Par Naomi Clément

François Levantal est un acteur discret du cinéma français. Connu pour son rôle d'Astérix dans La Hainesorti le 31 mai 1995, il a depuis écumé les rôles de sales types, souvent repéré pour sa "gueule" de méchant. À l'occasion des 20 ans du mythique film de Mathieu Kassovitz, nous sommes revenus avec lui sur l'une des scènes les plus marquantes du long métrage – et une époque qui semble bien lointaine. 

François Levantal © Louis Lepron

François Levantal © Louis Lepron

Enfant, François Levantal se rêvait d'être comique. Avec un don inné pour l'imitation et 16 écoles différentes à son compteur ("On me virait parce que je faisais trop le con à essayer de faire marrer mes potes" précise-t-il), l'acteur a depuis toujours eu l'envie de provoquer le rire chez son public.

D'ailleurs, tout au long de notre entretien, il ne cessera de faire naître chez nous le sourire. "Je mettais tout mon intérêt dans l’imitation, dans la vanne, dans la connerie plutôt que dans le devoir de chimie ou la thèse, explique-t-il. Dès que je faisais rire, je me sentais vivant."

La vie en aura voulu autrement. À 54 ans, notre homme est un grand habitué des rôles sombres : tantôt braqueur sanguinaire dans Les Lyonnais, colonel assoiffé de vengeance dans "Braquo", ou meurtrier sociopathe dans L'Affaire Pierre Chanal, il a enchaîné les incarnations de "méchant" sur grand et petit écrans.

En cause ? Sa gueule, sans doute, qui ajoute une plus-value à son jeu d'acteur déjà génial. Mais aussi, peut-être, son rôle d'Astérix dans La Haine, ce timbré-coké adepte de nunchaku. Si cette scène s'avère courte (une minute trente chrono en main), elle aura toutefois eu un impact majeur sur la carrière de l'acteur. François Levantal se souvient.

Konbini | Comment as-tu fait la rencontre de Mathieu Kassovitz et Vincent Cassel ?

François Levantal | J'avais passé une audition au Théâtre du Rond-Point pour Jean-Louis Barrault, pour une pièce qui s'appelait "Les Oiseaux". La pièce jouait déjà, mais elle partait en tournée et un des acteurs ne pouvait pas s'y rendre. Donc je passe l'audition, Jean-Louis a la gentillesse et l'amabilité de me prendre et il me dit : "Viens voir la pièce, regarde bien le rôle du Coq, c'est lui qui va partir, c'est lui que tu vas remplacer."

Je vais voir la pièce, et qui fait le Coq ? Vincent Cassel, 18 berges, épais comme une cravate. Je vais le voir après la pièce, je lui fais : "Moi c'est François, je vais te remplacer pour la tournée." C'était en 1982 et depuis on ne s'est pas quitté – on joue toujours dans la même pièce, si je puis dire. Quelques temps plus tard j'ai rencontré Mathieu par Vincent. J'ai essayé de taper l'incruste sur Métisse [un film de Mathieu Kassovitz sorti en 1993, ndlr] mais il m'a dit que ce n'était pas possible. Alors j'ai subrepticement réussi à m'incruster sur La Haine.

Comment ça s'est passé justement, cette incruste ?

Mathieu me proposait deux rôles : celui de Darty, tu sais celui qui a toutes les télés, les magnétos etc., et celui d'Astérix. Moi j'ai tout de suite dit Astérix. Par contre, le personnage d'Astérix était un peu... non pas caricatural, mais c'était un mafieux italien. Il était habillé, les cheveux gominés en arrière, coké, super riche, l'appart et tout... ça me plaisait pas trop. Alors avec Mathieu, la veille du tournage et le matin même, on a pété le code.

Comment t'es passé du mafieu un peu classe à l'italienne à "je vais me mettre torse nu avec un nunchaku et de la cocaïne" ? C'est quoi le déclic ?

Le déclic c'est un peu l'ambiance qu’il y avait chez moi de temps en temps. À l'époque où on était potes [avec Mathieu Kassovitz, ndlr] on se barrait bien en couilles, et souvent je les accueillais chez moi en faisant du hula hoop ou du nunchaku – parce que j'étais à la base un fan de Bruce Lee. Et Mathieu a fait : "Ok, open bar." C’est comme ça que je me suis retrouvé en paréo avec mon nunchaku.

Un seul et unique jour de tournage

La scène est un huis clos, c’était le dernier jour du tournage… j'imagine qu'il y avait une certaine tension ?

Tout était fermé, on était dans un énorme appart près de la République, et c'était effectivement le dernier jour du tournage, dernier plan, dernier tout.

Il y avait une certaine tristesse de terminer ce truc là pour Mathieu, pour Vincent… et moi j'étais à moitié à poil avec des pompes qui sentaient la chèvre, tu sais les pompes que t'achètes sur les marchés africains ? Je n'ai strictement rien capté. Pour moi, j'étais juste un petit acteur qui faisais sa journée. Et puis je suis rentré à la maison je me suis dit :

Mais qu'est-ce que j'ai encore fait à moitié à poil à mettre des baffes à Vince ?

C'était des vraies d'ailleurs ?

Ouais, des vraies petites baffes. Ouais ouais. Mais il les méritait sincèrement (rires).

Il faut savoir que pour moi, La Haine c'est un seul jour de tournage, le dernier jour du film. Donc c'est pas facile d'avoir un ressenti sur ce qu'il s'est passé. J'ai été les voir de temps en temps quand ils tournaient à Chanteloup mais je n'ai pas vécu tout le tournage, juste la fin – qui crois-moi était assez grandiose.

François Levantal © Louis Lepron

François Levantal © Louis Lepron

C'est pas toi Astérix ?

Qu'as-tu pensé du film quand tu l'as vu pour la première fois ?

Mathieu m'invite six mois plus tard au montage, pour me montrer la scène. Je regarde la scène, ça se termine, je regarde Mathieu... je ne sais pas quoi lui dire. Parce que je trouve que c'est vulgaire, je n'arrête pas de dire : "Nique ta mère, je te pisse à la raie, je pisse à la raie de ta mère."

Je ne suis pas issu d'une très grande famille mais dans ma famille, le langage c'est important. Et tout d'un coup je me suis retrouvé dans cet espèce de plan et je me suis dit : "Mais putain mais c'est quoi ça, c'est vulgaire !" Et même le reste du film ! “Bâtard” machin... tous ces trucs-là...

C'est pas ta came...

C'était pas ma came [il insiste sur la conjugaison du temps, ndlr]. Mais j'ai dû constater une chose quand le film est sorti.

Un matin, je promène mon clébard à 7 heures du mat' dans les Halles, et je passe à côté d'un petit mec en capuche genre 17-18 balais – je sais pas s'il sort de boîte ou quoi mais en tout cas il est en train de cramer un bédo. Et tout à coup il me fait : " - M'sieur, M'sieur, M'sieur ! - Quoi ?" Il est 7 plombes du mat' là quand même je tiens à rappeler ! "C'est pas toi Astérix ?!"

Au départ je ne calcule absolument pas, Astérix pour moi c'est un truc que j'ai fait il y a un an, voire même une BD ! "C'est pas toi qui donne des baffes à Vince ?" Et là je fais : "- Ah ouais ouais ouais ouais, si si. - MORTEL !!! MORTEL !! Attends [il prend son téléphone et appelle visiblement un ami] : "T'sais pas avec qui je suis ?!" Et là je me dis : "Wow, qu'est-ce qu'il se passe ?"

Je me suis aperçu que les gens qui connaissaient ma gueule, c'était toutes les petites cailles de banlieue, et ils aimaient mon personnage.

"Le cinéma, c’est aussi ce qu’il se passe dans le bordel"

C'est un milieu que tu ne connaissais pas trop finalement...

Un milieu que je connaissais moins. Enfin un peu parce que de temps en temps... voilà quoi (rires). Mais je le connaissais de façon superficielle. Et eux, ces petits gars, c'était leur came. Et donc ça m'a vachement touché parce que je me suis aperçu que le cinéma ce n'était pas forcément les belles images, les beaux machins, les beaux décors... c'était aussi ce qu'il se passait dans le bordel, et j'ai été surpris par ça.

Mathieu a fait quelque chose de... sincèrement... c'est un grand film. Je ne veux pas dire du mal hein, mais récemment je me suis fait État des lieux, Ma 6-T va crack-er, Raï... ils ont pris un pète. On vieillit tous hein, mais La Haine, je ne sais pas si c'est l'effet noir et blanc, je ne sais pas ce que c'est, mais il reste frais.

À partir de La Haine, ma vie change. Quand le film sort, des portes s'ouvrent et surtout les gens me disent, et c'est quand même super plaisant : "Putain, c'te scène elle est mortelle !" Ça me fout la patate ! Et quand derrière on part sur Dobermann [film de Jan Kounen sorti en 1996 avec Vincent Cassel, dans lequel François Levantal incarne Léo, ndlr] j'ai la patate aussi.

Une suite à La Haine ?

Il y a eu des rumeurs concernant une Haine 2... T'en penses quoi ?

J'ai entendu quelqu'un qui parlait de La Haine y a pas longtemps, il avait pas tort en disant que c'était finalement une comédie. Ça traite de la banlieue mais c'est quand même super drôle quoi : t'as le feuj qui vanne le rebeu, le rebeu qui vanne le chinois... Y a pratiquement pas d'allusion à la religion.

Aujourd'hui, tu fais La Haine 2, je pense que ce serait une vraie, vraie, vraie haine. Avec des confrontations religieuses entre communautés. Ce qui ressortait de La Haine, de cette ambiance, de cette époque-là, c'est que tous les mecs qui vivaient en cité, quelque soit leurs origines, se fendaient la gueule ensemble.

Aujourd'hui j'ai l'impression que ça a changé, et c'est ça qui me fait flipper. On va utiliser les grands mots qu’ils disent tous à la télé mais le communautarisme, j'ai l'impression qu'il s'installe vraiment, que les mecs se foutent sur la gueule... c'est une dimension qui a changé.

Est-ce qu'on a besoin d'un film comme La Haine aujourd'hui en France ?

Je ne sais pas si ce sera Mathieu ou quelqu'un d'autre mais évidemment, avec l'ambiance qu'il y a en France aujourd'hui tu peux en faire... Moi j'ai des idées. Comment des petits mecs, quelque soit leurs origines, qui sont nés ici, qui ont été à l'école ici, qui ont été soignés ici, qui ont été éduqués ici peuvent se barrer, revenir et niquer tout le monde ? [...]

Je n'aurais jamais pensé qu'un jour la société française se retrouverait confrontée à ce genre de problèmes. Je pensais que les dernières guerres de religion c'était les protestants, les cathos, la Shoah aussi bien évidemment, et que jamais on ne revivrait ça. J'ai l'impression qu'il y a des antagonismes qui se créent en ce moment qui sont vraiment profonds. Et qui me surprennent énormément parce que je n'aurais jamais pensé que ça existerait. Je suis peut-être un peu naïf...

"Je suis mort 75 fois, j'ai tué 210 personnes"

Pour en revenir à La Haine, est-ce que tu penses que ton rôle d'Astérix a préfiguré un peu tous les autres rôles de "méchant" que tu as connus par la suite ?

Je pense, en grande partie ouais. C'est-à-dire que les gens m'ont vu comme un timbré, et derrière j'ai enchaîné je ne sais pas combien de rôle de timbrés. Le summum c'est quand même Pierre Chanal hein [L'Affaire Pierre Chanal, un film réalisé par Patrick Poubel et sorti en 2006, ndlr]. Pierre Chanal c'est les disparus de Mouremelon, c'est un adjudant-chef qui a élégamment supprimé dans des conditions des plus abominables qui soient une huitaine de jeunes militaires, dont certains qu'on n'a jamais retrouvés. Donc ouais on m'a foutu des rôles durs.

Mais sincèrement, le rôle d'un méchant c'est quand même vachement agréable. Comparé à de la sculpture, t'as de la matière. Si t'as pas de méchant crédible dans une histoire, ça ne tient pas debout... donc c'est vachement intéressant. Même si à la base, j'ose pas prétendre que je suis comique, mais je fais le con, le couillon.

Et je me suis quand même retrouvé pendant une quinzaine d'années à jouer les pires enculés : je suis mort 75 fois, j'ai tué 210 personnes par empoisonnement, chute de fenêtre, écrasement de voiture, flingues...

François Levantal aka Colonel Dantin dans la série "Braquo" © Canal +

François Levantal aka Colonel Dantin dans "Braquo", accompagné de l'actrice Sophie Broustal © CANAL+

Une gueule du cinéma français

On a souvent lu cette phase à ton sujet : "Avant d'être un acteur, François Levantal est une gueule." Est-ce que tu es d'accord avec cette analyse ?

Comme je la porte sur moi, qu'est-ce que tu veux que je te dise... Moi quand je pense à une gueule de cinéma, je pense par exemple à Michel Constantin, tu vois vraiment des gueules carrées ou des mecs qui ont un physique très particulier. Donc ça m'étonne d'être dedans, parce que moi je me suis toujours trouvé beau (rires) ! Non c'est pas vrai, je déconne.

Mais ça me fait plaisir d'être une gueule du cinéma... à partir du moment où c'est pas une sale gueule ! [...] Et puis j'ai eu jusqu'à une certaine époque un certain succès avec la gent féminine, donc je suppose que je dois avoir une bonne gueule quand même, non ? Merde ! C'est très inquiétant ce genre de question ! (rires)

Quand on regarde l'ensemble de ta carrière, on observe que tu as surtout incarné des seconds rôles. Tu n'aimes pas avoir toute la lumière sur toi ?

Ah non non, ça c'est parce que les projectionnistes ne mettent pas la lumière sur moi ! Moi je veux de la lumière !

C'est pas que c'est une question délicate, car je suis tellement content d'être dans le bateau – tu notes que je ne dis pas la galère... Si jamais un jour j'ai d'autres premiers rôles, je serai ravi. C'est un peu comme quand j'étais môme si tu veux : j'adorais le foot, et dès que j'étais sur le terrain j'étais content. Je n'étais pas capitaine de l'équipe mais j'étais content.

Et si tu n'avais pas pu être acteur, t’aurais fait quoi ?

Alors je vais te dire, heureusement que je suis devenu acteur parce que si je n'avais pas été acteur, je pense que j'aurais fait de la politique. Et là, la France serait en guerre déjà depuis cinquante ans. Parce que comme je suis trop sensible, j'aurais réagi trop rapidement sur certains trucs, et j'aurais depuis longtemps anéanti la planète. Donc heureusement pour tout le monde : je suis acteur.

Actuellement, François Levantal est à l'affiche de la pièce de théâtre "Le Placard" aux côtés d'Elie Semoun.

Propos recueillis avec Louis Lepron.