La bande son de votre été en dix morceaux

Si on prend juillet et août, l'été comporte environ 60 jours . Pour mener à bien cette traversée estivale, Konbini vous propose 10 morceaux, entre hip-hop et électro.

LasVegasParano6 (1)

Hunter S. Thompson aurait été ravi (Crédit Image : Rhino Films, Summit Entertainment)

Alors que la première moitié de l'année vient de s'écouler et que le mois d'août approche, Konbini vous propose une bande son spécialement confectionnée pour l'été. Au programme, dix morceaux dans lesquels on peut retrouver autant le hip-hop de T.I., l'électro britannique de Jamie xx que la pop de Only Real.

Publicité

T.I ft Young Thug - "About the Money"

Niveau hip-hop, n'allez pas chercher plus loin, ce son fera à coup sûr votre été. Si la période estivale de 2013 a été animée par la bombe "Collard Greens" du duo magique SchoolBoy Q – Kendrick Lamar, c'est un autre tandem qui prend le relai cette année. T.I., "King of South", et Young Thug, jeune loup aux dents – dorées – très aiguisées, s'allient sur l'imparable single "About The Money". Un morceau entraînant sur lequel les deux MCs d'Atlanta posent leur flow à la fois léché et acéré. L'instru posée, douce et efficace est composée par London on Da Track.

Appuyez sur lecture et vous commencerez à hocher délicatement la tête. Vous vous acharnerez ensuite sur le bouton repeat, jusqu'à chantonner le refrain. Un refrain que vous pourrez crier en bougeant les bras de manière désarticulée sur une ambiance thug dont T.I. a la recette. (Rachid Majdoub)

Publicité

Honeyblood - "Killer Bangs"

Ce n’est pas parce qu’elle a donné naissance à Jesus & Mary Chain, Mogwai, ou encore Texas que la ville de Glasgow ne produit que des groupes qui tirent la gueule sous la pluie en attendant juillet et ses vacances bien méritées à Benidorm. La preuve : elle a aussi enfanté l’indie rock féministe et coloré de Honeyblood.

Renvoyant parfois à la mélancolie des débuts de Warpaint, les deux filles électriques aux riffs doux-amers de Sang de Miel savent aussi broder de ces chansons courtes, efficaces, hédonistes et complètement stupides qu’on fredonnerait toute la journée, de préférence sous un soleil de plomb. Le titre “Killer Bang” est de cette trempe-là. (Théo Chapuis)

Publicité

Caribou - "Can't Do Without You"

Si le Canadien Caribou avait inventé l'été, il l'aurait sûrement nommé "Can't Do Without You". Soit le titre de son dernier extrait en prévision de son prochain album, Our Love, qui sortira au mois d'octobre. Quatre minutes d'une musique planante, répétitive et paradoxalement progressive.

La chanson est à l'image de son superbe artwork réalisé par Jason Evans : fortement colorée et épousant des reliefs tordus. Elle saura vous suivre cet été sur une route de campagne pluvieuse, une plage grouillante ou lors d'une gueule de bois matinale. (Louis Lepron)

Publicité

Popcaan - "Number One Freak"

Ancien disciple du grand Vybz Kartel, Popcaan nous a fait nous déhancher plus d'une fois avec des morceaux comme "Only Man She Wants" ou "Ravin". Avec sa diction et son grain de voix propre aux Jamaïcains, il est à l'origine d'un dancehall dansant et puissant. Le 10 juin 2014, Popcaan, de son vrai nom Andre Jay Sutherland, dévoilait d'ailleurs son premier album Where We Come From, sur lequel on retrouvait "Hustle", en featuring avec le rappeur Pusha T.

Mais c'est un tout autre morceau qui animera nos moments estivaux. Son petit nom ? "Number One Freak", un titre langoureux, ponctué de nombreux "body good", et qui sait monter crescendo, jusqu'à atteindre la température parfaite : celle qui bercera nos longues nuit passées à onduler nos hanches. (Naomi Clément)

Only Real - "Cadillac Girl"

Dès que les premières notes résonnent, on est ailleurs. Et ce, que l'on soit derrière notre bureau ou dans le métro, on se retrouve instantanément transporté quelque part sur une route ensoleillée de Californie, bordée par d'immenses palmiers, dans une voiture décapotable et entouré par ses potes. Car "Cadillac Girl" renvoie à tout ce que l'on aime de la saison estivale : l'amour, l'insouciance et l'amitié.

La touche anglaise irrésistible de Niall Galvin alias Only Real, 23 ans, ajoute une part de charme non négligeable aux sonorités pop et lancinantes du titre. Et après avoir visionné le clip, on s'y voit déjà : les pieds dans le sable, les cheveux dans le vent et de la bonne musique dans les oreilles. (Constance Bloch)

Equateur - "The Lava"

Découvert avec “Haunted”, Equateur nous a dévoilé il y a quelques semaines son troisième EP The Lava. Toujours en bascule entre les deux hémisphères, la formation ne se définit pas par un genre ou un style particulier : elle ouvre les horizons et trouve son point de chute dans des mélodies dansantes.

Alors que l’on croyait leur campement établi dans l’hémisphère sud avec des voix aiguës tribales, Equateur bascule désormais vers le nord. Le morceau "The Lava" fusionne les genres en offrant un périple musical onirique option voix off grave et sensuelle. Le morceau idéal pour l'été. (Solenn Cordroc'h)

YG - "I Just Wanna Party"

Il y a quelques mois, YG a lâché un des meilleurs albums de gangsta rap de ce début d'année. Et parmi les nombreux tubes que compte l'opus ("My Nigga", "Left, Right"), il y en a un qui résume bien l'affaire : "'I Just Wanna Party". Derrière ce morceau au titre évocateur se cache un flow dense, une instru conquérante et un featuring avec ScHoolBoy Q et Jay Rock.

Là, pas de sable ou de mer : on s'imagine plutôt à la tombée de la nuit dans la pénombre d'un club moite et sexy, en train d'onduler les hanches avec autorité et détermination jusqu'au petit matin. (Constance Bloch)

Jamie XX - "All Under One Roof Raving"

Ma rencontre avec cette chanson de Jamie XX a été incandescente, une connexion immédiate. Comment ne pas aimer le moindre des soubresauts de ces trois minutes de nostalgie "made in UK" de samples qu'on entend à peine et de murmures qu'on imagine ? Et puis après la pluie, le soleil ne se faisait plus prier. Tout concordait.

Dévoilé le 23 juin, "All Under One Roof Raving" ne peut pas uniquement être vu comme une brillante célébration de l'été. Certes ses basses étouffées, son rythme chaloupé, ses coups de synthés, et sa publication quelques heures après le jour le plus long en font la chanson estivale par excellence. Celle qu'on met en boucle et dont on ne se lasse pas.

Mais le titre, une espèce de transe nostalgique, est à l'image de son auteur : un peu plus compliqué que ce qu'il en a l'air. Jamie XX est un mec paumé entre différents styles et, à l'époque, loin de sa mère patrie - comme il le précise dans la description de la vidéo - il avait le spleen. C'est émouvant, assez bien foutu, certes pas très neuf comme le notaient justement les mecs de The Drone. Mais bon, dans le fond, on s'en fout non ? (Tomas Statius)

Curren$y - "MPR"

La mixtape The Drive In Theatre, sortie en février dernier, est ponctuée de nombreuses pépites parfaites pour chiller au soleil. Mais avec "MPR", Curren$y livre l'un de ses morceaux les plus génialement nonchalants. Mettez-vous à l'aise. Respirez doucement, fermez les yeux et appuyez sur "play".

Quelques secondes passées dans l'instru luxuriante cuisinée par Thelonious Martin suffisent à vous transporter sous d'autres latitudes. Un endroit fait de plages, de cocktails colorés et de chemises à fleurs. Ajoutez à cela le flow fluide et sans effort du rappeur de la Nouvelle-Orléans, et vous obtenez le nec plus ultra du rap pour hamac. Enjoy. (François Oulac)

Doja Cat - "So High"

Le titre est la parfaite définition de la sensation que nous procure ce morceau. Avec son beat langoureux, et la douce voix de son interprète, "So High" nous transporte dans un monde parallèle, une matrice coincée entre la banale réalité et les limbes de nos rêves. Tantôt chanteuse, tantôt rappeuse, Doja Cat devient ici une sorte de guide imaginaire à laquelle on s'abandonne entièrement.

Le clip de "So High" est d'ailleurs à l'image du monde dans lequel elle nous emmène, sans vraiment pouvoir y échapper : une douce galaxie en apesanteur et aux couleurs saturées, peuplée de plantes géantes et de créatures divines, dans lequel on aimerait définitivement passer un bout de son été. (Naomi Clément)

Par Louis Lepron, publié le 29/07/2014

Pour vous :