La femme de Bach a-t-elle écrit certains de ses chefs-d'œuvre ?

Un documentaire le clame haut et fort : c'est à Anna Magdalena, l'épouse de Jean-Sébastien Bach, qu'on doit quelques-unes des plus célèbres partitions attribuées au maître.

Anna Magdalena Bach, mère des treize enfants de Jean-Sébastien, était aussi une musicienne accmplie

Anna Magdalena Bach, mère des treize enfants de Jean-Sébastien, était aussi une musicienne accomplie

Et si l'auteur des célèbres Variations Goldberg et des six Suites pour violoncelle n'était pas Jean-Sébastien Bach... mais sa femme, Anna Magdalena Bach ? C'est ce qu'un documentaire renversant promet de révéler : c'est Anna Magdalena, l'épouse effacée de l'immortel compositeur, qui aurait créé certaines de ses pièces les plus célèbres.

Publicité

Dans le film Written By Mrs Bach (diffusé au BAFTA de Londres et bientôt en Allemagne), le résultat du travail de trois personnes tend bien à valider cette hypothèse. Selon un professeur de musique de l'université Charles Darwin en Australie, une compositrice britannique et une experte américaine en examen légal de documents, "ces pièces diffèrent d'autres œuvres de Bach tant au niveau structurel que technique ; de plus, une page des partitions porterait l'inscription en français 'écrit par Mme Bach' ; et, enfin, aucune preuve n'existe pour démontrer que Johann Sebastian est le véritable auteur de ces pièces." Bigre.

Tout droit de l'esprit d'Anna Magdalena

Certes, Anna est connue pour avoir retranscrit les œuvres de Bach dans ses dernières années, mais selon le Daily Telegraph"son écriture n'a pas la lenteur et la lourdeur de quelqu'un qui copie un texte". Il est plus probable que les notes "coulaient tout droit de l'esprit [d'Anna Magdalena]". Bach aurait donc reçu le crédit pour des créations de sa femme : une situation comme celle des époux Keane avant l'heure.

Sally Beamish, compositrice britannique qui a travaillé sur ce documentaire, est ravie. Tout en rappelant que de nombreuses compositrices étaient obligées de se distinguer sous des noms masculins à l'époque, cette théorie devrait enfin faire changer les esprits :

Publicité

Ce que je trouve fascinant, c'est qu'elle pose les bonnes questions [...] : la musique est-elle toujours écrite par une seule personne, et tous les grands maîtres étaient-ils des hommes?

Anna Magdalena, soprano, et Jean-Sébastien Bach se sont rencontrés en 1720 à la cour du prince Leopold d'Anhalt-Köthen. Elle avait 19 ans et lui... 35. Descendante d'une famille de musicien, elle a donné treize enfants au grand maître, dont sept sont morts en bas âge. Après le décès de son mari, elle aurait vécu une existence de plus en plus misérable, vivant de subsides ou de legs jusqu'à sa mort, en 1760.

Publicité

Par Théo Chapuis, publié le 31/10/2014

Copié

Pour vous :