Animal Collective, teinte orangée

Entretien avec Animal Collective

Animal Collective - ou l'ovni du chaos musical qu'on ne présente plus - ont répondu à quelques questions lors du This is not a love song festival.  Piochées au hasard par Panda Bear et Geologist. 

Animal Collective

Animal Collective, teinte orangée

Quels sont vos futurs projets ?

Publicité

 Geologist : Je pense qu'on va tourner jusqu'à la fin de l'année. Juste quelques semaines, parce qu'on a des enfants, une vie de famille. Après sinon, on ne regarde pas trop vers l'avenir. Un album l'un après l'autre.

Quelle est l'alchimie du groupe ?

Panda Bear : Je dirais notre amitié qui s'est formée avant que l'on joue ensemble. Et le fait qu'on soit des personnes très différentes.

Publicité

Quel a été le premier coup de cœur musical dans votre enfance ?

Geologist : La première chanson où j'ai été vraiment emballé, c'était "Thriller" de Michael Jackson. On avait trois ou quatre ans quand la chanson est sortie, mais je me souviens encore du making of du clip, je le regardais en boucle.

 Panda Bear : J'étais effrayé par ce clip.

Publicité

Aimez-vous être considéré comme l'un des groupes indé les plus influents ?

Panda Bear : Je ne sais pas. On n'y a jamais pensé et on essaye d'éviter de penser à ce genre de choses. Tu peux être bloqué artistiquement si tu regardes trop en arrière et si tu te préoccupes de savoir comment tu es perçu. Donc on essaye de rester loin de tout ça.

Publicité

 Quelle est la relation du groupe avec Internet ?

 Geologist : On passe trop de temps dessus. J'adore. J'adore chercher des choses, aller sur Youtube. Et je suis un grand fan de sport, donc je passe pas mal de temps à regarder les sites des clubs, surtout ceux de baseball.

Panda Bear : C'est vraiment puissant. Il peut avoir des effets négatifs, des choses horribles s'y passent, mais c'est un bon outil.

Comment briser la routine après tant d'années ?

Geologist : On adore tourner, jouer de nouveau morceaux, tester sur scène des nouvelles démos. On ne vit pas les uns à côté des autres, donc ça n'est pas vraiment facile de continuellement générer de nouvelles chansons comme on était habitué à le faire auparavant. On essaye de se garder des challenges : ce soir, par exemple, on va jouer une chanson qu'on n'a pas encore faite en live cette année. Et il y a aussi tout l'aspect visuel de nos shows qui est très important.

Panda Bear aime Daft Punk

Pouvez-vous expliquer votre aventure avec Daft Punk pour le morceau Doin' it right ?

Panda Bear : Ils sont super polis et respectueux. Je leur ai demandé deux fois de faire des remix. La deuxième fois, ils ont répondu que non, ils ne faisaient plus de remix, mais que peut-être à l'avenir on pourrait travailler ensemble sur quelque chose. Et ensuite, après environ un an, ils nous ont proposé de venir à Paris pour travailler sur cette chanson. J'y suis allé l'été dernier et on a passé quelques jours à travailler sur le morceau. Ils sont vraiment collaboratifs. C'était vraiment un super moment.

Par Solenn Cordroc'h, publié le 18/06/2013

Copié

Pour vous :