Dosseh et Nekfeu décrivent notre "Putain d'époque" dans un clip surréaliste

Un son et un clip tellement lourds qu'ils montrent que dans cette "putain d'époque", le rap français compte sur ses meilleurs éléments.

dossehnekfeu

Après le clip d'"Infréquentables" feat. Booba, Dosseh continue de marcher sur l'eau dans son nouvel album, Yuri, avec le visuel d'une "Putain d'époque" qu'il décrit aux côtés de Nekfeu pour une grosse collab'. Brillamment réalisée par Nathalie Canguilhem, la vidéo en noir et blanc montre les deux rappeurs détachés de la réalité pour mieux la raconter.

Publicité

La punchline, Dosseh ça le connaît. Et là... mesure après mesure, les claques s'enchaînent. Cela fait un moment que le natif d'Orléans est à un niveau difficilement atteignable, mais, comme il le dit ici, il le montre aujourd'hui à un public plus large en négociant un virage moins étroit sans pour autant sortir de la route qu'il s'est tracée depuis plusieurs années.

Résultat : l'héritier de Salif et Despo Rutti est l'un des rappeurs les plus performants du game, que ce soit niveau écriture, flow, énergie dégagée, élocution. Alors, lorsqu'il presse la "gâchette du glock" sur un tel thème, sur une telle prod' signée High Klassified, et accompagné par un Nekfeu propre et en grande forme comme souvent, cela ne peut que donner un titre de haut vol habillé d'un clip à sa hauteur. Une vidéo qui mise sur le surréalisme et qui s'installe parmi les meilleurs clips que le rap français compte en cette année 2016. Pareil pour le morceau, et quel morceau.

Publicité

Dosseh :

  • "Et toi rien que t'avales, et toi rien que tu gobes, t'es concerné que quand le sang t'éclabousse les bottes"
  • "Est-ce que quand un curé pédo' touche un gosse... on demande aux chrétiens de France de sortir dans la rue ?"
  • "Liberté, égalité, déjà j'y crois pas tant que ça. Mais à leur fraternité c'est clair qu'on l'attendra"

Nekfeu :

  • "J'accompagne mon shrab à la squée-mo, on est vendredi. Après on dînera chez mon zinc pour shabbat, voilà c'qu'est beau"

Par Rachid Majdoub, publié le 21/11/2016

Pour vous :