AccueilÉDITO

Exclu : Beny, espoir du rap français, devient grand avec une mixtape solide

Publié le

par Rachid Majdoub

Un nouveau clip et une deuxième mixtape : on vous présente Beny, aka Beny le Brownies.

Dans le circuit depuis 2015, Beny est un rappeur doué qui sait à peu près tout faire, et en bien. Kicker, freestyler, chanter, de l’aigu au grave : celui que l’on nomme Beny le Brownies incarne le présent et surtout le futur du hip-hop français, et nous vous le faisons découvrir en exclusivité sur Konbini.

Tout d’abord à travers "Castellano", un nouveau titre produit par Ôstyn Music, qui s’habille d’un clip tout aussi poétique réalisé par Célestin Soum (Natel Studio).

Mais ce n’est pas tout : ce morceau, à travers lequel l’originaire d’Annecy passe à la vitesse supérieure, est extrait de sa nouvelle mixtape, Pepito est Grand, qui sort aujourd’hui sur le label Ö&O et que vous pouvez écouter ci-dessous. Juste en dessous, vous retrouverez une petite interview de Beny.

Qui es-tu ?

Je suis Beny, dit Beny le Brownies, rappeur, auteur, compositeur et interprète né le 20 décembre 1993 à Kinshasa au Congo. Sinon, je suis originaire d’Annecy, en Haute-Savoie (La Yaute). Je réalise aussi, et designe la marque Super8papi.

Parle-nous de ton nouveau titre et de son clip.

Le morceau "Castellano" est en référence au célèbre mafieux Big Paul Castellano, plus particulièrement son poids… car tout comme le clip, le son veut montrer cet esprit de poids que l’on prend au fur et à mesure des années par rapport aux expériences que l’on rencontre dans nos vies.

Comment se présente 2017 pour toi, en termes de projets ?

Le 23 février sortait ma première mixtape, Pepito deviendra grand, que j’avais enregistrée dans les studios Redbull à Paris. Aujourd’hui c’est la deuxième partie de la trilogie qui sort : Pepito est grand. Et à la rentrée sortira le dernier volet, Pepito World – ce qui fait donc trois projets cette année…

Un dernier mot ?

Merci à mes pépites qui soutiennent, merci à ma famille et longue vie à mon label Ö&O.

À voir aussi sur konbini :