, qui accuse son ex-producteur de viol, Grimes a répondu : "Je ne suis pas assez au courant des détails de cette affaire, ça a l’air très compliqué." Elle en a tout de même profité pour livrer quelques exemples de son expérience du harcèlement sexuel, exercé par nombre de producteurs :

"Je dois dire que j’ai vécu de nombreux cas dans lesquels un producteur me disait littéralement 'si tu ne viens pas dans ma chambre d’hôtel, on ne finira pas ce morceau'. Si j’avais été plus jeune ou dans une situation financière plus compliquée, peut-être que je l’aurais fait.

Je ne crois pas que le faible nombre de productrices s’explique par un manque d’intérêt de la part des femmes. C’est un milieu difficile d’accès pour les femmes. C’est un environnement assez hostile."

Grimes a produit elle-même quasiment l’intégralité des morceaux de son dernier album, Art Angels. Dans une interview au New Yorker, elle a également confié éviter de travailler avec des producteurs masculins, ce qui nous semble d’autant plus clair désormais.

La chanteuse résolument funky a annoncé cette semaine s’atteler à de nouveaux morceaux. Mais à l’inverse de ceux d'Art Angels, légers et insouciants, les prochains titres seront plus "posés, plus lents, et plus en mode synthétique". On imagine qu’elle n’aura pas besoin de l’aide d’un homme.

(via Pitchfork)

Traduit de l'anglais par Dario

À lire - > Vidéo : Grimes assure en cybergoth dans le clip déjanté de "Kill V. Main"

À voir aussi sur konbini :