Eurockéennes : cinq artistes à voir

L'été fait son grand retour, et avec lui, ses festivals en plein air. Du 4 au 6 juillet prochain, la 26ème édition des Eurockéennes s'installera sur la presqu’île du Malsaucy, à Belfort. Au programme, des têtes d'affiche incontournables mais aussi des artistes plus discrets qui nous ont tapés dans l'oeil.

Konbini-eurocks

Du 4 au 6 juillet prochain, le festival des Eurockéennes plante de nouveau sa tante sur la presqu'île de Malsaucy à Belfort, au cœur de la métropole Rhin-Rhône. Un lieu quasi enchanté qui accueille depuis 1989 des grands noms de la musique, tels que James Brown (1992), les Red Hot Chili Peppers (1996), Kraftwerk (2005), Marylin Manson (2007) ou encore Missy Elliot (2010). Une sorte de "petit Woodstock" comtois à la programmation éclectique.

Publicité

Pour cette nouvelle édition, les Eurocks sont de retour avec une sélection d'artistes toujours plus variée : M.I.A., Stromae, Metronomy, Kaytranada, The Black Keys, SchoolBoy Q... Le festival, qui a réuni quelque 100.000 personnes en 2013, accueillera sur ses quatre scènes des musiciens aux univers variés, pour le plus grand bonheur des festivaliers.

Parmi ces pontes de la scène musicale mondiale, Les Eurockéennes ont disséminé çà et là quelques perles rares dont la musique, parfois encore trop méconnue, risque de vous faire danser jusqu'au petit jour. Tour d'horizon.

Findlay, le rock ardent

Originaire de Manchester, Natalie Findlay s'apparente à une increvable boule de nerfs. Son rock, énergique et brûlant, pourrait être la bande son d'une nuit passée à danser. L'été dernier, elle faisait d'ailleurs le show devant deux amoureux du Rock'n'Roll, Kate Moss et Mick Jagger, lors d'un concert organisé pour le défilé londonien de la créatrice L'Wren Scott, aujourd'hui tant regrettée.

Publicité

Après avoir dévoilé un 45 tours intitulé Your Sister ainsi que deux EPs, Off & On et plus récemment Greasy Love, la chanteuse anglaise de 23 ans s'apprête désormais à prendre la route des festivals avec ses trois musiciens, et à faire résonner ses mélodies rageuses sur la scène des Eurockéennes.

Live : vendredi 4 juillet • Scène - ESPLANADE GREEN ROOM • 19:30 - 20:15

Publicité

Odezenne, le rap français hybride

Originaires de Bordeaux, Alix, Jacques et Matthia forment le groupe Odezenne. Ils se sont fait connaître sans passer par les labels ou les radios en 2009 avec leur album sans. chantilly, diffusé directement sur Internet. Trois ans plus tard sort leur OVNI et en farouches indépendants, ils font leur petit bout de chemin en créant des évènements participatifs qui rencontrent un large succès et leur permettent de faire une série de nombreux concerts.

Longtemps cantonné à un univers très rap, le trio a pris une nouvelle direction avec la sortie de son nouvel EP Rien. Le sexe est partout, évoqué tour à tour entre subtiles métaphores et passages plus crus, en témoigne leur titre explicite "Je veux te baiser". Si l'on retrouve bien un certain verbe acéré et des intonations proches de son genre de prédilection, le dernier né d'Odezenne est un hybride entre chanson française et musique électronique, avec des accents parfois plus pop. Le flow est plus décousu, plus sombre aussi, mais toujours superbement maîtrisé.

Publicité

Live : vendredi 4 juillet • Scène - CLUB LOGGIA • 00:00 - 01:00

Jungle, le groove urbain

Depuis qu'il avait commencé à faire le buzz l'été dernier, le groupe Jungle s'était fait aussi discret que mystérieux. À tel point que l'on savait tout juste qu'il s'agissait de deux musiciens, "J" et "T", originaires d'un quartier de l'Est de Londres. On devinait aussi qu'ils étaient grands amateurs de danse, car toutes leurs vidéos mettent en scène des danseurs, à commencer par la petite prodige de hip-hop B-Girl Terra, âgée de 6 ans dans l'incroyable vidéo de Platoon.

Alors qu'ils s'apprêtent à sortir un premier album éponyme le 14 juillet prochain, les garçons de Jungle proposent une musique voluptueuse faite d'un savant mélange de percussions vintage, synthés et cuivres pour un résultat à mi-chemin entre la funk, l'électro, la soul et parfois même le jazz. La bande son parfaite d'un bel après-midi d'été.

Live : samedi 5 juillet • Scène - LA PLAGE • 17:30 - 18:15

Young Fathers, le hip-hop psyché

Tout droit venus d'Écosse, les Young Fathers distillent depuis 2008 un hip-hop éclatant, puisé dans les origines multi-ethniques du groupe. Tandis que Kayus Bankole est né de parents nigériens, Alloysious Massaquoi est de son côté originaire de Liberia, et "G" Hastings du Nord d'Édimbourg en Écosse. Le pays où ils se sont connus.

Trio infernal aux performances énergiques, ils se décrivent comme "un groupe de hip-hop psychédélique" qu'ils n'hésitent pas à illustrer à travers des clips aux univers sombres. Avec leur musique, ils nous plongent dans les limbes ténébreuses du hip-hop, comme en témoigne le titre "I Heard".

Live : samedi 5 juillet • Scène - LA PLAGE • 20:15 - 21:00

SBTRKT, l'électro évasive

SBTRKT est le nom derrière lequel se cache Aaron Jerome, un producteur londonien discret à l’origine d’une musique intime et évasive, réglée au millimètre près. Révélé en 2011 par son album éponyme SBTRKT, qui contenait entre autres la très bonne "Wildfire", le musicien aime à multiplier les rencontres musicales : un EP avec Jessie Ware, des featurings avec Little Dragon et Drake et de nombreux remixes de Frank Ocean, M.I.A., Radiohead ou Basement Jaxx.

Son collaborateur favori ? Le musicien londonien Sampha, connu pour sa voix aussi unique qu'émouvante. Il y a une dizaine de jours, SBTRKT (à prononcer "subtract") dévoilait d'ailleurs un nouveau titre en collaboration avec le chanteur, "Temporary View". Un énième voyage dans les nuages.

Live : dimanche 6 juillet • Scène - LA PLAGE • 22:15 - 23:15

Plus d'informations sur le site des Eurockéennes.

Article écrit en collaboration avec Constance Bloch.

Par Naomi Clément, publié le 23/06/2014