Interview : Joke est mort… vive Ateyaba et le clip de "Rock With You"

Sous un nouveau jour et un nouveau nom, Ateyaba revient avec un clip à la hauteur du titre qu’il habille. En avant-première sur Konbini, l’ex-Joke signe un come-back réussi et nous le raconte.

"En pleine synchronicité", il faut désormais l’appeler Ateyaba – comme son grand-père, lui-même ou son premier album. Sous un nouveau nom, le Joke qu’on a connu et attendu jusqu’ici est définitivement de retour avec un single fort, "Rock With You", sorti ce vendredi et aujourd’hui vêtu d’un clip tout aussi élégant. Michael Jackson peut en être fier.

À voir aussi sur Konbini :

Pour voir les vidéos Konbini, merci de désactiver AdBlock.

Plus le temps passe et plus la pression de revenir, l’ambition et l’exigence envers soi-même deviennent grandes. Depuis trois ans maintenant et un troisième EP, Delorean Music, faisant suite à son premier album Ateyaba (2014), l’espoir montpelliérain s’est mis en retrait, attisant l’impatience de bon nombre et faisant mûrir en son absence l’un des retours les plus attendus du rap français. Sa dernière sortie date de mars 2017 : il s’agissait de "Vision", premier single d’un deuxième album, Ultraviolet, annoncé puis repoussé.

On y est : Ultraviolet ne va plus tarder à sortir, et "Rock With You", produit par un Ikaz Boi fidèle à son talent, en est le nouvel extrait. Superbement réalisé par Nathalie Canguilhem, elle aussi fidèlement associée à Ateyaba, son clip est un concentré de technologie au cours duquel, avec des influences à la fois japonaises et antiques, le nouveau pharaon pose ses hiéroglyphes dans une ambiance futuriste faite de rose et de gris. L’infini et l’au-delà se confondent, et l’enveloppe charnelle s’électrifie au cours d’un voyage sans retour dans la matrice universelle.

De quoi plaire aux esthètes, remettre Montpellier sur la carte du rap hexagonal, et annoncer la couleur sombre-néon du prochain album de l’artiste de 28 ans, qui nous raconte un peu plus ce come-back… Ateyaba, l’univers t’écoute :

Publicité

Konbini | Salut Joke. Il faut désormais t’appeler Ateyaba, comme le nom de ton premier album, sorti il y a quatre ans. Pourquoi ce changement ?

Ateyaba | Joke c’est mon adolescence et entre-temps j’ai grandi. Ateyaba c’est mon vrai prénom, je pense que je suis arrivé à un moment de ma vie où mon art et mon quotidien se confondent, donc c’était inévitable.

Publicité

Comment tu te sens là, maintenant ?

Je me sens confiant, je suis heureux de pouvoir faire ce que j’aime.

Qu’est-ce qui s’est passé pour toi ces derniers temps et pourquoi avoir mis autant de temps à revenir vers ton prochain album, Ultraviolet ?

Il s’est passé trop de choses incroyables pour tout évoquer là maintenant mais, en gros, il y a un parallèle qui s’est créé entre ma vie et mon album, plus j’avance et comprends des choses dans la vie et plus l’album avance, c’est un peu comme s’il se dévoilait à moi.

"Rock With You" est une douce claque, aussi bien auditive que visuelle. Comment t’as bossé ça, avec qui, et dans quel état d’esprit ?

Le morceau est produit par Ikaz Boi avec qui je bosse depuis Kyoto [premier EP de Joke, sorti en 2012, ndlr], l’un des producteurs les plus forts de France, selon moi.

La première fois que j’ai entendu cette prod', c’était en club, un morceau de Hamza feat. Damso qu’Ikaz avait produit. J’avais tellement kiffé la prod' que j’étais un peu jaloux de ne pas l’avoir eue pour moi, lol ! Quelque temps plus tard je lui demande ce que ce morceau va devenir et il me dit qu’il ne sortira pas. Je lui dis de m’envoyer la prod', on y apporte quelques modifications et je la plie dans la soirée. J’étais synchronisé.

Pour le clip, j’ai bossé avec Nathalie Canguilhem, avec qui j’ai beaucoup travaillé et qui pour moi est la meilleure en France aujourd’hui aussi. Le clip a été tourné en trois temps, deux fois sur Paris et une fois à New York, entre décembre et cet été. Ça a été un peu le même processus que l’album. J’avais des choses à régler dans ma vie et à chaque fois que c’était fait, j’avais une bonne nouvelle pour le clip.

Dans quel délire artistique es-tu aujourd’hui ?

Je suis dans un délire sans concession, sans filtre : je fais ce que je veux.

Par Rachid Majdoub, publié le 23/09/2018

Copié

Pour vous :