featuredImage

Espiiem en interview : une certaine idée du rap français

À l'occasion de la sortie du mini-album Haute Voltige, rencontre avec Espiiem, rappeur noble pour une discussion de haute volée. 

Espiiem

Espiiem est vraiment ailleurs. Un mec qu'il est parfois difficile de saisir tant son parcours est un défi à la catégorisation. De ses nombreuses expériences, le MC a tiré un style, une éthique mais aussi une certaine idée du rap. Et on a eu la chance qu'il nous l'expose.

Espiiem - Miroir du Rap Français

La singularité d'Espiiem n'est pas apparu avec Haute Voltige. Loin de là. Elle se remarque dans les vicissitudes de son parcours. De Cas de Conscience à Haute Voltige :

Le premier groupe auquel j’ai appartenu était Cas De Conscience. Nous étions quatre : l'Homme De L'Est, Fils Prodige, L’Étrange et moi-même. Le groupe a duré trois ans de manière intensive (c’était il y a 6 – 7 ans). On faisait juste des morceaux au feeling sans avoir l’ambition d'en faire un projet. Suite au décès de l’Homme De l'Est, on a arrêté. J’ai rejoint un groupe qui s’appelle The Hop qui réunissait 8 musiciens avec des cuivres, une batterie, une basse, un clavier, deux MC, Kéma et moi, ainsi qu'une chanteuse anglaise, Sabrina. On a sorti un projet, The Hop EP, qui était un 7 titres. Puis en solo j’ai sorti un premier projet en 2012 qui s’appelait L’été à Paris et le mois dernier Haute Voltige.

Depuis 7 ans qu'il rappe, le Parisien est passé par tous les états : l'underground donc, le jazz et tout le reste. L'Été À Paris, EP paru en juillet 2012, participe à cette volonté de concentrer toutes les influences qui l'ont façonné au fil des années. Haute Voltige poursuit l'essai :

Aujourd’hui mon parcours solo est vraiment la symbiose de deux éléments : Cas de Conscience, le côté très rap avec des valeurs de rimes fortes, une rigueur dans la technique et The Hop où la musicalité et le choix des instrus étaient plus important. Une base rap donc mais toujours avec cette envie et l'objectif d’apporter à ma musique des éléments nouveaux. Pour surprendre l’auditeur et me surprendre moi-même également.

Espiiem c'est ça: un MC qui avance, un artiste qui a la volonté de créer son propre lexique, un homme qui voit ses projets musicaux comme la pleine réalisation de son individualité.

Haute Voltige : Pot-(pas)-pourri

Et cette volonté de faire se rencontrer différents milieux, différentes approches se ressent dans la manière dont a été bâti le projet Haute Voltige. 

Les productions d'abord. On connait le goût du rappeur pour le métissage. Celui-ci atteint un tout autre niveau sur Haute Voltige avec l'appel à des producteurs talentueux venant d'horizons très différents. On touche le sommet sur "Kilimandjaro" que l'on doit au prodige canadien Kaytranada.

Pour Haute Voltige, j’avais la volonté de surprendre les gens qui me suivaient, de taper un peu à côté et de les emmener dans des univers différents. J’avais aussi la volonté de pousser tout ça en live d'où la récurrence de grosses basses et puis des samples assez légers et des basses fréquences pour avoir du contraste. C’était un peu ma ligne directrice.

Si l'on retient la volonté constante d'expérimentation du Parisien, force est de constater qu'ici c'est tout sauf de la frime. Loin des flows monocordes et de la primeur des orchestrations ronflantes sur les mots, Espiiem fait de cet univers mélangé un terrain de jeu pour construire sa voie. Sa diction se fait changeante, parfois chantante. Il fait de sa voix un instrument ce qui est assez rare pour être remarqué et assez évident pour être questionné :

Au moment où Cas de Conscience s’est arrêté on faisait un énorme travail sur le choix des flows. J’ai travaillé sur des instrus lentes, rapides, puis avec The Hop j'ai dû m'adapter à des morceaux sur 5 ou 3 temps alors que dans le rap on privilégie plutôt des mesures à 4 temps. Tout ça m’a permis de devenir plus complet et du coup j’ai toujours eu cette envie de pouvoir être à l’aise sur différents types de morceaux puis d'ajouter le chant. Ma voix est particulière, autant en être conscient et l’exploiter à fond.  Je vais essayer de pousser ça sur les prochains projets : chanter plus, murmurer, faire d’autres choses et poursuivre ces "exercices de flow".

Cette volonté de différenciation rencontre un parti pris "littéraire". Sur Haute Voltige Espiiem raconte sa vie, les galères de ses potes, la tentation de toute part et la difficulté de conduire sa vie. Et de cette inspiration "éthique", le MC en tire une écriture à rengaine. Espiiem répète, martèle des maximes qu'il fait sienne. Un aspect dont il est non seulement conscient mais qu'il revendique envers et contre tous :

Je trouve qu’il y a quelque chose d'efficace dans la répétition, comme une sorte de mantra. Un peu comme les gens qui se lèvent tous les matins en répétant la même chose. Comme si le fait de répéter certaines phrases fortes permettait de les assimiler (...) Dans le rap, la répétition est assez mal considérée. On se dit s’il répète c’est qu’il a pas assez travaillé, c’est qu’il n'a rien à dire. Alors qu’une répétition bien utilisée ça apporte quelque chose : le côté rengaine, canon, c’est un des aspects qui façonne l’identité de ce projet.

Mais répéter pour dire quoi ?

Espiiem, l'ascète

Il faut dire d'abord que son rap est la rencontre de différents milieux desquels Espiiem tire un substrat. Non pas pour plaire à tout le monde, juste pour être conforme à ce qu'il est : un mec compliqué et multiple.

J’ai la chance dans mon parcours d’avoir côtoyé des gens très différents : certaines mènent des vies marginales, d’autres sont très lettrées (...) Dans Haute Voltige, il y a ce jeu d’équilibriste entre ces deux univers. Je ne veux pas trancher et dire "ok je fais de la musique pour tel ou tel créneau".  J'ai à cœur de parler parfois de trucs durs mais de finir à chaque fois sur une touche positive, élévatrice. Haute Voltige c'est aussi ne pas rester enfoncé dans la tristesse.

Mais c'est aussi un garçon en pesanteur. Espiiem respire la sérénité, le calme. Celui qu'on a surnommé Noble depuis ses débuts pour la qualité de ses rimes autant que pour sa diction parfaite semble faire de son rap quelque chose d'éthique. En cela Haute Voltige évoque tant la position du MC, écartelé en différents milieux, qu'une posture philosophique : être au-dessus pour ne pas être mêlé aux fracas et aux tourments de ce monde.

On comprend mieux ainsi la place que prend la spiritualité dans nombre de ces écrits. Comme une flamme qui l'anime au plus profond de son être qu'il a à coeur de retranscrire :

J'ai été élevé dans un milieu spirituel, c'est normal que tout ça se retrouve dans ma musique. Cela fait partie des contrastes de ma personne. Néanmoins, je n'ai aucunement la volonté d’imposer une religion. Je vois tout ça comme quelque chose d’universel. C’est pour ça que, je pense, cela peut toucher les gens qui ne croient pas en Dieu. C'est important d'autant plus que dans le rap on vante trop souvent la drogue, la débauche etc. Ça m’agace. Je préfère, pour ma part, revenir à des valeurs simples qui me correspondent sans en faire un dogme.

Sagesse oblige.

N.B : Espiiem sera en concert le 4 décembre prochain en première partie d'Odissee au Nouveau Casino. Sinon, "Haute Voltige"  peut se procurer par ici

Par Tomas Statius, publié le 02/12/2013

Copié