Contre la gueule de bois, ce remède datant de l'Égypte antique

Les papyrus d'Oxyrhynque renferment bien des secrets. L'un de ces documents datant de l'Égypte antique, récemment traduit, indique comment éviter une gueule de bois sans avoir à boire des litres d'eau.

Le papyrus qui indique comment éviter une gueule de bois

Le papyrus qui indique comment éviter une gueule de bois (source : LiveScience)

Oxyrhynque (de son vrai nom Ouab Sep-meri et aujourd'hui appelée El-Behneseh) est une ville située sur la rive ouest du Nil, 60 kilomètres environ au sud-sud-est du Caire. Cette cité égyptienne est célèbre pour son histoire, mise en lumière à travers de nombreux papyrus grecs anciens découverts en son site lors de fouilles entreprises par les Britanniques à partir de la fin du 19ème siècle.

Publicité

Des recherches continues depuis plus d'un siècle, qui ont permis à l'université d'Oxford de publier à ce jour 80 volumes de ces fameux documents issus des périodes grecques et romaines de l'histoire égyptienne, à hauteur d'un par an.

Poèmes, comédies, anciens textes chrétiens, documents administratifs ou sur la magie, l'astrologie, la musique, la médecine... les Papyrus d'Oxyrhynque renferment bien des secrets. Quelque 500 000 documents qui, depuis plus de cent ans, sont traduits par des spécialistes de l'Égypte antique et parmi lesquels on retrouve aussi bien le papyrus P52, qui est le plus vieux texte manuscrit du Nouveau Testament... qu'un remède contre la gueule de bois datant d'il y a plus de 1900 ans. Ce dernier fait partie de nombreux papyrus médicaux qui viennent d'être traduits et publiés.

Le laurier d'Alexandrie

Le laurier d'Alexandrie, fameuse plante pour éviter les lendemains de soirée difficiles

Le laurier d'Alexandrie, fameuse plante pour éviter les lendemains de soirée difficiles

Publicité

Aujourd'hui, il est coutume d'avaler des litres d'eau ou de manger une bonne plâtrée de pâtes après une soirée bien arrosée, histoire d'éviter le mal de crâne des lendemains difficiles. Oubliez ces systèmes D d'après-soirées, l'Égypte antique avait "la" solution.

Il s'agit du laurier d'Alexandrie, appelé Danae racemosa. Comme l'indique Le Monde, c'est '"une plante peu connue pour son usage médicinal et qui servait, à l'époque, à distinguer les athlètes ou les poètes."

Il était donc question à l'époque de l'Égypte antique d'arborer (simplement) un collier composé de ces feuilles pour éviter les maux de têtes post-cuite. Un remède dont l'efficacité reste invérifiée aujourd'hui, comme le note le site LiveScience.

Publicité

Citant le professeur Vivian Nutton de la University College de Londres (UCL), Le Monde souligne également que le 80ème et dernier volume des "Papyrus  d'Oxyrhynque" est "la plus grande collection de papyrus médicaux jamais publiée", avec des "remèdes contre les infections oculaires à base de roses séchées, contre les hémorroïdes ou les maux de dent". À vos papyrus.

Par Rachid Majdoub, publié le 23/04/2015

Copié

Pour vous :