AccueilÉDITO

L'Art Ludique célèbre le jeu vidéo à la française dans une expo à ne pas manquer

Publié le

par Fanny Hubert

Du 25 septembre au 16 mars 2016, le musée Art Ludique met à l'honneur le jeu vidéo dans une sublime exposition que l'on vous invite vivement à découvrir. 

Concept art d'<em>Assassin's Creed Unity</em> © Ubisoft

C'est une exposition unique en son genre que nous propose le musée Art Ludique. Après avoir mis à l'honneur les studios d'animation Aardman, c'est au tour du jeu vidéo d'être célébré dans "L'Art dans le jeu vidéo, l'inspiration française". Aucun événement auparavant n'avait été consacré à ce thème. Au programme, sept salles et 800 œuvres totalement inédites. Jean-Jacques Launier, commissaire d'exposition et fondateur du musée, nous explique pourquoi il a absolument voulu rendre hommage à un art qu'il aime tant :

Au musée Art Ludique, on a envie de mettre à l'honneur depuis toujours le figuratif narratif que ce soit à travers la bande dessinée, l'animation, le jeu vidéo, le design, le cinéma... Les artistes figuratifs sont les grands artistes contemporains d'aujourd'hui. Et je trouvais que particulièrement dans le jeu vidéo il y a une certaine richesse, une diversité, une créativité.

Le jeu vidéo, c'est l'art total parce qu'il fait appel à la peinture, au dessin, à la sculpture, à la musique, au scénario, à la direction d 'acteurs, à la mise en scène et bien sûr à l'interactivité grâce à un gameplay immersif. C'est devenu l'industrie créative la plus importante loin devant le cinéma. Et là on avait envie d'en exposer un reflet plus pictural.

Des contenus jamais vus auparavant

Parmi les œuvres présentées, on retrouve des artworks, des concepts arts et des vidéos dans lesquelles les créateurs expliquent comment ils créent leur monde. De Rayman à Assassin's Creed en passant par Far Cry et Heavy Rain, les plus grands jeux de ces dernières décennies se dévoilent pour notre plus grand plaisir.

Ça n'a jamais été vu. Ce sont des dessins de concept qui ont servi à créer les lapins, Rayman, les décors. Comme on a les interviews des créateurs à chaque fois, ils expliquent pourquoi ils ont dessiné comme ça, qu'est-ce qu'ils ont l'intention de faire quand ils dessinent une cité par exemple. Ils donnent à la ville des composants de caractère propres à un humain. C'est super intéressant de voir que rien n'est laissé au hasard et que la technologie vient servir les artistes.

On a notamment la chance de découvrir des visuels et des sculptures des personnages de Dishonored 2, suite du jeu créé en 2012 par les studios Arkane et qui avait reçu des critiques dithyrambiques. Sa sortie, prévue pour le printemps 2016, semble bien loin. Les contenus inédits de Tom Clancy's The Division (Ubisoft) et The Technomancer (Spiders) donnent également très envie.

L'un des personnages de <em>Dishonored 2</em> © Arkane

Une autre installation spectaculaire a particulièrement retenu notre attention. Un écran géant incliné à 180 degrés permet de nous balader dans les rues de Paris à l'époque de la Révolution française. Vous avez sûrement reconnu de quel jeu il s'agit : Assassin's Creed Unity sorti en 2014 et qui nous amenait dans un Paris d'une autre époque. Jean-Jacques Launier nous en dit un peu plus sur ce contenu immersif bluffant :

Les gens qui réalisent Assassin's Creed s'aident des historiens pour dessiner leur jeu. Pour dessiner Rome, ils sont partis d'une carte du 15ème siècle et on remodellisé la ville pendant un an et demi. Pour Paris, ils ont remodellisé toute la ville à l'époque de la Révolution à l'échelle 1, ce qui veut dire grandeur nature. Pour faire Notre Dame, il leur a fallu quatorze mois.

J'ai demandé à Ubisoft s'ils étaient capables de nous faire une installation, de mettre une caméra à l'intérieur de leur jeu qui se promène de l'île Saint-Louis à Notre Dame. Et c'est exactement ce qu'ils ont fait. Cela donne une installation avec un écran de six mètres de large incliné à 180 degrés.

Une expo tout public qui célèbre les créateurs français

Et pour lui, son exposition s'adresse à tout le monde, joueur ou pas, jeunes ou moins jeunes :

Les études montrent qu'il y a 75% des gens qui jouent. C'est une expo qu'on peut visiter qu'on soit joueur ou pas. On ne vient pas jouer ici, on vient dans un parcours d'art contemporain, on voit des œuvres sur les villes, les cités... On recrée toute l'histoire. C'est destiné à un large public.

Je pense que d'une certaine façon c'est pas toujours heureux de dire "ne joue pas aux jeux vidéo". Au contraire, c'est bien d'emmener un public plus jeune justement dans un musée comme ça voir que derrière ce qu'il aime il y a des artistes qu'il aime, des artistes incroyables. Et s'il aime c'est parce qu'il y a une richesse créative que ce soit dans Les Lapins Crétins, Rayman ou Assassin's Creed...

Comme son sous-titre l'indique – "l'inspiration française" – l'exposition se concentre sur les artistes de notre cher pays dont il était nécessaire de célébrer l'immense talent et qui se démarquent de leurs homologues japonais et américains par un style bien à eux.

En France, "on a notre savoir-faire plus réfléchi, plus culturel. La France a toujours été un territoire de peinture, de dessin. Je trouve que cette approche française est réaliste et c'est bien de temps en temps de rendre hommage aux créateurs français."

Premiers dessins des<em> Lapins Crétins</em> © Ubisoft

"Le jeu vidéo va repousser les limites de l'art"

L'une des dernière salles explore le lien entre le cinéma et le jeu vidéo. L'occasion de découvrir un making-of du jeu Beyond Two Souls dans lequel Willem Dafoe et Ellen Page ont été transformés en protagonistes principaux d'une aventure intense. Ce thème nous amène à nous questionner sur l'avenir du jeu vidéo et les possibilités infinies qu'il semble proposer. Voilà d'ailleurs comment Jean-Jacques Launier imagine le futur de cet "art total" :

Je l'imagine de plus en plus immersif. Le côté scénaristique – l'immersion propre – va être de plus en plus important. On va être dans des mondes incroyables où on aura des lunettes. Je ne suis pas un technicien mais je crois que le jeu vidéo va repousser les limites de l'art. Il propose des solutions et des expériences incroyables.

Création des mondes, des villes et des personnages, processus artistique et expérience hors du commun, rien n'est oublié dans "L'Art dans le jeu vidéo, l'inspiration française". L'exposition est à découvrir du 25 septembre au 16 mars 2016 et on parie que vous en ressortirez avec une forte envie de dégainer la manette.

À voir aussi sur konbini :