AccueilÉDITO

Fight Club : l'auteur du roman culte est chaud pour adapter la suite avec David Fincher

Publié le

par Louis Lepron

Edward Norton dans Fight Club, de David Fincher

Chuck Palahniuk dit oui à David Fincher pour adapter Fight Club 2 au cinéma. 

Edward Norton dans <em>Fight Club</em>, de David Fincher

Vingt ans. Vingt ans qu'est sorti dans les librairies Fight Club, roman des années 1990 devenu culte dans les années 2000. C'était en 1996. Ce jeudi 28 avril, Fight Club 2 (Super 8 Éditions) est sorti en France. Mais vous ne le trouverez pas dans les rayons littérature des librairies, encore moins dans les salles obscures. Cette fois-ci, Chuck Palahniuk, son auteur, a décidé de choisir un nouveau médium, celui des comics, avec le soutien d'un mec connu dans le milieu, Cameron Stewart, déjà ouvrier DC Comics pour Batman ou Catwoman.

À l'occasion de la sortie de Fight Club 2, on a pu s'entretenir avec Chuck Palahniuk. Parmi les questions que nous lui avons posées, une sur l'idée d'une possible adaptation de la suite de Fight Club au cinéma. Serait-il partant pour voir le cinéaste David Fincher, responsable du film en 1999, de s'en occuper ?

S'il avance qu'il n'a pas conçu la suite des aventures du malin Tyler Durden pour le voir forcément au cinéma, il précise :

"Ce serait super de travailler à nouveau avec David Fincher. Aussi, je pense que ce serait vraiment très dur pour tout autre cinéaste de passer après le travail remarquable qu'il a fait sur le premier film".

À l'époque de la sortie du film, l'auteur du roman avait été impressionné par son adaptation cinématographique :

"Lorsque j'ai regardé le film pour la première fois, j'étais, d'une certaine manière, embarrassé par mon livre, tant le film avait réussi à dégraisser le roman et à le rendre plus efficace, à confectionner des connexions auxquelles je n'avais jamais pensé."

David, si tu nous lis, sache que Chuck est prêt. Et pour ce qui est de la suite de l'interview, vous pourrez la retrouver demain en intégralité sur Konbini.

À voir aussi sur konbini :