Docu : Spike Lee raconte "Bad", l'album culte de Michael Jackson

La nuit dernière, Arte diffusait un documentaire réalisé par Spike Lee en 2012, vingt-cinq ans après que Michael Jackson ait dévoilé son mythique Bad. Entre images d'archives exclusives et témoignages de proches, le réalisateur revient sur la confection d'un album légendaire.

Spike Lee arbotant le T-shirt de "Bad 25", lors de la 69ème édition de la Mostra de Venise en 2012

Spike Lee arborant le T-shirt de son film Bad 25, qu'il présentait lors de la 69ème édition de la Mostra de Venise en 2012 © Fancinema.com

Après le succès planétaire de l'album Thriller en 1982, dont le clip du single éponyme avait marqué les esprits et les ventes explosé tous les records de l'industrie du disque, Michael Jackson est attendu au tournant, et le chemin sous pression que l'artiste empruntera toute sa vie commence à se dessiner.

Publicité

Cinq ans plus tard, en 1987, il dévoile son troisième album solo, Bad, qui devient à son tour un véritable phénomène. Cinq singles se classent en tête des ventes et l'album devient l'un des plus vendus de toute l'histoire. La machine Jackson est lancée.

Avec ce nouvel album, sur lequel il signe neuf des onze titres, Michael Jackson a prouvé ses qualités de bosseur hors pair et sa capacité à s'entourer de pointures : son producteur Quincy Jones, le cinéaste Martin Scorsese (qui signe le clip du single "Bad") ou encore les chorégraphes Jeffrey Daniel et Vincent Patterson, à l'origine des nombreuses danses qui façonneront l'image du King of pop.

Un documentaire sur la création de Bad

Aujourd'hui, Arte nous replonge dans les coulisses de Bad, avec la diffusion d'un documentaire réalisé par Spike Lee en 2012, à l'occasion des vingt-cinq ans de cet opus mémorable. Intitulé Bad 25, ce film de soixante-cinq minutes raconte de l'intérieur l'histoire de la fabrication de l'opus, et de ses nombreux singles à succès. 

Publicité

Historique et nostalgique, composé d'images d'archives et de divers témoignages (dont ceux de Michael Jackson lui-même), Bad 25 revient sur les sessions d’enregistrement du titre "I Just Can’t Stop Loving You" avec la chanteuse Siedah Garrett, les répétitions de chorégraphies de dernière minute à New York ou encore sur la création des clips mythiques de Michael Jackson – on y apprend d'ailleurs que le clip de "Smooth Criminal" a été influencé par Fred Aster, dont Michael Jackson était fan. Une immersion formidable, et un génial hommage.

Le documentaire "Bad 25" est en replay sur le site d'Arte jusqu'au 29 juin 2014 ; il sera rediffusé sur la chaîne d'Arte le 5 juillet à 2h25.

Publicité

Par Naomi Clément, publié le 23/06/2014