Docu : quand le breakdance illumine les ghettos

Après avoir visité plus de 40 pays, le réalisateur américain Adam Sjöberg présente Shake the Dust. Un documentaire co-produit par le rappeur Nas, qui rend compte de l'importance du breakdance dans les quartiers les plus pauvres du monde.

À Kampala, capitale de l'Ouganda, les toits des taxis servent de terrain de jeu aux danseurs © Shake the Dust

À Kampala, capitale de l'Ouganda, les toits des taxis servent de terrain de jeu aux danseurs © Shake the Dust

Depuis sa naissance à New York dans les années 70, le breakdance n'a cessé d'étendre son aura à travers le monde, aussi bien dans les rues des plus grandes villes que dans celles des plus pauvres ghettos.

Publicité

C'est justement à ces derniers que le réalisateur américain Adam Sjöberg s'est intéressé avec son nouveau documentaire, Shake the Dust. Co-produit par le rappeur Nas, ce film de quatre-vingt-dix minutes nous plonge dans le quotidien de b-boys vivant dans les bidonvilles les plus démunis de cette planète, pour nous faire découvrir que, là où la pauvreté règne, le breakdance apporte souvent une raison de vivre.

Des favelas du Brésil aux bas quartiers du Cambodge en passant par l'Ouganda, Shake the Dust rend un véritable hommage à la culture et à l'esprit du hip-hop tout en délivrant un puissant message d'espoir.

Publicité

Le documentaire Shake the Dust est disponible sur la plateforme VOD de Vimeo.

Par Naomi Clément, publié le 15/04/2015

Copié

Pour vous :